Cet article fait partie de notre guide: Le Stockage Objet, l’autre révolution du stockage

HGST se lance dans le stockage objet avec Active Archive

Après le lancement d'une solution 100% Flash avec Skyera, HGST ajoute à son catalogue Active Archive, une solution de stockage objet qui s'appuie sur l'architecture Amplidata.

Comme il l’avait laissé entendre en septembre 2014, HGST a dévoilé à la mi-avril une nouvelle solution d’archivage en volume basées sur une technologie de stockage objet et sur ses propres disques durs hautes capacités à l’Hélium.

HGST, filiale de Western Digital, a été repositionné par la firme comme un fournisseur de systèmes et de sous-systèmes de stockage après les multiples rachats opérés par la firme dans le stockage Flash (STEC pour ses SSD et ses contrôleurs Flash, Virident pour ses cartes PCIe Flash FlashMax, Velobit pour ses technologies de cache Flash, Skyera pour les baies 100 % Flash), ou dans le stockage Objet (Amplidata).

Le système HGST Active ArchiveLe système HGST Active Archive

Active Archive : un système de stockage objet prêt à l'emploi s'appuyant sur la plate-forme Amplidata

La dernière création de la firme est la solution Active Archive, un système intégré d’archivage actif qui se présente sous la forme d’un système Rack de 42 U intégrant l’ensemble des éléments (contrôleurs et JBOD) permettant la mise en œuvre d’un système de stockage objet. Sans surprise, c’est la plate-forme logicielle Himalaya d’Amplidata, récemment acquise par HGST qui est mise en œuvre dans Active Archive (voir à ce propos notre tour d'horizon des plates-formes objet du marché).

D’un point de vue technique, chaque rack est optimisé pour délivrer un système Himalaya optimal. On retrouve ainsi en haut du rack 3 nœuds de contrôle (des serveurs 1U Supermicro) faisant tourner le logiciel BitSpread d’Amplidata, le contrôleur de Métadonnées et le logiciel d’administration des nœuds).

Ensuite on trouve six nœuds de stockage (encore des serveurs Supermicro de 1U) raccordé chacun à l’un des JBOD spécialement développé par HGST et capable d’accueillir 98 disques durs Helio-Seal de 8 To dans 4U. Le reste de l’espace dans le rack est occupé par des PDU intelligents et par les commutateurs réseaux chargés de fournir l’interconnexion entre les nœuds, mais aussi d’assurer l’interconnexion avec l’extérieur. Il est ainsi possible d’agréger de multiples Rack Active Archive en un système d’archivage massif de plusieurs centaines de Pétaoctets.

4,7 Petaoctets de capacité brute par rack 

Selon HGST un rack de 42U est conçu pour délivrer une capacité brute de 4,7 Po. Mais la capacité réelle du système, lorsqu'il est configuré pour utiliser l’algorithme de code à effacement maison (BitSpread), est environ 28 % inférieure à ce total. Et elle se dégrade encore plus, si l’on met en œuvre le mécanisme de réplication entre plusieurs datacenters (GeoSpread), etc.

Selon HGST, Active Archive supporte nativement le protocole de stockage objet S3 et peut aussi offrir des accès NAS (NFS et CIFS) si on le couple avec une passerelle NAS d’Avere. Le constructeur entend commercialiser la solution active Archive via son réseau de partenaires mais aussi via des OEM.

 

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close