Qualcomm décime sa division processeurs ARM pour serveurs

Qualcomm qui avait déjà largement revu à la baisse ses ambitions sur le marché des serveurs dans le courant du premier semestre a récemment annoncé une nouvelle vague de licenciement dans sa division datacenter. Cette dernière ne compterait plus que 50 salariés contre un millier en début d'année.

Selon nos confrères américains de « The Information », Qualcomm a récemment licencié 269 salariés, pour la plupart membres de sa division datacenter à Raleigh et San Diego. Ces licenciements interviennent alors que le constructeur a décidé de se désengager du marché des processeurs ARM pour serveur, un marché sur lequel il avait décidé de se lancer avec sa gamme de puces Centriq.

Selon The Information, la division datacenter de Qualcomm ne compterait plus qu’une cinquantaine de salariés contre près d’un millier au début de l’année. Spécialiste historique des puces mobiles, Qualcomm avait misé sur le marché des datacenters pour tenter de se diversifier sur un marché en pleine croissance. L’objectif affiché du constructeur était de s’appuyer sur ses puces ARM pour s’imposer comme un concurrent frontal d’Intel.

Mais Qualcomm a dû revoir sa stratégie sous la pression de ses actionnaires. La firme fait l’objet de multiples enquêtes antitrust du fait de sa gestion agressive de son portefeuille de brevets mobile et elle est aussi empêtrée dans une bataille féroce avec Apple à ce sujet. Ses profits sont en recul et la firme s’est engagée auprès de ses investisseurs à réduire ses coûts de près d’un milliard de dollars.

Dans ce cadre, Qualcomm a tout simplement décidé de mettre un terme à ses ambitions dans les datacenters. Ironiquement, ce revirement ne devrait pas affecter la coopération entre Qualcomm et la province du Guizhou. Cette coopération a donné naissance en janvier 2016 à une coentreprise baptisée HXT (Guizhou Huaxintong SemiConductor Technology). HXT est contrôlé à 55 % par la province du Guizhou et participe à l’effort de création d’une industrie chinoise des semiconducteurs. Les processeurs de la firme sont des dérivés directs des puces Centriq, adaptés au marché chinois.

HXT produit notamment la puce Thanglong 4800 (StarDragon 4800), qui reprend les caractéristiques des Centriq 2400. Le Thanglong 4800 est une puce ARM v8 gravée en 10 nm dans les usines de Samsung. Elle embarque 48 cœurs ARM et a pour objectif de concurrencer directement les Xeon d’Intel sur le marché chinois. Plusieurs fabricants dont Gigabyte ont d’ailleurs présenté des designs de serveurs motorisés par la puce lors de la conférence de lancement de celle-ci. Des acteurs comme Alibaba, Tencent, ZTE, Inspur, China Unicom, China Mobile, Lenovo étaient aussi représentés lors du lancement.

Notons que plusieurs salariés américains de la division datacenter de Qualcomm ont récemment rejoint Ampere Computing, une autre start-up travaillant sur des puces serveur ARM, ainsi que Microsoft.

Pour approfondir sur ARM

- ANNONCES GOOGLE

Close