Cloud Foundry Foundation devient un projet de la Linux Foundation

Après plusieurs mois de travaux, la Cloud Foundry Foundation, censée donner au projet de Paas Open Source de Pivotal, un cadre indépendant est enfin opérationnelle. L’initiative s’est matérialisée concrètement sous la forme d’un projet collaboratif de la Linux Foundation qui apportera son expertise en matière de gouvernance et de gestion de projet collaboratif.

Après plusieurs mois de travaux, la Cloud Foundry Foundation, censée donner au projet de Paas Open Source de Pivotal, un cadre indépendant est enfin opérationnelle. Concrétement, la fondation opérera comme un projet collaboratif au sein de la Linux Foundation, qui apportera son expertise en matière de gouvernance et de gestion de projet collaboratif.  La Cloud Foundry Foundation rejoint ainsi les projets OpenDaylight, Xen Project, Tizen, Code Aurora, le Yocto Project, ou plus récemment DroneCode - pour n’en citer que certains. « La fondation est aujourd’hui pleinement opérationnelle, avec un modèle basé sur la contribution. Des millions de dollars sont aujourd’hui mis en commun au sein de l’écosystème du cloud », confirme Jim Zemlin, le patron de la Linux Foundation dans une vidéo de présentation.

Il faut dire que le projet a, depuis sa création, rallié certains des acteurs clés du marché du cloud, comme IBM  avec Bluemix, HP avec Helion, Atos très récemment et bien sûr Pivotal. Selon Jim Zemlin, le projet a connu une progression de presque 40 % de contributeurs et quelque 1 700 soumissions de commit l’année dernière, une progression de 70% souligne-t-il.

Une structuration de la communauté

« Nous voulons que la gouvernance de ce projet soit placée entre les mains de ceux qui ont un intérêt fort pour Cloud Foundry », décrypte Paul Maritz, le patron de Pivotal, qui explique que ce modèle de gouvernance par la contribution est important pour la technologie de Paas. « Nous souhaitions également encourager ce mécanisme de méritocratie, et ceux qui font le projet. »

A ce jour, la fondation compte plus de 40 membres. Mais l’important est que parmi ces membres, la fondation semble rassembler des pivots du secteur. Aux membres fondateurs, IBM, Pivotal, EMC, VMware et HP s’ajoute désormais Intel qui devient aussi membre platinium - aux côtés également de SAP qui s’était déjà associé au projet.  Hortonworks et SAS rejoignent le projet en tant que membres Gold, avec Capgemini, Accenture, Ericsson, General Electrics, Verizon. Parmi les membres Silver, on retrouve Akamai, Azul Systems, Canonical, Canopy (Atos), Docker, Fujitsu, MongoDB et Toshiba Solutions - pour n’en citer que certains. Notons toutefois l’absence d’Amazon et de Microsoft.

A ces nouveaux membres ont également été associés des processus. Afin de garantir l’interopérabilité entre projets issus de la fondation, un programme de certification, avec des tests poussés, est mis en place, explique Jm Zemlin, pour « éviter la fragmentation ». IBM a notamment participé à leur développement.
Côté développement, la fondation reposera sur un mécanisme de contribution baptisé Dojo qui vise à accélérer les soumissions et les commits et faire avancer plus rapidement les intégrations dans la base de code. Il s’agit de « faciliter et accélérer le soumission de codes de la part des développeurs ». Ce qui prenait des années ne prendra désormais que quelques jours, promet-il.

Clarification du secteur : vers un standard du Paas

Cette fondation Open Source opérationnelle, le marché du Paas - la brique du cloud qui peine toujours à trouver son rythme - pourrait bien avoir trouvé son référent et son standard, et ont pourrait donc  assister à une accélération de l'adoption du modèle. Jusqu’alors ce segment du Cloud restait très fragmenté par des offres différentes, développées par de multiples éditeurs,  chacun revendiquant plus ou moins le statut de standard. La création de la Cloud Foundry Fondation, surtout associée à la Linux Foundation,  pourrait avoir pour effet d’orienter le marché et de poser les bases d'un standard influent. Les travaux autour d’une certification et d’un processus collaboratif bien huilé, comme les Dojos, devraient aussi y contribuer.

« L’industrie était en attente d’un équivalent OpenStack pour les spécificités uniques du Paas et la Cloud Foundry Foundation est parvenue à attirer de nombreux participants parmi les les acteurs clé de l’infrastructure applicative. La formalisation de Cloud Foundry en tant que standard de l’industrie va contribuer à accélérer l’adoption du Paas en rassurant un peu plus les entreprises souhaitant accélérer leurs développements d’applications et éviter le verrou-vendeur’, explique ainsi Charlotte Dunlap, analyste au sein du cabinet Current Analysis, citée dans un communiqué.

Pour approfondir sur Open Source

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close