© ORACLE TEAM USA / Photo Guila

Oracle met à jour sa roadmap Sparc Solaris et fait disparaitre Solaris 12

Surprise de nouvel an pour les clients Sparc Solaris. En une nuit, Solaris 12 a officiellement disparu des tablettes chez Oracle, qui propose une nouvelle feuille de route Sparc Solaris. Celle-ci ressemble furieusement à une mise sous maintenance programmée de sa plate-forme.

Alors que les rumeurs de coupes dans les équipes Solaris se multiplient depuis plusieurs mois, Oracle a jeté aujourd'hui un pavé dans la mare en publiant à 1 h du matin (heure de France) une feuille de route mise à jour pour ses systèmes Sparc Solaris.

Solaris 12 première victime de la refonte de la feuille de route d'Oracle

Premier constat, Solaris 12, à l’origine attendu pour la fin 2016 et actuellement en phase de pre-release, disparaît officiellement de la roadmap pour être remplacé par un vague Solaris 11.Next désormais prévu pour la mi-2017.

L'ancienne roadmap Sparc-Solaris (janvier 2016)L'ancienne roadmap Sparc-Solaris (janvier 2016)

Selon nos informations, la prochaine mouture devrait porter le numéro 11.4 et incorporera certaines des améliorations à l’origine espérées dans Solaris 12. Mais certaines fonctions comme le support de Docker pourraient ne jamais voir le jour, Oracle préférant concentrer ses efforts en la matière sur Oracle Linux, qui motorise par ailleurs son cloud.

La nouvelle roadmap Sparc-Solaris (janvier 2017)La nouvelle roadmap Sparc-Solaris (janvier 2017)

Une roadmap processeur amputée et rallongée

La refonte de la roadmap processeur d’Oracle semble aussi avoir fait des victimes. Jusqu’alors, le constructeur avait évoqué un successeur à sa puce d’entrée de gamme Sparc S7 "Sonoma". Mais il semble qu’il entend désormais se concentrer sur ses puces Sparc M, dont la dernière itération, le Sparc M7 a fait ses premiers pas en 2015. 

Une nouvelle déclinaison de ces processeurs, sans doute le M8, était en principe attendue pour la fin 2017 ou le début 2018. Elle devrait plus vraisemblablement sortir dans le courant 2018. Pour cette puce, Oracle promet une bande passante multipliée par 1,4, une progression de la performance par thread de l’ordre de 1,5 fois et l’intégration de la version 2 de sa technologie « Software in Silicon ».

Le successeur du M8, appelons-le M9, était à l’origine prévu pour 2019. Il n’est désormais plus attendu avant 2021. Oracle promet une amélioration du cache, et de la bande passante et la version 3 de sa technologie « Software in Silicon ».

Le plus étonnant est le silence assourdissant qui entoure la mise à jour de la roadmap du constructeur. À l’instar d’HPE, il semble qu’Oracle soit en train de préparer sa base installée à l’extinction progressive de sa plate-forme Sparc Solaris et que la roadmap publiée aujourd’hui est une façon discrète de préparer les esprits à la mise en mode maintenance de ces technologies.

Comme chez HPE, il n’est pas question d’un arrêt brutal, mais d’un accompagnement de la base installée avec des mises à jour logicielles et matérielles régulières, mais moins fréquentes. En l’état, Oracle semble garantir des mises à jour matérielles jusqu’en 2021. Cela veut sans doute dire que si l’hypothèse de la mise à la retraite programmée de la plate-forme Sparc se confirmait, celle-ci n’interviendrait de toute façon pas avant le milieu ou la fin de la décennie 2020.

Des rumeurs de purges massives dans les équipes systèmes d'Oracle

Parallèlement à la publication de cette roadmap, les rumeurs se multiplient de licenciements massifs dans la division système d’Oracle. Il y a deux mois, des rumeurs avaient déjà filtré de licenciements dans les équipes de développements Sparc en Asie. Mais cette fois-ci, il semble que des suppressions massives d’effectifs soient en cours dans les équipes Solaris et serveurs d’Oracle.

Sur le site thelayoff.com, plusieurs personnes affirmant être des employés ou des ex-employés d’Oracle indiquent que la purge pourrait affecter la plupart des équipes systèmes et compilent une liste des produits affectés. Cette liste est toutefois à prendre avec les pincettes d’usage puisque nous n’avons pas pu jusqu’alors valider les informations qu’elle contient.

Approfondir

Participer à la conversation

1 commentaire

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

Oracle, le fossoyeur des technologies qu'il rachète ... Après Virtual Iron, OpenOffice et Lustre FS, au tour de Solaris et de SPARC.
Qui sera le prochain ? Virtual Box ? Java ?
Nous sommes utilisateur de Solaris depuis plus de 20 ans mais nous avons prévu son retrait dans les 2 ans à venir : Oracle a réussi à se mettre à dos ou à laisser en jachère les éditeurs qui développaient pour Solaris ; Oracle a réussi à menacer et à se fâcher avec les communautés, rendant de plus en plus difficile la compilation de logiciels libres d'origine Linux sur l'OS Solaris ; Oracle a réussi à se moquer de ses clients et/ou à leur faire peur (pratiques d'audit de licences proches du "racket").
Il n'y a pas à dire : Oracle, tu l'aimes ou tu le quittes. Nous avons d'ores et déjà choisi !
Annuler

- ANNONCES GOOGLE

Close