Docker

Docker et ses partenaires veulent accélérer la conteneurisation du legacy (du moins le début)

Il n’y a pas que les applications natives pour le Cloud. Docker, ainsi que Microsoft, Avanade, HPE Pointnext et Cisco développent un programme pour faciliter la mise en conteneurs d’applications patrimoniales qui trustent encore l’essentiel des SI des entreprises.

Une passerelle entre les conteneurs et les applications traditionnelles patrimoniales. Docker a désormais entrepris de positionner sa suite Docker Enterprise Edition auprès  des entreprises souhaitant moderniser leurs applications dites Legacy par le biais de conteneurs. Si certes, d’un point de vue technologique, cela n’est pas nouveau, la société compte désormais inclure cela dans un programme dédié – Modernising Traditional Applications – et de l’industrialiser avec des partenaires clé : HPE Pointnext (les activités de services restants à HPE), Microsoft et Avanade, et enfin Cisco.

Ce programme se compose donc d’un panel de services professionnels, de l’accès à Docker Enterprise Edition ainsi qu’à Docker Datacenter pour gérer les clusters de conteneurs, et s’appuie enfin sur les plateformes Cloud des partenaires pour les dimensions Cloud (privé, public ou hybride). Une formation du client est prévue pour l’accompagner dans l’apprentissage du cycle de vie des applications en conteneurs.

Docker et ses partenaires partent en fait du principe suivant : aujourd’hui les conteneurs et les architectures de micro-services sont exploités lors de la mise en place de nouvelles applications, modernes, probablement natives pour le Cloud et qui s’appuient sur les dernières technologies. Elles seules autorisent le déploiement d’un dispositif DevOps. Seulement, comme l’indique Docker dans un document dédié, quid des 99% autres applications qui ne se reposent pas sur les micro-services ? Ces applications métiers patrimoniales qui épuisent 80% des budgets de maintenance et aggravent la dette technologique de la société, alors que cette dernière cherche à amorcer sa transition vers le numérique.

Placer une application Windows ou Linux dans un conteneur

Que l’application soit initialement Windows ou Linux, Docker et ses partenaires proposent de les packager dans un environnement de conteneurs et de les migrer éventuellement vers le Cloud ou vers des environnements moins coûteux, par exemple. Et ce, sans que le code de l’application ne soit modifié.

Si Docker Enterprise Edition est le moteur principal de l’offre, les partenaires s’adossent également à une autre technologie. Pour permettre de packager une application Windows Server dans un conteneur Docker, Docker ainsi qu’ARM, IBM, HPE, Intel et Microsoft ont développé un kit, nommé Linuxkit, qui permet de créer un OS Linux compact pour les conteneurs. Ce kit, qui s’appuie lui-même sur des conteneurs, permet d’associer les composants nécessaires à la conteneurisation. A l’occasion de la DockerCon 2017, LinuxKit a été versé par Docker et ses partenaires dans l’Open Source et placé sur GitHub.

Ce principe, qui consiste à avoir recours aux principes de conteneurs pour moderniser les applications traditionnelles était déjà ce qui animait la société LzLabs (pour les mainframes toutefois). Cette entreprise package une application mainframe, son exécutable et ses données natives, dans une technologie de conteneur maison, sans en modifier le code ni le format ; et migre l’ensemble vers une plateforme tierce, ou un Cloud (Microsoft Azure et Red Hat sont partenaires).

Première étape vers une modernisation aboutie

Evidemment, pour Docker, cela rime avec un potentiel accroissement de sa base d’utilisateurs et pour ses partenaires, une accélération des migrations vers leurs plateformes Cloud, services ou technologies.

Toutefois, cette approche ne constitue qu’un point de départ vers une modernisation plus aboutie des applications patrimoniales. La première étape d’un voyage (« Journey » en anglais) en somme, comme l’indique d’ailleurs Docker dans ce même document. Si cela permet certes de gagner en agilité en matière de provisionnement des applications et de sécurité par exemple, l’application, elle, reste inchangée. La prochaine étape consistera donc à la repenser pour la décomposer sous la forme de micro-services standards insérés dans des conteneurs. De cette urbanisation dépendra alors la modernisation.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close