Google « tune » Android pour l’industrie automobile

Google s’est associé à Audi, General Motors, Honda, Hyundai et à Nvidia pour créer l’Open Automotive Alliance dont l’objectif est d’intégrer plus étroitement Android aux systèmes embarqués dans les automobiles.

Google poursuit ses efforts pour étendre l'emprise d'Android hors de son premier marché. Le géant de l'internet s’est associé à quatre constructeurs automobiles, Audi, General Motors, Honda, Hyundai ainsi qu’à Nvidia pour annoncer la création de l’Open Automotive Alliance (OOA), dont l’objectif principal est d’intégrer étroitement Android avec le monde des systèmes embarqués pour l'automobile.

Les travaux de cette alliance viseront à  « créer de nouvelles formes d’intégration avec les terminaux Android » et adapter l’OS pour notamment « sécuriser » et « faciliter » la conduite, explique en substance Patrick Brady, directeur de l’ingénierie Android dans un billet de blog. Les premiers résultats de cette alliance débarqueront sur le marché à la fin 2014.

L’automobile, prochain support à forte croissance pour Android

« Les appareils mobiles orientés consommateurs (vendus aux grand public et aux entreprises) vont continuer à représenter la grande majorité des ventes de terminaux Android, mais des OEMS dans certains marchés verticaux vont de plus en plus se tourner vers Android à cause de l’interface robuste de la plate-forme, sa connectivité intégrée et son modèle de licence sans royalties. […] Si les tablettes et les smartphones resteront [d’ici à 2015] le moteur principal des ventes des terminaux Android, les appareils médicaux, ainsi que les systèmes connectés embarqués dans les véhicules afficheront les plus forts taux de croissance annuels jusqu’en 2015 », souligne le cabinet d’étude VDC Research, spécialisé dans le monde de l’embarqué et dans le M2M. D’où le souhait de Google de préparer et de « tuner » Android aux desiderata et aux contraintes d’un secteur très exigeant.

« Jusqu’alors, les fabricants, encore confrontés à des systèmes maisons dits legacy,  hésitaients à utiliser Android dans le monde de l’embarqué et à extraire l’OS hors de sa niche d'origine, la mobilité », poursuit également le cabinet. Mais face à l’omniprésence de l’OS sur le marché de la mobilité, la croissance de sa communauté de développeurs et enfin de son acceptation par la communauté - pourtant très regardante - des constructeurs automobiles, Android est devenu la technologie embarquée presque indispensable pour proposer une « expérience «  connectée globale, qui démarre avec le smartphone et se prolonge dans l’automobile.

Notons aussi qu’Android est devenue une plate-forme de choix pour les terminaux reposant sur des puces ARM, une technologie qui motorise de plus en plus les équipements embarqués dans les véhicules (y compris les systèmes de freinage).

Vers un standard embarqué dans l’auto ?

Si certains constructeurs automobiles avaient déjà tenté d’intégrer Android dans leurs véhicules - on se rappelle notamment du Chinois SAIC- , le projet de l'alliance OOA symbolise la première initiative concrète et officielle de Google visant à adapter l’OS aux spécificités du secteur. Une façon pour la firme de Mountain View de tenter d'imposer Android dans le monde de l’automobile connectée et de positionner l’OS comme un standard sur ce segment - même si pour l’heure, on n’en sait finalement que très peu sur les intentions véritables de ce consortium industriel.  Lors de l’édition 2013 du CES, Ford avait par exemple annoncé ouvrir son système aux développeurs d’applications mobiles dans le but de créer une forme de magasin applicatif de type Appstore pour ses véhicules.

Notons que l'alliance OOA est en quelque sorte la réplique aux efforts d'Apple avec son approche "iOS in the Car". iOS in the car vise à faciliter l'intégration des terminaux Apple dans les véhicules et compte parmi ses partenaires des constructeurs comme Mercedes, Honda, Nissan, Infiniti, Ferrari, Chevrolet, Opel, Volvo ou Kia.

Rappelons également que plusieurs constructeurs automobiles et acteurs du monde du IT sont déjà réunis au sein de la Genivi Alliance, dont l’objectif est de développer une plate-forme de divertissement embarquée standard et ouverte pour les véhicules. Honda, General Motors et Hyundai sont également membres de ce consortium. Avec l’Open Auto Alliance, l’idée serait davantage de s’intégrer à l’existant et de proposer un prolongement du système plutôt de que le remplacer purement et simplement.

Pour approfondir sur Linux

- ANNONCES GOOGLE

Close