Internet des objets : déjà des tensions sur les capacités réseau

Bien que les entreprises appréhendent avec une confiance croissante le virage de l’Internet des objets, les réseaux sous-jacents sont de plus en plus menacés de saturation.

Confiantes, les entreprises se disent de plus en plus préparées au virage de l’Internet des objets. Mais les réseaux sous-jacents menacent de plus en plus de saturer lorsque le flux de données des objets connectés se transformera en déluge. C’est en tout cas le premier enseignement d’une étude conduite par Infoblox auprès de professionnels de l’IT aux Etats-Unis et outre-Manche et portant sur les opportunités et les défis de l’Internet des objets.
Inflobox a ainsi constaté une prise de conscience plus large de l’impact de l’Internet des objets : 90 % des DSI prévoient ou implémentent déjà des solutions visant à leur permettre de supporter les demandes « d’objets » dont le nombre est estimé à 26 milliards, à terme, sans compter les PC, les tablettes, et les smartphones.

Plus des trois quarts des sondés ont fait état de budgets et d’effectifs insuffisants pour faire face au déploiement de réseaux prêts pour l’Internet des objets. Et 89 % d’entre eux se sont déclarés confiants dans leur capacité à obtenir des subsides supplémentaires au cours des 12 prochains mois.

Toutefois, selon l’étude, les réseaux pourraient atteindre la saturation plus tôt qu’attendu : 57 % des 400 sondés estiment que leurs réseaux sont déjà au maximum de leur capacité. Mais l’administration de l’infrastructure réseau n’est une priorité importante que pour un peu plus de la moitié.

Et pourtant, selon Cricket Liu, directeur Infrastructure d’Infoblox, « l’automatisation du réseau va devenir crucial alors que les DSI seront confrontés à cette explosion de la complexité du résea ». Plus tôt en juin, une étude réalisée par Spiceworks a déjà tiré la sonnette d’alarme sur l’impact de l’Internet des objets sur l’IT des entreprises. Avec, en tête des risques : la sécurité et la confidentialité. Mais pour un tiers des sondés par Infoblox, les questions de sécurité associées à l’Internet des objets ne sont rien d’autre que du vent.

Un peu moins de la moitié des sondés s’inquiètent toutefois du risque de déploiements survenant sans leur feu vert. Et de souligner l’importance de la communication avec les métiers pour maîtriser précisément où et quand les déploiements de type Internet des objets surviennent. Et cela au-delà des règles édictées dans l’entreprise : pour 75 % des sondés, ces déploiements ne sont pas autorisés sans l’aval de la DSI.

« Ces résultats, bien qu’apparemment contradictoires, sont cohérents avec ce que nos clients nous rapportent », explique Liu. « Les DSI ont leur place à la table des discussions avec les métiers, lorsqu’il s’agit d’avancer sur les déploiements de type Internet des objets. Mais le processus d’achat est souvent déjà bien engagé avant que la DSI ne soit sollicitée. »

Adapté de l’anglais par la rédaction.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close