Binkski - stock.adobe.com

Astra : la clé de NetApp pour migrer les containers avec leurs disques

Prévu en préversion d’ici à cet été, le projet Astra doit simplifier radicalement la migration en cloud des containers qui utilisent du stockage persistant. Essentiellement, les bases de données.

NetApp dévoile ces jours-ci Astra, son projet de suite d’administration du stockage pour les environnements Kubernetes. Cet environnement reposera sur Trident, le pilote CSI que NetApp propose depuis quelques années déjà pour permettre à un cluster Kubernetes de gérer du stockage persistant. Astra doit principalement résoudre le problème qui se pose quand on migre les applications en containers d’un cluster à l’autre – généralement du datacenter vers un cloud : si ces containers utilisent un stockage persistent, ils le perdent en cours de route.

Suite de l'article ci-dessous

« Jusqu’à présent, ce genre de migrations était très compliqué. Principalement parce que lorsque l’on parle de stockage persistant, on parle en réalité d’applications qui utilisent des bases de données. Or pour migrer celles-ci à la main, l’administrateur doit gérer leur réplication en plus de celle des containers, mais aussi s’assurer que les informations restent cohérentes entre le début et la fin de la copie, alors qu’elles continuent d’être modifiées. Il faut aussi tester que tout redémarre bien. La vocation d’Astra est d’automatiser tout cela », explique au MagIT Yves Weisser, architecte cloud chez NetApp pour la zone EMEA.

Selon ses observations, les deux tiers des applications actuellement en production dans les entreprises utilisent des bases de données, mais seuls 14% des clusters Kubernetes en production fonctionnent avec du stockage persistant. « Kubernetes est tout à fait compatible avec les applications qui utilisent des bases de données, mais les entreprises se retiennent de l’utiliser pour cela car, jusqu’ici, l’outillage fait défaut », avance-t-il.

Un système efficace car il reconnaît ce qu’il migre

Une démonstration en ligne à laquelle LeMagIT a pu assister mettait en situation un scénario-type. Astra sera en fait un service SaaS, accessible depuis le portail cloud.netapp.com. En quelques clics, son interface découvre les clusters Kubernetes à la source et permet de choisir les Pods à migrer, choisir la destination, puis lancer la migration. Une boîte à outils est présente pour monitorer les containers avec leur stockage, effectuer les sauvegardes, les restaurer. Astra sera par ailleurs pilotable depuis Fabric Orchestrator, la nouvelle console d’administration générique à tous les produits NetApp.

« Il faut comprendre qu’au-delà de l’interface toute automatique, le tour de force d’Astra est de reconnaître le type de bases de données utilisé et d’adapter le processus de migration aux caractéristiques d’un MongoDB ou autre. Sans cela, Fabric Orchestrator ne voit que des Pods et il est donc compliqué quelles bonnes pratiques sont nécessaires pour migrer tels ou tels pods avec leur stockage persistant », ajoute Yves Weisser.

NetApp ne donne pas encore la liste des bases de données reconnues, ni des autres applications supportées et qui ont elles aussi besoin d’un stockage persistant. Et pour cause : l’annonce d’Astra a lieu très en amont de la publication de la première version du produit, lequel portera vraisemblablement un nom différent à sa sortie. Les entreprises inscrites auprès de NetApp pour tester ses produits en avance de phase auront accès à partir de juin à une version dite « alpha » qui ne permettra de migrer les containers que vers les clouds publics Azure et GCP.

De même, la compatibilité avec AWS ou avec un cluster Kubernetes sur site, sous VMware vSphere ou Red Hat OpenShift, est promise. Mais aucune date n’est donnée.

Astra pour tous les Kubernetes mais uniquement avec du stockage NetApp

Même si le constructeur n’est pas très loquace sur le sujet, il est entendu qu’Astra ne servira qu’à migrer les applications en containers qui utilisent du stockage persistant de marque NetApp. Outre ses baies de disques matérielles déployées en datacenter, ce stockage comprend également les baies virtuelles Cloud Volume OnTap, disponibles dans les clouds publics AWS, Azure et GCP. En clair, pour bénéficier des facilités de migration vers le cloud public offertes par Astra, il faudra au préalable avoir acheté des Cloud Volume OnTap chez l’hébergeur du cloud-cible (le service s’appelle plus exactement NetApp Files chez Azure).

On rappellera que, pourtant, NetApp a signé, comme les autres constructeurs du stockage, son adhésion au programme Anthos Ready Storage, censé rendre les baies de disques interchangeables du point de vue de Kubernetes.

Il est à noter que plusieurs observateurs ont compris dans l’annonce d’Astra – et sa compatibilité revendiquée avec les Kubernetes de VMware, Red Hat, etc. – NetApp arrêterait de fait de commercialiser NKS, le Kubernetes qu’il édite lui-même. En réalité, NetApp n’a pas du tout confirmé cette rumeur. Il est probable que les observateurs en question fassent l’amalgame entre la stratégie de NetApp et celle de Portworx. Celui-ci propose depuis longtemps un environnement similaire au couple Astra/Trident, mais il n’édite pas lui-même de distribution Kubernetes.

Pour approfondir sur Stockage en Cloud

- ANNONCES GOOGLE

Close