Trois questions à… Miguel Alava, Directeur Amazon AWS France

À l’occasion de l’AWS Summit qui se tenait aujourd’hui à La maison de la mutualité à Paris, LeMagIT a pu s’entretenir avec Miguel Alava sur le développement de la firme en France.

À l’occasion de l’AWS Summit qui se tenait aujourd’hui à La maison de la mutualité à Paris, LeMagIT a pu s’entretenir avec Miguel Alava, le directeur d'Amazon AWS France sur le développement de la firme dans l'Hexagone. Il revient notamment sur l'adoption des services du fournisseur par les entreprises et les start-ups.

LeMagIT : Pouvez-vous nous donner une idée de la taille d’Amazon France et de la santé d’Amazon sur le marché cloud dans l’hexagone ?

Miguel Alava : La France est l’un des pays stratégiques pour AWS en Europe. Nous y avons investi de façon importante l’an passé et on continue à recruter, notamment sur des postes de services professionnels et de gestion de comptes techniques. On a  aujourd’hu une équipe qui accompagne nos partenaires et nos clients dans la migration vers le cloud, avec notamment des équipes de conseils en architecture.

L’adoption du modèle de cloud évolue : au début, beaucoup pensaient que le cloud était une affaire de start-up. Aujourd’hui, on voit des entreprises qui basculent des workloads de production de façon massive dans le cloud. On voit une forte demande de la part des grands comptes. En fait, 70 % des entreprises du CAC 40 sont désormais clientes d’Amazon Web Services.

LeMagIT : À l’étranger, Amazon dispose de programmes spécifiques pour les start-ups et multiplie les formations. Qu’en est-il en France et notamment avez-vous noué comme Microsoft des partenariats avec le milieu de l’éducation pour former à votre plate-forme ?

Miguel Alava : AWS activate, qui est notre programme visant a aider les start-ups à disposer des ressources dont elles ont besoin dans le cloud AWS, est disponible en France et rencontre un grand succès avec les start-ups. Pour la formation, vous avez raison, il faut que le marché dispose des compétences nécessaires pour adopter une solution nouvelle. De ce côté-là, on a pas mal de programmes en place. Les hands-on labs, lors de cet AWS Summit, en sont un exemple. On a aussi un ensemble de formations qu’il est possible de suivre en mode self-service via le web. On a aussi des curriculums que les établissements d’éducation peuvent utiliser. Enfin, on a aussi fait des progrès en matière de certification sur notre plate-forme. Les demandes de certifications nourrissent l’écosystème et créent un cercle vertueux d’adoption.

LeMagIT : On l’a vu au cours des mois écoulés et encore cette semaine, vos concurrents comme Microsoft et Google ne s’interdisent pas de procéder à des acquisitions pour enrichir leur portefeuille de services. Amazon n’y a pour l’instant pas eu recours. Est-ce un tabou, ou pourriez vous envisager des acquisitions ?

Miguel Alava : La culture d’AWS est effectivement caractérisée par l’innovation interne. On n’est pas par principe opposé à des acquisitions. Mais le fait de développer nous même nos technologies en interne a jusqu’alors grandement simplifier leur mise en production et leur exploitation. Cette culture d’innovation est l’une des grandes raisons du succès d’Amazon.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close