les commutateurs Ethernet en marque blanche séduisent

Après les serveurs en marque blanche, les commutateurs en marque blanche connaissent un vrai succès auprès des datacenters hyperscale. Une tendance qui pourrait à terme toucher les entreprises...

De la même façon que les fabricants en marque blanche ont le vent en poupe chez les géants de l’internet et du cloud, l’idée d’utiliser des commutateurs Ethernet « bare metal », aussi appelés commutateurs en marque blanche commence à séduire certains acteurs du Web.

Les ventes de commutateurs en marque blanche progressent à un rythme significativement plus rapide que celles des  commutateurs de grands constructeurs, notamment du fait  de la demande des grands datacenters hyperscale et des fournisseurs de cloud, si l’on en croit le cabinet Dell'Oro Group. Certes la part des commutateurs en marque blanche reste très faible sur le marché, mais les revenus de ce segment ont progressé de 18% en 2013, selon Alan Weckel vice-président en charge des études sur le marché Ethernet de Dell’Oro.

Les commutateurs « Bare-metal » permettent à leur utilisateur d’utiliser le système d’exploitation de leur choix sur les commutateurs, une tendance sur laquelle surfe notamment un acteur comme Cumulus Network en proposant un OS « indépendant » pour les commutateurs du marché, comme ceux de Quanta, Agema, Edge Core ou Dell (l’un des rares grands fournisseurs qui supporte officiellement des OS tiers sur ses commutateurs).

« Désormais, les utilisateurs ont la possibilité de choisir Séparément leur matériel et le logiciel et ils peuvent payer séparément en fonction de ce dont ils ont besoin »,  explique Cliff Grossner, l’analyste en chef pour le datacenter et le cloud d’Infonetics Research. « Cela permet d’abaisser les coûts tout en promouvant l’agilité et l’innovation, car désormais, le système d’exploitation est une plate-forme ouverte ».

Commutateur en marque blanche contre commutateur de marque : découpler le logiciel du matériel

Les géants du Web exploitant des datacenters hyperscale reconnaissent la valeur apportée par les commutateurs en marque blanche car ces derniers leur permettent de choisir précisément les fonctions et les logiciels qu’ils font tourner. Cette nouvelle approche peut aussi leur permettre de se différencier en développant leur propre pile logicielle sur le matériel qu’ils ont choisi.

Dell a adopté cette nouvelle approche (sans toutefois rompre avec l’ancienne) en permettant à certains de ses clients d’opter pour un OS tiers sur ses commutateurs. La firme a récemment noué un accord avec Cumulus Networks pour permettre à la distribution Linux de Cumulus de fonctionner sur ses commutateurs et ce sans perdre le support Dell. Ce support est rendu possible par le fait que les nouveaux commutateurs S4810 et S6000 de Dell ne s’appuient pas sur des ASIC propriétaires mais sur des composants du marché. Comme l’explique Arpit Joshipura, vice president produits de Dell, « avec cette approche, les utilisateurs disposent de choix à plusieurs niveaux de la pile et peuvent développer leurs propres applications et leur code sans être à la merci d’un fournisseur intégré verticalement ». L’approche de Dell pourrait aussi séduire certaines entreprises (on pense notamment au secteur financier), en permettant aux clients d’innover sans perdre le support qu’ils attendent de leur fournisseur.

Facebook, l’un des grands partisans des designs ouverts, n’a pas encore officiellement adopté des équipements réseau en marque blanche dans ses datacenters mais la firme pousse au développement des initiatives en la matière au sein de l’Open Compute Foundation. Facebook a récemment partagé des concepts de commutateurs provenant Intel, Broadcom et Mellanox.

"La séparation entre le matériel et le logiciel – ce que nous aimons appeler les commutateurs agnostiques en matière de logiciel – procède des mêmes idées que ce que nous avons mis en œuvre côté serveurs. Cela permet d’innover non seulement côté matériel, mais aussi logiciel », explique Omar Baldonado, un responsable de l’équipe réseaux de Facebook.

L’adoption par les entreprises des commutateurs en marque blanche dépendra du ROI

Si les grands fournisseurs de services ont les ressources nécessaires pour gérer le remplacement et la maintenance de leur infrastructure, il faudra sans doute un peu plus de temps aux commutateurs bare-metal pour devenir une option dans les entreprises, même si le support offert par certains constructeurs comme Dell pourrait aider.

"Rien qu’en termes de remplacements, de garantie et de confiance, il faudra du temps avant qu’une plus petite entreprise ait le courage de choisir un commutateur en marque blanche, et il ne s’agit que du côté matériel » explique Weckel. « Il faudra aussi des millions de lignes de code et des milliers d’heures de tests d’interopérabilité pour que chaque portion de code open source soit vraiment en place ».

Et si les commutateurs en marque blanche peuvent avoir du sens pour les très grands déploiements, il n’est pas sûr que le ROI soit le même  pour des petits déploiements. Pourtant, avec le temps, l’intérêt des géants pour les commutateurs en marque blanche pourrait avoir un impact sur les acteurs de taille plus modeste. C’est en tout cas l’avis de Baldonado de FaceBook, qui estime qu’à terme les entreprises devraient afficher le même intérêt pour cette nouvelle approche que les acteurs du Web.

 

 

Pour approfondir sur LAN - WLAN

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close