olly - Fotolia

Covid : les projets « data » peu touchés par la crise, selon Quantmetry

Dans son baromètre annuel des directions data, le cabinet de conseil Quantmetry laisse s’exprimer des dirigeants concernant l’impact du COVID sur leurs investissements liés aux traitements des données. Près de 68 % des responsables interrogés déclarent conserver ou augmenter leur budget data en 2020.

La crise du coronavirus a provoqué un moment de flottement. Les organisations et les éditeurs (ainsi que nous, les journalistes) se demandaient si les entreprises maintiendraient leur investissement dans des projets de data science. Rapidement, certains se sont fait l’écho de prolongement des systèmes déjà lancés ou en cours de lancement, et de l’avortement des projets embryonnaires. Force est de constater qu’il est difficile d’évaluer cet aspect.

Suite de l'article ci-dessous

Un maintien des budgets « data », malgré la crise

Le cabinet de conseils en intelligence artificielle Quantmetry s’y essaye dans son baromètre data annuel. Premier constat encourageant de prime abord, 68 % des dirigeants interrogés déclarent conserver ou augmenter leur budget lié à la donnée en 2020. Le document fourni par Quantmetry détaille ce partage.

Seulement 8 % des personnes interrogées affirment que leur entreprise a augmenté son budget data, ou va le faire, au cours de cette année. Soixante pour cent des sondés confirment maintenir leur budget. Environ la moitié des dirigeants (48 %) conservent leur portefeuille de cas d’usage à isopérimètre. Finalement, près de 20 % des répondants affirment que leur entreprise va baisser l’enveloppe allouée aux projets de traitement de données.

« Parmi celles qui abaissent leurs budgets, 71 % se donnent pour ambition de recentrer leurs efforts sur les projets à plus haute valeur ajoutée, et de renforcer leurs exigences en matière de ROI », peut-on lire dans un communiqué de presse.

Cependant 68 % des répondants notent une dégradation de leur activité. Elle serait entraînée par une baisse de la consommation et le blocage ou le frein des chaînes d’approvisionnement à cause des restrictions sanitaires. Les entreprises les plus touchées par la crise seraient celles du transport et de la logistique ainsi que les médias. Les secteurs de l’agroalimentaire, de la santé et le secteur public semblent moins concernés. Un peu plus de la moitié des personnes interrogées (52 %) admettent « manquer de convictions sur les perspectives 2021 ».

À la recherche du data engineer (et d’une meilleure cohésion de groupe)

Pour information 79 % des répondants ont au moins un cas d’usage en production en 2019. En 2020, environ 31 % des projets passent ce stade fatidique. D’un point de vue organisationnel, ces entreprises ont réussi à recruter suffisamment de data scientists et cherchent maintenant à engager des data engineers et des machine learning engineers. Toutefois, les ressources humaines peineraient encore à qualifier les candidatures reçues, selon le baromètre. De plus, près de la moitié des ressources techniques seraient externes aux entreprises.

Et si le partage de ressources opérationnelles et financières entre les équipes data et la DSI devraient favoriser l’avènement des projets, ces pôles ont parfois des volontés contradictoires, qui ralentissent les plus gros projets et l’innovation, mais favorisent les « quick wins ».

Il faut dire que les organisations data sont jeunes : 48 % d’entre elles ont trois ans ou plus. Elles « passent un cap de maturité, mais cherchent encore leur place dans l’entreprise », écrivent les auteurs du baromètre Data chez Quantmetry. Cinquante-sept pour cent des dirigeants interrogés ont tout de même l’intention de passer à des « modèles hybrides » en 2020, c’est-à-dire une méthodologie opposée au déploiement des projets en silos.

Malgré la petite taille de l’échantillon, 35 dirigeants interrogés, Quantmetry assure que celui-ci est représentatif des secteurs et des tailles d’organisation ciblés. Ce panel compte des acteurs français de renom, comme Sanofi, Suez, Engie, Safran ou encore Decathlon. Si le sondage est intéressant, reste à savoir si les résultats peuvent être généralisés à l’ensemble des directions data en France. 

Pour approfondir sur Intelligence Artificielle et Data Science

Close