stefanovi - Fotolia

Disques Flash QLC : Micron a débuté les livraisons à ses premiers clients

Micron a commencé la livraison de SSD à base de mémoire flash à quatre couches à ses premiers clients. Les disques ION 5210 du constructeur affichent une capacité maximale de 7,68 To et devraient avoir une résilience de l'ordre d'une demi écriture complète par jour. Ils devraient aussi être 15% moins chers que les disques TLC actuels.

Micron Technology a commencé à livrer ses premiers SSD équipés de mémoire NAND 3D à quatre couches (QLC), permettant de stocker 4 bits de données par cellule mémoire.

Le SSD Micron 5210 ION a une capacité brute maximale de 7,68 To et s’appuie sur la technologie 3D NAND QLC à 64 couches de Micron, une technologie que le fondeur a codéveloppée avec Intel. Il est actuellement en cours d’expédition vers quelques clients clés et devrait être disponible plus largement à l’automne.

Micron et Intel revendiquent être les premiers fabricants de puces flash à livrer des supports à base de NAND QLC, même si certains concurrents comme Toshiba Memory ont livré des échantillons dès juin 2017. « Depuis un an, on en parle beaucoup. Nous savons que tout le monde a livré des échantillons de SSD. Mais personne n’en avait réellement vendu », a expliqué Steve Hanna, le directeur du marketing produits chez Micron à nos confrères de SearchStorage.com.

Le SSD Micron 5210 ION

Intel indiqué avoir commencé à livrer des échantillons de puces 3D NAND QLC de 1 Tbit à plusieurs clients, mais la firme s’est refusée à discuter de ses plans en matière de commercialisation de SSD à base de mémoire QLC. Un porte-parole d’Intel a expliqué à SearchStorage.com que des annonces seront effectuées plus tard cette année.

De premières livraisons en cours

Les SSD 5210 ION de Micron sont en cours de livraison auprès de grands clients comme des fabricants de serveurs et de baies de stockage ainsi qu’auprès de grands acteurs du cloud et de grandes entreprises. Mais Micron indique qu’il pourrait encore apporter des changements à ses produits d’ici à leur commercialisation en volume.

« Nous continuons d’en apprendre davantage et d’améliorer le produit afin que nous puissions apporter d’autres améliorations d’ici à la date de commercialisation finale », a expliqué Hanna.

Le 5210 ION est un SSD d’entreprise de 2,5 pouces, avec une capacité brute de 1,92 To à 7,68 To. Il semble basé sur le même contrôleur Marvell que les 5200 et 5100 et utilise une interface SATA. Son firmware intègre la technologie FlexCapacity de Micron qui permet de paramétrer le disque pour privilégier la performance ou la capacité.

Micron ne fournit à ce jour aucune donnée de performance ou de résilience. Mais il est probable qu’avec une durée de vie annoncée de l’ordre de 1000 écritures par cellule, le SSD devrait afficher un ratio DWPD (« Drive Write per Day » ou nombre d’écritures complètes du disque par jour) d’environ un demi.

Plus de capacité, mais une endurance en baisse

Dans la pratique, cela devrait suffire pour garantir une durée de vie minimale de 5 ans avec des applications nécessitant peu d’écritures (typiquement pour des applications ayant un ratio d’écritures/lectures de type 90/10 ou 95/5).

À titre de comparaison, une mémoire MLC à 2 couches a une durée de vie de l’ordre de 10 000 écritures et une mémoire MLC à une couche une durée de vie d’environ 3 000 écritures.

Un besoin d’endurance en baisse et une quête continue de la baisse des prix

Pour Joseph Unsworth, vice-président de la recherche chez Gartner, le développement de la technologie QLC est un impératif à long terme, car l’industrie de la mémoire flash est confrontée à un défi permanent de réduction des coûts et d’accroissement des densités. Selon lui, la mise en œuvre de la technologie QLC pourrait permettre d’abaisser le prix des SSD d’environ 15 % par rapport à un modèle à trois couches (TLC) équivalent.

Si Gartner n’anticipe pas un remplacement des disques TLC par des disques QLC (contrairement à ce qui s’est produit lors des précédentes transitions technologiques), Gartner prédit qu’environ 20 % de la capacité NAND mondiale livrée dans le monde en 2021 pourrait être fabriqué avec la technologie QLC. Cette proportion pourrait passer à 60 % à l’horizon 2025.

La demande s'oriente de plus en plus vers des disques plus économiques mais à moindre endurance

« Le MLC a remplacé SLC et a presque tué le SLC. Le TLC a remplacé Le MLC et a pratiquement tué le MLC. Mais le QLC ne va pas tuer le TLC. Il va simplement devenir une alternative à TLC », a indiqué Tim Stammers, analyste senior chez 451 Research. Il a notamment pointé du doigt l’endurance et la performance réduite des SSD à base de mémoire NAND QLC. Toutefois, il estime que le QLC rencontrera le succès, car il va permettre d’abaisser le prix des disques ».

L’adoption de la technologie répond aussi à une évolution du marché. Si à l’origine l’endurance des disques était une exigence clé (les premières applications ciblées étant des applications critiques avec un taux d’écriture élevé), la demande évolue vers des applications moins critiques effectuant peu d’écritures, mais nécessitant de stocker de grands volumes de données à un coût raisonnable. C’est le décollage de ce type d’applications et le besoin de tirer les prix vers le bas qui devrait faire décoller la demande pour la mémoire flash QLC.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close