Rawpixel - Fotolia

Coronavirus : DataRobot licencie pour faire face à la crise

Datarobot, l’éditeur d’une plateforme de machine learning automatisé, un acteur majeur du secteur de l’intelligence artificielle, a licencié des employés à cause de la crise sanitaire en cours après des années de forte croissance. 

Si les conséquences indirectes du virus ont frappé le plus durement les secteurs de la vente de détail, du voyage, l’industrie IT et certains éditeurs de solutions IA sont également contraints de se replier.

Suite de l'article ci-dessous

Après plusieurs années de croissance explosive, DataRobot a licencié des employés en raison de ce qu’il a appelé « l’évolution des conditions du marché » causée par la pandémie de coronavirus. C’est ce qu’il affirme dans un communiqué officiel.

« Nous avons décidé de rationaliser certains domaines afin de les aligner sur notre orientation commerciale actuelle et notre stratégie de mise sur le marché », écrivent les responsables de l’entreprise.

Cela inclut la diminution des dépenses opérationnelles non essentielles, notamment la réduction des effectifs. DataRobot entend octroyer des indemnités et des services de reclassement aux employés licenciés. Ces départs anticipés auraient vraisemblablement eu lieu à la fin du mois de mars.

S’il ne communique pas sur le nombre de personnes concernées, cette vague de licenciement semble importante au vu des nombreux messages publiés sur le réseau social professionnel Linkedin.

DataRobot coupe les effectifs dans la communication et le marketing

Les anciens employés qui ont fait part de la situation sur Linkedin occupaient principalement des postes dans le domaine de la communication et du marketing.

« Mon parcours avec DataRobot s’est malheureusement terminé. L’entreprise a pris la décision difficile de licencier des employés », a écrit Sheila Lahar, ancienne directrice du marketing contenu chez DataRobot dans un post publié le 27 mars. Dans la suite du message, elle remercie l’entreprise et ses collaborateurs.

Avant la crise sanitaire en cours, DataRobot a réuni près d’un demi-milliard de dollars via des levées de fonds. L’éditeur a acquis trois éditeurs en 2019 : Cursor, ParallelM et Paxata. DataRobot a également nommé un nouveau président et directeur des exploitations le 11 février dernier : Dan Wright.

« Je présume que les licenciements pourraient être le résultat d’une combinaison d’un redimensionnement opportuniste et d’une réduction des risques. »
Mike GualtieriForrester

L’éditeur comptait plus de 1 000 employés, selon Craft, un site Web spécialisé dans l’intelligence d’entreprise. Le spécialiste de l’automatisation du machine learning a des bureaux aux États-Unis (Boston, San Francisco et Chicago), en Australie, en Allemagne, au Japon, au Royaume-Uni, à Singapour et en Ukraine.

Datarobot a embauché « à tour de bras », considère Mike Gualtieri, analyste chez Forrester. « Je présume que les licenciements pourraient être le résultat d’une combinaison d’un redimensionnement opportuniste et d’une réduction des risques ».

Les projets IA plus ou moins impactés

Toutefois, il ne s’agit pas d’un acte isolé aux États-Unis. Les demandes d’allocation chômage ont grimpé en flèche dans tout le pays. Cela concerne plus de 3,3 millions d’Américains. La Banque de réserve fédérale estime que la réduction d’activité pourrait impacter 47 millions de personnes en raison de la pandémie.

Malgré cela, certaines entreprises tenteront de maintenir les investissements dans l’IA et chercheront à en tirer profit lors de la reprise de l’économie, selon Mick Gualtieri.

« Les entreprises qui ont déjà investi et bénéficié de projets IA, accéléreront leur adoption après la pandémie parce qu’elles ont la confiance nécessaire pour l’utiliser avec succès », considère l’analyste de Forrester.

Cependant, les entreprises qui n’ont pas encore de projets en cours « vont probablement réduire leurs efforts, car elles n’ont pas les compétences nécessaires pour assurer leur succès », conclut-il.

Pour approfondir sur Editeurs

Close