Teradata ajoute des zones étanches à son entrepôt de données

Multi-tenant et Secure Zones permettent aux entreprises d’’unifier différents entrepôts de données sur une unique appliance et de segmenter les données au sein de zones protégées et étanches.

Teradata a profité de sa conférence Teradata Universe qui s’est tenue cette semaine à Amsterdam pour faire évoluer son entrepôt de données, Teradata Database, la solution phare du groupe.

A la clé, deux avancées sont à retenir : l’intégration du multi-tenant, qui permet aux entreprises de consolider plusieurs entrepôts de données Teradata au sein d’un unique système ; et les Secure Zones, dont l’objectif est d’isoler une certaine typologie de données dans des zones étanches, restreignant l’accès à des groupes ou profils d’utilisateurs. 

Teradata

Avec ces deux approches, Teradata souhaite selon lui simplifier l’approche de l’entrepôt de données, mais sans sacrifier la sécurité ni les SLA.

Avec le multi-tenant, chaque entité régionale d’une entreprise ou encore chaque département métier pourra disposer de son entrepôt de données, mais consolidé dans une unique appliance, dont l’administration est centralisée. Jusqu’alors, précise Teradata, une entreprise devait installer plusieurs solutions.

Différents niveaux de SLA pourront également y être appliqués et l’allocation de ressources, comme le CPU, la quantité de stockage et de mémoire, les entrées-sorties, pourra être ajusté. Les différents départements d’une entreprise (comptable, finance, marketing RH) pourront ainsi disposer de leur datamart distinct, mais unifié au sein d’un système unique.

A cela s’ajoute  les Secure Zones, qui complète l’équation d’une couche de ségrégation des données. Elles permettent par exemple de « configurer comment les serveurs sont partagés dans un environnement multi-tenant et comment sont protégées les données et les métadonnées », explique Stephen Brobst, le CTO de Teradata dans un entretien avec la rédaction. « Cela permet  de garantir une protection complète des données dans un environnement Cloud. 

S’adapter aux régulations

Ces zones sécurisées peuvent être adaptées aux politiques de sécurité de l’entreprise, et surtout aux contraintes légales et de régulations auxquelles l’entreprise doit se plier. Comme c’est le cas dans les services financiers et bancaires par exemple – un secteur qui compte pour plus de 30% du portefeuille client de Teradata en 2014. 

« Des jeux de données peuvent être filtrés en fonction des politiques, de façon à ce qu’une entité particulière puisse y avoir accès. Une grande entreprise, par exemple, dont le siège souhaite obtenir les données de ses entités régionales, mais sans ouvrir l’accès d’une entité à l’autre », poursuit le CTO.

« Cela peut intéresser les grandes entreprises qui ont des entités légales distinctes, et dont les données doivent être cloisonnées et non partagées. L'intérêt avec l’approche de Teradata est que cela est possible sur une unique plateforme via les Secure Zones. Elles forment ainsi une zone d’étanchéité entre plusieurs entrepôts de données. Les données ne sont pas visibles d’une zone à l’autre à l’autre, y compris au niveau des requêtes effectuées pour y accéder », assure Stephen Brobst.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close