Les assureurs tardent à prendre le train du Big Data

La plupart des compagnies d’assurance n’ont pas mis en place de stratégies Big Data à l’échelle de l’entreprise malgré la nécessité très forte du secteur d’accéder à de l’information conforme et exacte.

La plupart des compagnies d’assurance n’ont pas mis en place de stratégies Big Data à l’échelle de l’entreprise malgré la nécessité très forte du secteur d’accéder à de l’information conforme et exacte. Les entreprises du secteur de l’assurance sont souvent citées comme étant exposées à une concurrence non captive, hors de leur secteur traditionnel, à cause de leur lenteur à adopter les nouvelles technologies.

Selon une étude du cabinet d’étude BearingPoint, 90% des entreprises du secteur de l’assurance doivent encore implémenter une stratégie Big Data à l'échelle de l’ensemble de l’entreprise et risquent d’être dépassées par des agrégateurs de données plus agiles, qui ont emprunté quant à eux les voies du numérique.

Selon les conclusions de l’étude, le Big Data doit certes avoir un impact important sur l’industrie, mais les compagnies d’assurance n’y sont pour le moment pas préparées.

Plus de deux-tiers des entreprises interrogées par BearingPoint affirment pourtant que le Big Data jouera bien un rôle clé dans le futur. L’étude révèle ainsi que pour 71%, la gestion des données en volume sera une priorité clé en 2018. Pourtant seulement 24% estiment que le niveau de maturité de leur entreprise en matière de Big Data est avancé. Seulement 33% ont d’ailleurs démarré un projet de déploiement, au niveau d’un département ou à l’échelle de l’entreprise.

Le manque de compétences constitue un obstacle de taille pour l’implémentation des projets Big Data, selon 53% des responsables du secteur des assurances en Europe. 16% n’ont pas suffisamment de connaissances en la matière et 53% prétendent que les responsables IT sont isolés face à l’opportunité que peut offrir le Big Data. Seulement 37% considèrent leur entreprise comme prête à déployer de nouvelles idées liées au Big Data.

Patrick Maeder, spécialiste des pratiques des assurances chez BearingPoint, explique que les compagnies d’assurance ont encore le temps de mettre en place des stratégies convaincantes en matière de Big Data. « Nous voyons un fossé se creuser entre les leaders et les retardataires en matière de Big Data et d’analytique avancée dans les assurances. Mais la bonne nouvelle est que les retardataires peuvent tout de même combler leur retard », indique-t-il.

Selon une récente étude du cabinet Forrester Research, les compagnies d’assurance en Europe, en ne prenant pas la voie du  numérique, sont la proie d’entreprises qui aujourd’hui ne font pas partie du secteur. Selon lui, les entreprises du manufacturing, des télécoms et même des utilités, aux côtés de start-ups, pourraient bien s’accaparer une part du marché, traditionnellement réservés aux assureurs. L’étude recommande ainsi aux compagnies d’assurance, pour combler leur retard, d'ouvrir des laboratoires numériques, utiliser des compétences internes et externes et s’associer avec des entreprises du numérique.

Et surtout de ne pas tarder à le faire. Car si l’on en croit une étude d’Accenture réalisée dans 11 pays, 67% des consommateurs pourraient souscrire à des produits d’assurance auprès d'entreprises qui ne sont pas des assureurs traditionnels. Près d'un quart considéreraient pour cela des grandes entreprises Internet, à l’image de Google ou Amazon, qui deviendraient de potentiels vendeurs d’assurances.

Enfin, 43% pourraient considérer les banques dans leur décision d’achat. Selon Accenture, cela pourrait représenter des milliards d’euros dans le monde, car 40% des consommateurs sont à la recherche de nouveaux prestataires.

Traduit et adapté par la rédaction

Pour approfondir sur Big Data

- ANNONCES GOOGLE

Close