Data Dynamics ressuscite StorageX pour la migration de fichiers

La technologie de virtualisation de NAS de NuView, acquise puis abandonnée par Brocade, a été reprise par Data Dynamics qui entend se concentrer sur son potentiel en matière de migration de données.

StorageX est de retour. Cette solution de virtualisation de fichiers développée à l’origine par NuView, a été rachetée par Brocade Communications pour 60 M$ en 2006. Le constructeur l’a ensuite largement maltraitée, et après des ventes décevantes, a décidé purement et simplement de l’abandonner en 2010. Le support de StorageX par Brocade s’est officiellement arrêté l’an passé. Depuis, la technologie a été reprise par Data Dynamics, un éditeur basé dans le New Jersey.

L'accent mis sur la migration de données

Data Dynamics a une autre idée en tête pour StorageX. Comme toute technologie de virtualisation de NAS, la solution permet non seulement de gérer l’ensemble des NAS qui lui sont raccordés sous un espace de nom global, mais elle permet aussi de faciliter les migrations transparentes de données et les remplacements d’équipements. Au vu de la volumétrie croissante des NAS, ces deux dernières fonctions présentent un intérêt croissant pour certaines entreprises. StorageX présente également l’intérêt de savoir gérer le tiering de données, plus précisément le repositionnement de fichiers ou d’arborescence de répertoires entières en fonction de règles définies par l’administrateur. Un responsable de stockage peut par exemple mettre en œuvre des politiques automatisées de déplacement de fichiers dormants vers un stockage moins coûteux.

L'architecture de StorageX

 

Data Dynamics a donc réarchitecturé le produit d’origine pour le recentrer sur la gestion de fichiers à grande échelle et sur les migrations de données : "Ils ont ajouté des fonctions au produit, mais le cœur de la technologie reste inchangé » explique Marc Staimer, un analyste de Dragon Slayer Consulting. "Ils entendent appliquer la virtualisation de fichiers à l’administration. Ils tentent en fait de faire un meilleur boulot que Brocade, car ce dernier n’a littéralement rien fait du produit après l’avoir acquis ».

StorageX 7.0 est intégré avec les baies FAS de NetApp (en mode traditionnel ou cluster), avec les baies VNX d’EMC et avec les NAS en cluster d’Isilon. Il exploite leurs API de telle sorte qu’il est possible de migrer des données de façon transparente d’un système vers l’autre et d’une marque vers l’autre. Le logiciel supporte aussi les partages de fichiers Windows Server et les partages NFS Linux.

"Migrer des données est un vrai défi " indique le CEO de Data Dynamics, Piyush Mehta. "La plupart des clients n’ont pas de stratégie en place. Ils utilisent rsync ou Robocopy et s’appuient en général sur une armée de consultants pour résoudre leurs problèmes. C’est une approche très risquée ».

StorageX se présente désormais sous la forme d’une appliance virtuelle pour VMware vSphere et s’appuie sur des agents de réplication pour extraire des données du système source et les migrer vers le système de destination. Le logiciel supporte les partages CIFS (Windows) et NFS (Linux/Unix) depuis une console centralisée. Il permet de déplacer des données sans interrompre le service. Il prend une copie initiale d’un volume puis synchronise les changements. Il importe également les permissions et droits NFS et CIFS et assure que les attributs de fichiers sont migrés de façon appropriée.

StorageX version 7.0 est facturé à partir de 500 $ par teraoctet migré.

« La migration est une des clés de la solution » confirme Greg Schulz, un consultant de StorageIO. « StorageX découvre votre environnement. Vous obtenez une liste de serveurs mais aussi des informations de reporting sur ce que ces serveurs contiennent. Le produit vous donne un inventaire de vos fichiers, par type par répertoire et par système de fichiers ». Selon Schultz, le fait que le produit utilise les API natives des baies et qu’il explore les métadonnées des baies NetApp ou EMC lui permet de réduire le trafic : « Ils peuvent détecter les changements bien plus rapidement du fait de la façon dont leurs algorithmes ont été écrits », explique-t-il. "Ils proposent des capacités de copie intelligente qui bénéficient aux clients qui font des migrations alors que les données sont utilisées ou qui font des migrations répétitives."

Mehta explique qu'il est possible d'établir un scénario de migration depuis la console du produit. Des politiques de tiering peuvent aussi être mises en place pour les partages DFS (distributed file system) - NDLR : StorageX a commencé comme une solution pour la gestion des environnements de fichiers distribués Microsoft DFS. Selon Mehta de prochaines versions du produit devraient encore doper ses capacités de reporting et apporter l’intégration avec les services de stockage en cloud tels qu’Amazon S3.

Le challenge : faire redécoller la technologie

Data Dynamics a pour l’instant 14 employés et est financé par des business angels. La firme peut aussi compter sur une base installée d’environ 300 clients qui utilisaient les anciennes versions de StorageX, ce qui lui assure un flux de revenu stable.

Le challenge sera de faire redécoller la technologie. Lorsque Brocade avait acquis NuView, la virtualisation de fichiers était à la mode. EMC venait de racheter Rainfinity, Cisco avait mis la main sur NeoPath Networks et F5 avait acquis Acopia Networks. EMC a depuis cessé la commercialisation de Rainfinity et Cisco a tué la ligne de produit NeoPath peu après son acquisition. Seul F5 reste aujourd'hui en lice avec ses appliances ARX (même si ces dernières n’ont réalisé que 3,5 M$ de CA le trimestre dernier). Mehta pointe toutefois un avantage du nouveau StorageX : Il ne s’agit plus d’une appliance matérielle mais d’une appliance logicielle, potentiellement bien plus facile à déployer pour les entreprises intéressées.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close