Les grandes DSI françaises mettent enfin le cap sur DevOps

Poussées par leurs directions et cette fameuse « transformation digitale », les DSI sont en train d’effectuer leur révolution culturelle. Les équipes de développement adoptent les méthodes agiles et les équipes d'exploitation se mettent au diapason. DevOps reste encore minoritaire chez les grands comptes, mais la progression est rapide.

A l’occasion de la deuxième conférence utilisateurs organisée par Automic en France, Karim Bahloul, Directeur des études et recherches chez IDC France a livré quelques détails sur l’étude qu’a réalisé IDC auprès de 201 entreprises françaises de plus de 1 000 personnes. Cet observatoire DevOps IDC / Automic Software faut apparaitre une forte progression de DevOps dans l’Hexagone.

En effet, la « transformation digitale », prônée par les grands cabinets d’analyses et les offreurs de services de tous poils, est désormais une réalité palpable dans les stratégies et les budgets. Selon IDC, 76% des entreprises françaises affirment avoir engagé un plan de transformation numérique et 20% de la dépense informatique va désormais aux outils de cette transformation, à commencer par le Cloud Computing, le Big Data, les réseaux sociaux et la mobilité, soit un budget de 10 milliards d’euros. "Il y a deux ans, accroître le chiffre d'affaires était la préoccupation numéro 1", explique Chris Boorman, directeur marketing d'Automic. "Aujourd'hui, c'est le service rendu aux clients.  Nous voyons que nos clients, nos prospects, tous cherchent à aller plus vite, à améliorer la qualité du service qu'ils délivrent à leurs clients. Ils souhaitent déployer des applications n'importe où, n'importe quand et sans délai. C'est le monde de DevOps. Or l'informatique des entreprises a été bâtie depuis 10 ans, 20 ans, 40 ans. La clé est comment devenir plus agile, rapide tout en gardant le contrôle. Avec l'automatisation, il est possible de rapprocher ces applications traditionnelles au plus près du digital et construire de nouvelles applications innovantes."

29% des entreprises françaises se sont lancée dans DevOps

« L’enquête a été finalisée en juillet 2016 et 29% des entreprises nous ont affirmé avoir engagé une initiative DevOps. C’est 4 points de mieux que l‘année dernière, soit une croissance de 15%. Nous avons remarqué que toutes les entreprises qui nous avaient dit il y a un an qu’elles étaient en cours d’adoption n’ont pas encore finalisé leur plan d’adoption. » Basculer des équipes de développement et des exploitants dans une approche DevOps présente un certain nombre de difficultés qui ne peuvent être balayées en quelques réunions. « Mettre en place DevOps n’est pas un projet qui consiste à déployer un outil, c’est un projet global qui concerne l’organisation de l’entreprise, ses processus, une nouvelle culture autour de la collaboration et bien évidemment de l’outillage. » Des projets structurants que certains ont bien du mal à mener et toutes les entreprises n'arrivent pas encore à convertir leurs équipes. La dernière édition de l'étude TechTarget "Priorités IT" montre qu'en 2017, DevOps figure parmi les initiatives prioritaires de la DSI pour 2017 pour 15,4% des entreprises répondantes.

Une fracture numérique se constitue entre les DSI

Le besoin d’accélérer le rythme des déploiements d’applications est un besoin présent dans toutes les entreprises françaises. Selon IDC France, elles sont 73% en moyenne à affirmer avoir besoin d’accélérer leurs développements. Ce  taux atteint 81% dans les entreprises qui assurent plus de 12 déploiements par an (contre 64% chez les autres entreprises). « Une question sous-jacente : est-ce qu’aujourd’hui les entreprises ont les moyens et la capacité d’accélérer ? 56% des entreprises qui déploient le plus d’applications déclarent disposer des moyens nécessaires pour accélérer. Elles ont mis en place DevOps, de l’outillage et notamment des environnements d’automatisation, des stratégies autour des containers pour certaines. » En un an, ce taux a grimpé de 21 points, ce qui montre l'effort consenti par ces grandes DSI à vouloir changer de braquet. A l’opposé, les entreprises moins rompues aux déploiements d’applications s’estiment à 34% capables d’accélérer le rythme, une part qui ne s’améliore pas mais qui a chuté de 7 points en un an.

Le principal écueil est la perception erronée que peuvent avoir les entreprises du "projet DevOps". L'étude d'IDC France montre que les entreprises qui ne vont pas vers DevOps sont en total décalage avec les entreprises qui ont pris les GAFA comme des exemples  - et misent donc sur l'intégration et les déploiements en continu pour prendre de vitesse leur concurrentes.  "Le frein qui apparait le plus fréquemment, c'est le ROI d'une démarche DevOps. Vouloir calculer un ROI sur DevOps est en décalage avec les freins cités par les entreprises qui elles ont fait le choix d'aller vers DevOps. Celles-ci citent plutôt le manque de compétences, le niveau d'automatisation pour faire face aux besoins qu'engendre DevOps, ou encore l'adaptation de l'organisation." L'étude montre notamment que le déclencheur n°1 qui pousse les entreprises vers DevOps n'est pas une volonté de réduire les coûts mais bien d'améliorer la qualité des développements et le "Time to Market".

DevOps, le lean manufacturing de la DSI

Alain Sacquet, consultant chez Timspirit et auteur de l'ouvrage "Mettre en œuvre DevOps", confirme le fossé qui est en train de se creuser entre les entreprises qui ont basculé en DevOps et les autres.  "Il y a un écart prodigieux entre une entreprise qui fonctionne en monde DevOps dans sa déclinaison la plus aboutie, à l'image de ce qu'ont pu nous montrer les GAFA, et le fonctionnement traditionnel de nos DSI." L'expert souligne la différence fondamentale entre l'organisation d'une DSI traditionnelle par étapes du cycle de vie applicatif, alors que la DSI "DevOps" s'organise par couches et par applications. "La double mission de la DSI ne va pas changer", explique Alain Sacquet. "Elle doit proposer des logiciels alignés sur les besoins des métiers et faire fonctionner ces logiciels mais une DSI traditionnelle a une organisation en silos tandis que dans l'autre cas, elle aura une organisation bien différente." L'expert oppose d'un côté des DSI avec une organisation fordiste du travail (avec des profils spécialisés par étapes) à des DSI organisées en équipes applicatives. "DevOps, c'est du lean manufacturing appliqué à l'IT et c'est ce que pratiquent aujourd'hui intensivement les GAFA." La célèbre formule de Werner Vogel, le CTO d'Amazon, "You Build it, you run it", doit devenir le mot d'ordre des DSI sous peine de se faire distancer et disparaitre dans ce qu'Alain Sacquet qualifie de grand mouvement Darwinien.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close