Cet article fait partie de notre guide: Sauvegarde et PRA : les roues de secours de votre IT

Avec DS3, Spectra Logic veut étendre le stockage objet à la bande

LeMagIT a pu discuter avec Molly Rector, la directrice de Spectra Logic, l’un des leaders mondiaux de la sauvegarde sur bande à l’occasion du lancement par la firme de sa technologie d’archivage profond, baptisée Deep Simple Storage Service (DS3), et d’une première appliance implémentant cette technologie, le BlackPearl.

L’explosion des volumes de données se traduit par une évolution des interfaces et des protocoles d’accès aux données. Au cours des dernières années, les protocoles NAS comme CIFS et NFS ont progressivement pris le dessus sur les protocoles d’accès en mode bloc comme FC ou iSCSI, une montée en puissance qui s’est effectuée en parallèle de l’explosion des volumes de données non structurées. Depuis quelques années, ce sont les technologies de stockage objet qui prennent progressivement le relais des technologies de stockage NAS dans les très grands environnements de stockage non structuré. Un exemple type est l’offre Amazon S3 d’AWS, ou les multiples clouds utilisant la technologie Swift d’OpenStack. Ces nouveaux systèmes s’appuient sur des protocoles de type RESTful, des protocoles simples d’emploi et souples, que l’on peut intégrer simplement à des applications existantes (backup, archivage analytique…).

Jusqu’alors les systèmes de stockage objet se sont largement appuyés sur des éléments de stockage à base de disques durs. À l’occasion de Storage Networking World, à Francfort, Spectra Logic a dévoilé sa technologie DS3, dont l’objectif est de permettre d’utiliser des librairies de bandes comme support de stockage pour abaisser de façon drastique le coût de la rétention à long terme de données sur un système de stockage objet.

DS3 : une extension de l’API S3 pour les systèmes de stockage sur bande

L'API DS3 est une extension de l'API S3 d'Amazon

Pour donner naissance à DS3, la firme a enrichi l’API S3 d’Amazon en ajoutant de nouvelles commandes destinées à permettre la gestion de dispositifs de stockage à enregistrement séquentiel et forte latence et à supporter des supports de stockage amovibles. Comme S3, DS3 est une API de type RESTful qui s’appuie sur des commandes http pour s’interfacer avec le stockage. L’API s’appuie sur des commandes comme GET et PUT pour lire et écrire des objets dans ce qu’Amazon appelle des « buckets », littéralement des récipients.

Comme l’explique Molly Rector, ce qu’a fait Spectra Logic est basiquement d’enrichir l’API avec 4 nouvelles commandes. La première est Bulk Put, qui permet d’écrire simultanément une liste d’objets sur un système DS3. Bulk Get permet à l’inverse de retrouver une liste d’objets depuis le système de stockage. Export Bucket permet d’extraire un « bucket » et son contenu d’un système de stockage tandis qu’Import Bucket permet à un « bucket » et à son contenu d’être importé dans un système DS3. Comme le note Molly Rector, une commande comme « export bucket » aurait été précieuse lors du naufrage de Nirvanix afin de pouvoir extraire rapidement et de façon massive des données sur bande des systèmes du fournisseur de stockage cloud en faillite.

L'appliance BlackPearl s'intercale entre les applications et les librairies de bandes

BlackPearl, à l’assaut du marché de l’archivage de masse

Pour accompagner la publication des API DS3, Spectra Logic a annoncé son premier système utilisant la technologie, l’appliance. Cette appliance matérielle – un serveur basique au format 2U avec 4 disques SSD de 400Go fournissant une capacité de cache - est une sorte de proxy qui vient s’intercaler entre les applications et les librairies de bandes Spectra Logic. D’un côté l’appliance supporte le protocole DS3 au-dessus de connexions. De l’autre elle s’interface avec les librairies de bandes avec lesquelles elles parlent via Fibre Channel ou SAS en utilisant le système de fichiers LTFS. L’appliance devrait être disponible commercialement en décembre.

Le coût au Gigaoctet de la solution DS3 est compétitif avec celui d'Amazon Glacier

Comme l’explique Molly Rector l’un des principaux atouts de la solution est le prix. Pour une capacité de 1,9 Po, le prix par Go stocké, tout compris est estimé à 0,14 $ par an et il chute à 0,09 $ pour une capacité de 6,4 Po. À titre de comparaison le coût de rétention sur le service d’archivage de données Amazon Glacier est de 0,01 $ par mois, hors coûts de bande passante pour l’extraction de données. Et selon Molly Rector, il est possible de tomber à des coûts encore plus bas avec des capacités de librairies plus élevées.

 

 

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close