King of Hearts/Wikimedia Commons

Oracle tire un quart de ses revenus du IaaS et du SaaS

Lors de la présentation de ses premiers résultats trimestriels 2021-2022, Oracle a annoncé la prochaine disponibilité de MySQL HeatWave sur d’autres clouds. Et il s’est trouvé une nouvelle cible récurrente : Snowflake.

Sur le premier trimestre de son année fiscale 2021-2021, Oracle a réalisé un chiffre d’affaires de 9,7 milliards de dollars, en augmentation de 4 % par rapport au premier trimestre de l’année précédente.

Indicateur intéressant, la part du cloud (IaaS + SaaS) a franchi une barre symbolique. « Les deux nouvelles activités cloud d’Oracle, IaaS et SaaS, représentent désormais plus de 25 % de notre chiffre d’affaires total avec un rythme annuel de 10 milliards de dollars », évalue Safra Catz, PDG d’Oracle.

« Ensemble, IaaS et SaaS sont les nouvelles activités d’Oracle qui connaissent la croissance la plus rapide et les marges les plus élevées », se félicite-t-elle.

Les services associés au cloud et le support des licences ont augmenté de 6 % pour atteindre 7,4 milliards de dollars. Quant aux revenus des licences, ils sont en baisse de 8 % à 813 millions de dollars ; un mouvement que l’on retrouve chez tous les éditeurs à mesure qu’ils se cloudifient.

Deutsche Bank fait partie des clients EMEA mis en avant lors de la présentation de ses résultats. La banque a signé une collaboration de plusieurs années avec Oracle pour moderniser ses bases de données. L’accord prévoit la mise à niveau des systèmes existants et la migration de la majeure partie de son parc de bases de données Oracle vers Exadata [email protected]. Le but affiché est de prendre en charge les applications qui ne seront pas transférées vers le cloud public et celles qui pourraient l’être, mais dans un avenir à moyen terme.

MySQL sur d’autres clouds qu’Oracle

Comme à son habitude, Larry Ellison a lancé des pics contre ses concurrents pour mieux mettre en valeur ses propres offres. Au fil du temps, le fondateur d’Oracle a tour à tour pris pour cible SAP, AWS, Workday, Salesforce ou Google Cloud (liste non exhaustive).

Ce trimestre, c’est un concurrent dans le DWaaS (entrepôt de données à la demande) qui a retenu son attention : Snowflake. Ce n’est pas une première. En mars déjà, la licorne avait subi un comparatif peu flatteur de la part de Larry Ellison. Snowflake est donc entré dans la famille de ses cibles récurrentes.

À plusieurs reprises, le désormais CTO d’Oracle a comparé Snowflake à sa nouvelle offre MySQL. « De nombreux clients ont mesuré que notre nouveau service cloud MySQL était beaucoup plus rapide, moins cher et plus facile à utiliser que Snowflake, Aurora, RedShift et d’autres bases de données cloud couramment utilisées », tacle Larry Ellison.

Dans un second temps, le CTO a recentré ses attaques, lors de l’annonce d’une ouverture vers d’autres clouds.

« En réponse aux demandes de certains clients, nous avons décidé de rendre MySQL HeatWave disponible sur d’autres clouds, en plus du cloud Oracle [et] de livrer une concurrence agressive là où nous avons d’énormes avantages techniques par rapport à Amazon et – ce qui est peut-être le plus intéressant – d’énormes avantages techniques, de performance et de coût par rapport à Snowflake ».

Les deux fondateurs français de Snowflake pourront y voir, en creux, un signe de reconnaissance de Larry Ellison. Larry Ellison qui a été leur patron pendant plus de 10 ans, quand ils travaillaient chez Oracle avant de se lancer à leur compte.

Pour approfondir sur SaaS

Close