Tierney - stock.adobe.com

HP complète l’offre de sécurité de ses PC professionnels

Le constructeur vient de présenter Sure Sense, le tout dernier composant de son éventail de mécanismes de sécurité pour sa gamme d’ordinateurs personnels à destination des entreprises.

HP continue de chercher à séduire les entreprises en accompagnant sans surcoût ses PC de mécanismes de sécurité plus ou moins exclusifs. Il en va ainsi de l’original Sure Run, un mécanisme visant à assurer la persistance des composants logiciels de sécurité ou encore de Sure Click, une technologie de protection contre les logiciels malveillants accidentellement téléchargés sur le poste de travail. Développée en partenariat avec Bromium, celle-ci permet d’isoler chaque session Web dans une micro-machine virtuelle et vient tout récemment de recevoir une mise à niveau, avec Sure Click Advanced. Mais celle version est réservée aux clients de Proactive Security de HP, dans le cadre de ses offres de « Device as a Service ».

A l’éventail des composants Sure, HP ajoutera d’ici la fin du printemps Sense, un module de protection contre les logiciels malveillants faisant l’impasse sur les traditionnelles signatures antivirales. Sur le poste client, Sure Sense prend la forme d’un agent local chargé de confronter ce qui s’invite sur la machine à des modèles de maliciels entraînés par apprentissage profond. HP assure que le recours à cette technique d’intelligence artificielle permet d’aller plus loin dans la détection des menaces inédites que l’apprentissage automatique, lequel séduit déjà avec des éditeurs tels que Cylance et SentinelOne, pour ne citer qu’eux.

HP n’a pas développé Sure Sense en interne, mais s’appuie sur un partenaire tiers qu’il se refuse pour l’heure à nommer. Reste que l’éventail d’éditeurs susceptibles de s’effacer ainsi pour satisfaire le constructeur n’est pas très vaste.

Parmi les candidats, on peut être tenté de penser notamment à Deep Instinct, une start-up fondée à New York en 2015. Ses modèles lui ont récemment permis d’afficher un taux de prévention de 100 % sans aucun faux positif aux tests de SE Labs – qu’il s’agisse d’exécutables ou de scripts Powershell, Visual Basic ou JavaScript, voire de macros Office.

En juillet 2017, Nvidia a d’ailleurs décidé d’investir dans Deep Instinct, expliquant alors que la jeune pousse « utilise un réseau neuronal à base de GPU et Cuda pour atteindre des taux de détection de 99 % ».

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close