pingingz - Fotolia

Primary Data en grande difficulté

Alors que l'entreprise semble en proie à de graves difficultés financières, le CEO de Primary Data se refuse à confirmer tout arrêt d'activité. Il chercherait une solution pour restructurer le capital de l'éditeur afin de le remettre sur les rails.

Si de multiples informations confirment les difficultés rencontrées par Primary Data, la firme se refuse pour l’instant à confirmer qu’elle a cessé son activité, comme l’a écrit notre confrère The Register.

Contacté mardi soir par nos confrères de SearchStorage.com et interrogé sur la fermeture de la société, son CEO, Lance Smith a répondu : « Il n’y a rien que je puisse commenter à cette heure ».

Il semble que Smith soit toujours en train d’essayer de trouver une porte de sortie pour l’éditeur, même s’il s’est refusé à le confirmer.

Mentionné dans le dossier SRM de notre magazine Storage n°11 de septembre 2017, Primary Data est l’une des start-ups travaillant sur le problème de la gestion de données non structurées à grande échelle, aux côtés de sociétés comme Komprise ou StrongBox.

Fondé par des vétérans de Fusion-io

La société a été fondée par des vétérans de l’industrie comme les cofondateurs de Fusion-io, David Flynn et Rick White, ainsi que par Smith, qui été le président et CEO de Fusion-io. Le cofondateur d’Apple, Steve Wozniak, faisait aussi partie des fondateurs et avait le titre de Chief Scientist.  

En août dernier, Primary Data avait levé 20 M$ additionnels et obtenu une ligne de crédit additionnelle de 20 M$. La firme avait précédemment levé 60 M$ en deux étapes, respectivement en 2013 et 2014.

Des nuages qui s’accumulent

Les rumeurs de défaillance de la société ont débuté lorsque TechCrunch a rapporté que Primary Data allait fermer ses portes après que ses investisseurs ont refusé de convertir leurs actions préférentielles en actions ordinaires.

Le site israélien CTech a ensuite expliqué que la firme avait envoyé un courrier à ses employés de Tel-Aviv pour les avertir de leur licenciement. Le courrier, émanant d’Eric Iverson, le « senior director total rewards » (sic) de Primary Data indiquait :

« Primary Data suspend ses opérations et votre dernier jour en tant qu’employé sera le 21 janvier. Malheureusement, les financements attendus ne se sont pas concrétisés à temps pour éviter votre licenciement. Nous comprenons que la nouvelle est soudaine, mais nous devons nous séparer tant que nous avons encore les fonds nécessaires pour vous payer les jours où vous avez travaillé.

Primary Data avait des bureaux à Los Altos, en Californie, à Salt Lake City dans l’Utah, et à Tel-Aviv, en Israël. Aucune nouvelle n’avait jusqu’alors filtré à propos d’éventuels problèmes financiers au sein de la société.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close