Actifio lève 100M$ pour accélérer la vente de sa technologie d'optimisation du stockage

Actiofio a annoncé aujourd’hui avoir levé 100M$ pour accélérer la commercialisation de sa technologie de virtualisation de stockage et de gestion de copies.

Actifio a annoncé aujourd’hui avoir levé  100M$ pour accélérer la commercialisation de sa technologie de virtualisation de stockage et de gestion de copies, une levée de fonds qui porte à plus de 200 M$ le capital levé jusqu’alors par la firme.

Créé en 2008, Actifio a conçu une plate-forme de virtualisation de stockage dont l’objectif est de permettre de réduire de façon drastique le nombre des copies de données générées par une entreprise. Le constat de la firme est que chaque jeu de données est copié au moins une dizaine de fois pour répondre aux impératifs des utilisateurs. Le jeu de production est souvent cloné plusieurs fois à des fins de protection, mais aussi cloné pour les besoins des équipes de développement de préproduction ou de test. Autant de copies et de clones qui augmentent d’autant les besoins en capacité et accroissent de façon exponentielle les coûts de stockage et la complexité de gestion des données dans les datacenters d’entreprises.

L'interface de gestion d'actifio

 

Optimiser la gestion des copies de données dans le datacenter

La technologie Copy Data Storage d’Actifio, s’appuie sur une appliance qui dispose de son propre stockage ou virtualise l’ensemble du stockage sous-jacent (EMC, Hitachi, IBM, Oracle, HP, NetApp, Fujitsu, Violin, Dell…) et permet grâce à un mécanisme intelligent de snapshot de gérer  et de produire l’ensemble des copies nécessaires à la bonne exploitation des données d’entreprise. L’appliance délivre aux différentes applications des copies virtuelles des données qu’elles ont besoin d’accéder. L’appliance dispose en fait en permanence d’une copie maîtresse des données à partir de laquelle elle génère l’ensemble des vues virtuelles requises par les différentes équipes SI. La technologie de la firme s’appuie sur un mécanisme de snapshot (de type copy on write) et de suivi de blocs modifiés qui s’interface avec les API standards du marché telles que les API de stockage de VMware, RMAN d’Oracle, VSS de Microsoft…

Un bénéfice additionnel de l’appliance est qu’elle compresse et déduplique les données primaires à la volée permettant en plus de la réduction de données liée à la gestion centralisée et virtualisée des copies, de réduire l’espace de stockage occupé par les données primaires, mais aussi de réduire les volumes des données pour les opérations de réplication entre sites (l'appliance intègre sa propre technologie de réplication et élimine aussi le besoin de licencier les technologies propriétaire des différents fournisseurs de baies). Actifio estime que sa technologie permet de réduire par un facteur de 10 le volume des données typiquement généré par une entreprise.

L’appliance a aussi un rôle à jouer dans les opérations de backup et de restauration, puisqu’elle permet en cas d’effacement ou d’erreur humaine sur un jeu de données de remonter le jeu de donner ou d’en régénérer un clone à la volée ou de revenir à un état antérieur du jeu de données. La technologie permet aussi de récupérer des fichiers unitairement (ce qui est pratique pour récupérer des VM ou des fichiers dans un volume NTFS). Elle permet aussi de restaurer des objets de façon granulaire (par exemple pour Exchange ou Sharepoint). Il est enfin possible de récupérer en « bare metal » un système de fichiers Windows ou Linux.

L’offre de la firme comporte actuellement huit appliances matérielles faisant tourner son logiciel Actifio 6.0. Leur capacité va de 7To à 100 To. La version gateway, dépourvue de stockage interne et qui s’appuie sur des baies de stockage sous-jacentes peut gérer jusqu’à 8 Po de données.

Actifio, aurait jusqu’alors séduit près de 300 clients dans le monde avec sa technologie. La firme compte parmi ses concurrents un acteur comme Delphix, dont les appliances de virtualisation se concentrent toutefois sur la virtualisation du stockage des grands serveurs de bases de données (et notamment Oracle, SQL Server et PostgreSQL). Une approche donc légèrement différente, puisque plutôt que les gains d’espace, Delphix met plutôt en avant les gains de productivité. Il est à noter que Delphix s’appuie lui aussi sur des mécanismes de snapshot, en l’occurrence des mécanismes s’appuyant sur le file system ZFS, utilisé par son appliance.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close