Dépenses IT : la plus forte croissance depuis 5 ans

Les départements IT prévoient d’augmenter de 3,3% leurs dépenses en 2015, soit la plus forte croissance en 5 ans, a révélé une étude réalisée auprès de 200 entreprises multinationales.

Les départements IT prévoient d’augmenter de 3,3% leurs dépenses en 2015, soit la plus forte croissance en 5 ans, a révélé une étude réalisée auprès de 200 entreprises multinationales douées d’une puissance totale d’investissement de quelque 60 milliards d’euros.

Cette progression (+3% l’année dernière et +1,8% en 2013) est le symbole de la prise en considération de plus en plus importante du numérique dans les stratégies des entreprises, selon le CEB, qui a mené l’étude.

Pour les responsables d’entreprises, la technologie jouera un rôle concurrentiel clé en 2015, soutient Andrew Horne, directeur du CEB, dans un entretien accordé à nos confrères de Computerweekly.

De la maintenance à l’innovation

Cette année, les DSI ont dépensé 33% de leurs budgets dans des projets innovants, contre 31% en 2013 et seulement 20% en 2000. Et ce, alors que les entreprises continuent de réduire leurs coûts liés à la maintenance pour réallouer les fonds à des projets qui donnent de la valeur aux métiers.

Le niveau réel des dépenses en faveur de l'innovation IT devrait toutefois être plus élevé : les autres départements d’une entreprise investissent également en technologie, faisant évoluer de 40% les budgets IT existants. « Observer uniquement le budget IT ne donne pas une vision globale. Les départements comme les ventes et le marketing fonctionnent avec des fournisseurs et disposent de leurs propres budgets en technologies », affirme Horne.

Les départements finance dépensent 4,5% de leur budget dans l’IT, les ressources humaines  4,3%, le marketing 4% et l’opérationnel 3,5%, indique l’étude.

Des calendriers plus courts

La technologie évolue à un tel rythme que les entreprises planifient les investissements IT pas plus d’un an et demi à l’avance, constate cette même étude. « Auparavant, cette planification s’étalait sur 3 ou 4 ans. Cette année, les feuilles de route s’arrêtent à 18 mois », confirme Horne.

Cette tendance a ainsi vu l’émergence d’une nouvelle génération de département IT hautement compétents, capables de ré-allouer leurs budgets IT de façon agile afin de profiter des technologies émergentes. Quelque 83% de ces départements IT peuvent transférer des investissements suffisamment rapidement pour réajuster leurs budgets en cours de route, en réaction à une demande qui évolue chez les métiers.

La majorité de ces entreprises créent d’ailleurs de nouvelles fonctions dans l’IT, comme les services managers, les architectes métiers et les designers d’expérience utilisateurs, pour proposer de meilleurs services aux métiers. 75% d’entre elles ont réorganisé leurs processus pour fournir aux clients des services de bout en bout, plutôt que de proposer un simple duo logiciel et hardware.

Services Cloud

Ces départements IT « High Capacity », comme les nomme l’étude, investissent également davantage dans les services Cloud, 45% déployant d’ailleurs les trois formes : Iaas, Paas et Saas.

Systématiquement, un tiers des entreprises ont dépensé au moins 6% de leurs budgets IT dans des technologies Cloud cette année, en hausse de 23% en un an. La croissance des dépenses Cloud devrait se poursuivre en 2015, affirme Horne. «  Je pense que cela devrait se poursuivre, de plus en plus d’entreprises optant pour le Iaas et le Saas. »

L’expérience client

Les DSI réallouent une part plus importante de leurs budgets à faciliter l’usage des systèmes cœur, poussés par le souhait des employés d’utiliser des technologies au bureau aussi facilement qu’à la maison. Le CEB prédit d’ailleurs que les designers d’expérience utilisateur vont devenir des pièces maîtresses en 2015, conséquence d’un bond dans les dépenses liées aux interfaces utilisateurs (de 15% à 17% du budget IT) en 2014.

Globalement, les effectifs des DSI devraient aussi augmenter d’un autre 4% à la fin de l’année, prévoit encore CEB.

Applications mobiles

Les investissements dans les applications mobiles progressent quant à eux plus lentement, démontre encore l’étude. Bien que la majorité des entreprises de l’étude développent ces apps, très peu y investissent plus de 6% de leurs budgets IT.  « La plupart des entreprises n’en sont qu’au stade expérimental », soutient encore Horne.

Impact sur les DSI

L’étude montre aussi que les DSI doivent assumer des responsabilités qui ne sont plus uniquement liées à l’IT. Presque 60% sont responsables d’au moins un autre poste – souvent lié aux achats – et la part des DSI ayant des responsabilités dans l’analytique métier a progressé rapidement en seulement 12 mois, passant de 15% à 30%.

Avec cette hausse des investissements,  les DSI vont devoir aussi garder le contrôle sur les coûts, prévient le CEB. « Une contrepartie. Les DSI devront s’assurer d’une croissance efficace de l’IT et faire attention de conserver les coûts flexibles afin de pouvoir les ajuster, à la baisse, et ne pas provoquer de gâchis. »

Traduit par la rédaction

 

Pour approfondir sur Economie

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close