Le gouvernement britannique a économisé 500 M£ avec le numérique

Le gouvernement britannique affirme être en bonne voie pour réaliser 500 M£ d'économies en améliorant l’efficacité de son informatique et en réduisant le gaspillage lié à l'IT.

Le gouvernement britannique affirme être en bonne voie pour réaliser 500 millions de livres sterling d'économies en 2013 en améliorant l’efficacité de son informatique et en réduisant le gaspillage lié à l'IT. Le ministre du "Cabinet Office", Francis Maude, a dans la foulée confirmé son engagement à faire du Royaume-Uni le « gouvernement le plus numérique » du G8 en 2015. Dans le cadre de son programme numérique, le gouvernement vise notamment à migrer vers des services en ligne - cela débutera avec 25 services publics modèles.

Le gouvernement a également soutenu être sur la bonne voie pour économiser 1,2 milliards de livres  en 2015, un montant qui devrait à terme atteindre 1,7 Md£ par an après les prochaines élections générales. Des économies censées aider à combler le déficit brittannique.

« Notre plan ‘Digital by Default’ fait partie d’un programme économique à long terme qui vise à réduire le déficit dont nous avons hérité. Je suis ravi d’annoncer aujourd’hui que nous prévoyons de réaliser au moins 500 M£ d’économies cette année, en plus des 500 M£ d’économies réalisées l’année dernière et des 250 M£ l’année précédente », a indiqué Francis Maude.

Certains des 25 services modèles devraient être en ligne en 2015. Ces projets visent notamment à encourager 46 millions des citoyens de sa Majesté à s’enregistrer en ligne pour pouvoir voter et à permettre à 10 millions d’autres de calculer leurs impôts en ligne. Selon le gouvernement du Royaume, un service en ligne serait en moyenne 20 fois moins cher qu’une transaction réalisée par téléphone, 30 fois moins cher que par la poste et 50 fois moins cher qu’un interaction en face à face avec un agent. Maude estime également que la migration vers des services en ligne améliore aussi la qualité pour les fonctionnaires, numériser un processus qui repose sur du papier évite ainsi des tâches répétitives et à faible valeur ajoutée et réduit les charges pour le service de 130 £ à 110 £.

Le premier des services qui verra le jour sera la plate-forme de prêt pour les étudiants, qui gère les financements gouvernementaux de près de 1,3 million d’étudiants. Le gouvernement a annoncé que les dossiers liés aux enregistrements de conduite automobile sont désormais opérationnels.

Toutefois, un autre projet emblématique, Universal Credit, est sous le feu des projecteurs depuis plusieurs mois à cause de problèmes IT qui ont poussé le Department for Work and Pensions à passer par pertes et profits près de 40,1 M£ de travaux IT - et à provisionner une dépréciation de 91 autres millions de livres sur les 5 prochaines années.

« En 2010, notre proposition numérique était pour le moins limitée et le terme ‘Government IT’ était  synonyme de désastre. Il reste encore du chemin à parcourir mais avec l’aide du Goverment Digital Service, je suis résolu à ce que le Royaume-Uni soit le gouvernement le plus numérique du G8 l’année prochaine », a ajouté Francis Maude. A la fin 2013, un audit de la stratégie numérique du gouvernement a conclu que les projets avançaient mais de façon inconsistante.

Il est à noter que le site gov.uk a permis de consolider les sites Web du gouvernement en une unique plate-forme - éliminant 1 700 sites gourmands en ressources et très déroutants pour le public. Toutefois, 200 agences doivent encore être raccordées au portail avec, pour date d’échéance, juillet 2014.

Les dossiers de conduite en ligne

Le dernier service à avoir été mis en ligne est celui des enregistrements des dossiers de conduite, via le DVLA.  Les 40 millions de conducteurs du pays vont pouvoir accéder en ligne aux informations liées à leur permisde conduire, à leur véhicule , et consulter en direct l'état des points restant sur leur permis. La nouvelle plate-forme devrait également servir aux assureurs pour vérifier les informations et établir des devis plus précis.

Le service a été développé en s’adossant à une approche agile en matière d’achat IT et la DVLA a estimé que 14,2 M£ avaient été économisés sur les coûts de création du service.

Oliver Morley, responsable de la DVLA et spécialiste du numérique, explique ainsi : « notre objet est de maximiser le recours au numérique pour fournir des services de qualité, tournés vers les utilisateurs, et qui fonctionnent pour tout le monde. Si certains services ne peuvent pas être numérisés, comme l’évaluation de la capacité à la conduite, nous pouvons améliorer les processus supportant ces services en faisant un usage plus poussé du numérique ». Le service sera lancé en juin.

Traduit et adapté d'un article en anglais de ComputerWeekly par la rédaction

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close