Olivier Le Moal - stock.adobe.co

CI/ CD : CircleCI ajoute le support stratégique de GitLab

Selon certains analystes du secteur, CircleCI complète sa compatibilité avec les dépôts de code, ce qui profite aux clients mutuels de la plateforme spécialisée. Pour d’autres, c’est aussi une alliance de convenance dans un marché DevOps de plus en plus compétitif.

Les développeurs qui utilisent CircleCI ont accès à un autre système de dépôts de code : GitLab.

CircleCI a ajouté cette semaine une intégration avec la version SaaS de GitLab. Les modifications apportées au code dans les dépôts GitLab peuvent désormais être transférées dans CircleCI, qui peut alors exécuter les builds associés lorsque les applications sont testées avant le déploiement en production.

La plateforme DevOps établie sur les fondations de Git rejoint deux autres outils de gestion de versions déjà intégrés à CircleCI : GitHub et Atlassian Bitbucket. Une option supplémentaire vue d’un bon œil par Jim Mercer, analyste chez IDC. « La coopération entre CircleCI et GitLab profitera aux clients mutuels en leur offrant plus de choix d’outils DevOps », affirme-t-il.

« Pour les clients existants de CircleCI, [il s’agit] de tirer parti des fonctionnalités natives de GitLab telles que le déclenchement de pipelines et le RBAC », précise l’analyste d’IDC. Le contrôle d’accès en fonction des rôles (RBAC) restreint l’accès au réseau en fonction des rôles individuels des utilisateurs. Cela constitue un élément important de la sécurité de la chaîne logistique logicielle.

GitLab propose une plateforme DevOps qui tente d’englober toute la chaîne de développement : des dépôts de code à la surveillance et au dépannage des applications en production. A priori, les outils tels que GitLab apportent les mêmes fonctionnalités que ceux des éditeurs plus spécialisés tels que CircleCI. Les équipes DevOps doivent alors explorer un marché de plus en plus confus.

Mais la solution de CircleCI est certifiée FedRAMP. En outre, elle peut offrir des capacités et des performances plus avancées que celles de ces plateformes dites tout-en-un, souligne Christopher Condo, analyste principal chez Forrester Research.

« Beaucoup d’entreprises évaluent les éditeurs de solutions tout-en-un, mais certaines équipes de développement préfèrent l’approche “best-of-breed”. Elles construisent une chaîne d’outils à partir de ce qu’elles considèrent comme le meilleur composant pour chaque étape [du cycle DevOps] », indique Christopher Condo.

Un mariage de convenance qui laisse présager une consolidation à venir

Lorsque CircleCI a été lancé en 2011, il n’était intégré qu’à GitHub. « C’est là que la plupart des développeurs stockaient leur code », explique Jim Rose, PDG de CircleCI.

Atlassian Bitbucket a été ajouté plus tard après sa montée en puissance et son passage au cloud. CircleCI a toujours prévu de supporter GitLab – lancé la même année que CircleCI – mais le calendrier des fonctionnalités a été dicté par les demandes des développeurs, justifie le PDG.

Bien que la popularité croissante de GitLab rende cette décision logique pour CircleCI, l’intégration pourrait être davantage un mariage de convenance, observe Christopher Condo.

« Ils étaient complètement dépendants de GitHub. Pendant longtemps, c’était le seul SCV [système de contrôle de version] supporté par CircleCI », signale l’analyste de Forrester. « En plus de cela, toutes les permissions des utilisateurs étaient gérées via GitHub ».

« Comme GitHub entend fournir une plateforme CI/CD de bout en bout, il devient un concurrent potentiel de CircleCI. Il était donc dans le meilleur intérêt de CircleCI de trouver des partenaires supplémentaires avec lesquels travailler ».
Christopher CondoAnalyste, Forrester

« Comme GitHub entend fournir une plateforme CI/CD de bout en bout, il devient un concurrent potentiel de CircleCI. Il était donc dans le meilleur intérêt de CircleCI de trouver des partenaires supplémentaires avec lesquels travailler », poursuit-il.

Le support de GitLab par CircleCi s’inscrit dans la démarche de consolidation en cours entre les outils DevOps et GitOps, d’après Charlotte Dunlap, directrice de recherche chez GlobalData. Ce mouvement prendrait racine dans la volonté des entreprises cherchant à déployer des architectures de microservices complexes dans des environnements multicloud.

« L’acquisition d’amazee.io par Mirantis pour sa technologie Kubernetes as-a-service est une autre consolidation de ce type entre plateformes DevOps », illustre-t-elle.

En mars dernier, CircleCI a également procédé à un rachat, celui du moteur de test d’IA Ponicode. La startup parisienne analyse et valide le code source dans l’IDE d’un développeur. « Ce rachat s’aligne sur l’objectif de la société d’aider les gens à valider les changements indépendamment de l’endroit où ils se produisent dans le processus CI/CD, et de les tester aussi vite que possible » vante Jim Rose.

De plus, CircleCI a subi une restructuration majeure au cours du projet GitLab. En conséquence, de nouvelles sources de code peuvent être ajoutées plus rapidement qu’auparavant, selon Jim Rose. Bien qu’il n’ait pas précisé qui sera le prochain sur la liste, le dirigeant indique que CircleCI surveille la pertinence des sources en amont telles que Perforce.

CircleCI fait aussi la CD

CircleCI a entamé son activité avec un objectif relativement simple : construire, tester et déployer du code dans un data center – l’étape d’intégration continue (CI) du cycle de développement logiciel. Au fur et à mesure que les architectures cloud-native ont évolué, CircleCI a fait de même et s’est concentré davantage sur les déploiements en production, ou livraison continue (CD), raconte Jim Rose.

« Au lieu d’être perçue comme une pratique avancée et “marginale”, [la livraison continue est] l’étoile Polaire à laquelle aspirent presque toutes les organisations de livraison », avance le PDG de CircleCi.

En raison de cette évolution, CircleCI est désormais une plateforme d’intégration et de livraison continues – bien qu’il ne soit pas prévu de changer le CI dans le nom de la société, note-t-il.

Harness, un autre outil dans l’espace DevOps, a connu une progression similaire – de la CI à la CI/CD –, ce qui en fait une solution potentiellement complémentaire à CircleCI. Par exemple, GoSpotCheck, client de CircleCI, spécialisé dans la gestion des tâches des employés mobiles, utilise CircleCI pour construire et tester le code, tandis que Harness aide aux déploiements, illustre Jim Rose.

Pour approfondir sur DevOps et Agilité

Close