Citrix poursuit son offensive sur la mobilité et le Cloud

Les nouvelles moutures de XenDesktop et de XenApp vont donner aux administrateurs un contrôle plus granulaire sur la fourniture d’applications Windows pour les terminaux mobiles, et supporter les déploiements en mode Cloud.

Citrix vient de présenter XenDesktop et XenApp 7.5, première mise à jour de ces deux solutions depuis le lancement de leur version 7 en mai 2013, à l’occasion de la grand messe annuelle de l’éditeur, Synergy. Ces nouvelles moutures doivent notamment apporter aux administrateurs plus de flexibilité pour la fourniture d’applications virtualisées plutôt que de postes de travail complets.

« Les utilisateurs et l’IT veulent pouvoir exécuter un ou deux lots d’applications métiers critiques mais pas forcément un poste de travail Windows complet », explique Matt Kosht, responsable IT d’une utilité basée dans le Michigan. « Un poste de travail complet va clairement au-delà des besoins de nombreux utilisateurs. »

La mort du poste de travail complet ?

Dans de nombreuses entreprises, le VDI vise à remplacer des PC complets par des clients légers. L’émergence de la mobilité a modifié les besoins : les utilisateurs souhaitent accéder à des applications individuelles à partir de leurs smartphones et de leurs tablettes. Arthur Blakely, administrateur système senior chez Progrexion, utilise XenDesktop et XenApp pour fournir postes de travail et applications à des terminaux mobiles tels qu’iPad et tablettes Android. « Nous n’avons pas besoin de postes de travail complets [sur les terminaux mobile] », explique-t-il. « Certains de nos utilisateurs en ont certes besoin, mais d’autres n’ont besoin que d’une ou deux applications. » Et de préciser qu’il n’accède à un poste de travail complet depuis son smartphone, via XenDesktop, que lorsqu’il a besoin d’accomplir d’urgence une tâche spécifique. Mais beaucoup d’applications ne sont pas adaptées à une utilisation sur des terminaux mobiles. D’où le besoin de les choisir précisément.

XenApp 7.5 supporte la fourniture d’applications individuelles en mode multi-utilisateurs et session partagée. Auparavant, les administrateurs qui souhaitaient fournir des applications Windows à partir de différents systèmes d’exploitation devaient donner accès à de multiples postes de travail virtuels. En outre, avec XenApp 7.5, les administrateurs peuvent sélectionner des applications à partir des cinq versions de Windows les plus récentes et les faire s’exécuter côte à côte plutôt que dans des fermes distinctes. Cela réduit les problèmes de compatibilité de systèmes d’exploitation et les applications apparaissent sans distinction à l’utilisateur final, qu’elles soient produites sous Windows 7, Windows 8 ou XP. En outre, Citrix a amélioré son outil d’analyse d’applications, AppDNA, intégrant une assistance plus étendue au packaging d’applications et des capacités de migration d’applications virtualisées.

La récente acquisition de Framehawk pourraient encore renforcer les capacités de XenApp, estime Kosht : une application Windows pourrait être reconditionnée en application mobile sans réécriture.

XenApp se met au Cloud

Avec la version 7.5, XenApp et XenDesktop supportent le provisioning Cloud hybride, permettant aux administrateurs de fournir postes de travail et applications à partir de services Cloud. Citrix se rapproche ainsi de VMware et d’Amazon qui ont récemment annoncé leurs offres DaaS.

Avec ces nouvelles fonctions de provisioning, les administrateurs peuvent choisir une option de production Cloud à partir d’un simple menu déroulant dans la console d’administration Studio qu’ils utilisent pour gérer XenApp et XenDesktop. Sont supportés nativement AWS et la plateforme CloudPlatform de Citrix, ainsi que des partenaires de l’éditeur. Azure sera supporté dans une prochaine version.

Malgré l’intérêt croissant pour le DaaS, celui-ci continue d’apporter une certaine complexité, sans parler des préoccupations quant à la sécurité et aux performances. Migrer dans le Cloud des bases de données et des serveurs applications, par exemple, n’est pas encore pertinent, selon Kosht. « Une grande part de l’attrait lié aux économies induites par le Cloud disparaît avec la simple phase de migration », estime-t-il.

Et la sécurité est particulièrement préoccupante pour les entreprises manipulant des données sensibles telles que Progrexion : « nous avons besoin d’un contrôle très étroit », explique Blakely, soulignant que « Cloud et PCI ne font pas très bon ménage ". 

Citrix XenApp et XenDesktop 7.5 seront disponibles en mars prochain, au même prix que les moutures précédentes : XenApp est commercialisé à partir de 350 $ par utilisateur simultané; contre 95 $ pour XenDesktop par utilisateur ou par terminal, et 195 $ pour son édition VDI.

Traduit et adapté de l'anglais par la rédaction.

Pour approfondir sur Mobilité

- ANNONCES GOOGLE

Close