Greg Blomberg - Fotolia

Les grands du stockage se font labéliser « Anthos Ready Storage »

Plutôt que dire aux entreprises de jeter leurs baies de disques avant d’aller en cloud, Google a été voir Dell EMC, HPE, NetApp et Pure Storage afin de mieux intégrer leurs solutions sur site à Kubernetes.

Dell EMC, HPE, NetApp et Pure Storage se sont empressés de rejoindre le label « Anthos Ready Storage », que Google vient de lancer cette semaine. Anthos, alias Google Cloud Anthos, est un modèle de cluster Kubernetes. Son ambition est de remplacer les plateformes de virtualisation traditionnelles – VMware ESXi (vSphere…), Microsoft Hyper-V ou encore KVM dans le monde Linux – par un système de containers qui permet aux applications d’être exécutées sur site comme en cloud, sans aucune modification. Dans ce contexte, le nouveau label Anthos Ready Storage est censé garantir aux entreprises que les baies de stockage qu’elles utilisent ne vont pas nuire à cette universalité. 

« En théorie, n’importe quelle application est censée fonctionner partout. Mais en pratique, les entreprises savent bien qu’il y a toujours quelque chose qui cloche et qu’elles vont perdre du temps à chercher où se trouve le problème : dans le matériel, dans le logiciel, dans les interactions… Elles sont donc friandes de produits qui sont validés pour un fonctionnement universel et qui vont faire gagner du temps aux architectes IT », commente l’analyste Scott Sinclair, d’Enterprise Strategic Group.

Pour qu’une baie de stockage obtienne ce label, encore faut-il qu’elle fasse la preuve de fonctionner en parfaite intelligence avec Kubernetes. Cela signifie qu’elle doit s’interfacer avec les APIs de ce système pour, typiquement, provisionner de manière dynamique les volumes de stockage. La baie doit aussi offrir à Kubernetes le stockage élastique, la portabilité des traitements et la simplicité des déploiements qu’il attend.

Pour l’heure, ils sont six fournisseurs à avoir développé un pilote CSI (Container Storage Interface) certifié compatible avec GKE, la distribution Kubernetes de Google qui fait office de référence pour le modèle Anthos. En plus des quatre fabricants de baies de disques précédemment cités, il s’agit de Portworx et de Robin.io, qui éditent des systèmes pour transformer des serveurs et leurs disques en appliances de stockage dédiées à Kubernetes.

Pactiser avec les fournisseurs de stockage plutôt que les concurrencer 

« Le label Anthos Ready Storage […] montre qu’un grand fournisseur de cloud a compris la nécessité de travailler avec les constructeurs d'équipements sur site, alors qu’ils cherchent d’habitude à se faire concurrence. »
Scott SinclairEnterprise Strategic Group

« Le label Anthos Ready Storage est une étape importante sur le marché, car il montre qu’un grand fournisseur de cloud a compris la nécessité de travailler avec les constructeurs d'équipements sur site, alors qu’ils cherchent d’habitude se faire concurrence », ajoute Scott Sinclair.

Selon Sameet Agarwai, en charge de l’engineering chez Google, ce sont les grandes entreprises, notamment dans le secteur bancaire, qui ont incité Google à faire le ménage dans les technologies de stockage, alors que celles-ci sont d’ordinaire considérées comme non-critiques par les clients.

« Nous parlions à ces entreprises de services de haut niveau et, elles, elles nous demandaient quelles baies de stockage elles devaient utiliser avec Anthos pour que tout fonctionne comme prévu. Nous sommes donc allés voir les fournisseurs avec lesquels elles travaillent d’ordinaire, avec lesquels elles ont des années de partenariat. Nous avons bien compris que notre priorité était d’aider nos clients à moderniser leurs applications, plus que de leur dire de migrer leurs infrastructures chez nous », dit-il.

« Si toutes les entreprises ont à l’esprit que le chemin de la transformation va vers le multicloud, nombre d’entre elles en sont encore en effet à devoir moderniser leurs applications pour qu’elles fonctionnent en cloud. Notre propos devient donc de les convaincre de le faire avec Kubernetes en leur promettant que, ainsi, ils n’auront jamais à réarchitecturer leurs codes entre les déploiements sur site et en cloud, notamment parce que le stockage apparaîtra de manière identique où qu’il se trouve. »

Garantir que les fonctions des baies de disques fonctionneront sous Anthos

Jusque-là, Anthos GKE était livré avec des pilotes de stockage génériques pour Kubernetes et VMware – un cluster Kubernetes étant le plus souvent déployé sous la forme d’une machine virtuelle par-dessus vSphere. Désormais, il acceptera des pilotes CSI tiers.

Selon Sameet Agarwai, ces pilotes CSI doivent permettre aux fournisseurs de mettre en avant des fonctions propres à leurs baies de disques. Google n’exclut pas non plus que son nouveau label incite les fournisseurs à partager leurs fonctions pour qu’elles puissent être implémentées dans les pilotes Open source.

Le CSI de Portworx apporte ainsi les modules de haute disponibilité, de sauvegarde et de PRA-multicloud déjà présents dans son système de stockage PX pour Kubernetes. Autant de fonctions qui ne sont pas prévues d’origine dans un pilote CSI générique. Le point important, surtout, est que le CSI labélisé est censé garantir que ces fonctions sont parfaitement intégrées et, donc, que l’universalité est préservée.

« Les tests de qualification d’Anthos évaluent de manière très rigoureuse l’expérience des utilisateurs avec une technologie, de son installation à son utilisation en opération. Le niveau d’exigence est tel que les clients finaux peuvent avoir confiance dans la qualité d’intégration entre Anthos et les solutions des partenaires labélisés », dit, à ce propos, Gou Rao, le fondateur de Portworx.

Outre la sauvegarde, le CSI de Robin.io apporte quant à lui la fonction de migration des données applicatives, de leurs métadonnées descriptives et des données de configuration entre un cluster sur site et d’autres en cloud. Celui de Pure Storage donne accès au stockage en mode bloc de ses FlashArray et FlashBlade, de sorte que les utilisateurs puissent choisir le système de fichiers le plus adéquat pour leurs applications, typiquement Posix ou Windows. Le CSI de NetApp rend accessibles, sous Anthos, toutes les fonctions de son système OnTap, de ses infrastructures hyperconvergées HCI et de son environnement d’administration Trident.

« Le fait de supporter toutes les fonctions des équipements traditionnels apporte non seulement plus de flexibilité aux administrateurs du stockage sous Anthos, mais permet aussi de rentabiliser des baies de disques que les entreprises avaient achetées pour ces fonctions, avant de penser à déployer Anthos. Avec ce label, en somme, Google évite la pire chose qu’un fournisseur puisse faire : dire à une entreprise qu’elle doit commencer par jeter à la poubelle tout ce dont elle dispose déjà », conclut Scott Sinclair.

Pour approfondir sur Administration du stockage

- ANNONCES GOOGLE

Close