ODF en standard au Royaume-Uni. Microsoft proteste

Le gouvernement britannique a écarté Open XML de ses standards pour l’échange de documents, préférant ODF.

Malgré un fort lobbying de Microsoft, le gouvernement britannique choisit le format OpenDocument (ODF) comme standard pour les échanges de documents des administrations du Royaume, aux côtés de PDF et de HTML, également approuvés pour la visualisation de documents. Ecartant d’un revers de la main le format OpenXML (OOXML), le format bureautique supporté par Microsoft – également une norme ISO.

Selon nos confrères britanniques de ComputerWeekly (partenaires du MagIT), cette décision suit une longue et très tortueuse procédure démarrée en 2011, qui a conduit à une consultation publique qui s’est quant à elle conclue en février. Une consultation massivement en faveur de l’adoption d’ODF.

 Cette adoption officielle d’ODF suit également un lobbying acerbe du géant de Redmond, affirment encore nos confrères, qui poussait le gouvernement britannique à inclure OOXML dans sa politique (aux côtés d’ODF, donc) – le standard de base des documents Word, le système bureautique installé principalement sur les machines des agents du gouvernement.

« Nous avons entendu ceux qui nous ont expliqué que les standards ouverts doivent réduire leurs coûts et faciliter leurs échanges avec le gouvernement », a indiqué Francis Maude, le Ministre du Cabinet Office.

L’adoption de ces formats prend effet immédiatement pour tous les nouveaux achats du gouvernement. Les documents, nouveaux ou modifiés, doivent désormais être enregistrés en ODF.

De quoi alors irriter Microsoft, qui par la voix de son porte-parole, explique à ComputerWeekly que les gains pour le citoyen de cette adoption, ne sont pas clairs. « Microsoft a pris note de la décision du gouvernement de limiter son support des formats de fichiers utilisés pour échanger et collaborer à seulement ODF et HTML », a-t-il indiqué. « Microsoft pense qu’il n’est pas établi dans quelle mesure les citoyens britanniques bénéficieront de la décision du gouvernement. Nous supportons activement un large éventail de formats ouverts, ce pourquoi, comme Adobe avec son format PDF, nous collaborons désormais avec nombre de contributeurs pour maintenir le format Open XML, via des organismes de normalisation internationaux et indépendants ».  Et d’ajouter : « Nous pensons aussi que donner aux utilisateurs un choix de standards est une incitation au progrès, à la concurrence et ainsi à l’innovation.  La stratégie du gouvernement, louable et affirmée, de privilégier le cloud dans la fourniture de ses services aux citoyens repose sur le soutien et non par la limitation de l’innovation ».

Avec la collaboration de ComputerWeekly

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close