Dell EMC lève le voile sur la 14e génération de ses serveurs PowerEdge

La dernière génération de serveurs PowerEdge a été dévoilée par Dell EMC en avance du lancement des processeurs Xeon "Skylake-EP". Si Dell EMC a évoqué les innovations clé, il n'a pu détailler les performances ou certaines spécifications du fait de l'embargo d'Intel.

Dell EMC a profité de sa conférence Dell EMC World qui se tenait à Las Vegas du 8 au 10 mai 2017 pour lever le voile sur la 14e génération de ses serveurs PowerEdge. Un lever de voile toutefois incomplet du fait de la stratégie absurde de lancement d’Intel. Ce dernier impose aux constructeurs un embargo sur l’ensemble des fonctionnalités liées à ses processeurs Xeon Skylake EP.

Ces puces sont attendues officiellement cet été, mais elles ont déjà été déployées dans le cloud public de Google et chez plusieurs clients, ce qui fait que leurs principales caractéristiques sont aujourd’hui connues du public. Dell EMC ne pouvant toutefois aller contre les caprices d’Intel, la firme a dû se livrer à un jeu d’équilibriste pour concentrer ses annonces sur ses propres innovations sans évoquer ni les caractéristiques des puces Skylake ni leurs performances.

Intel s’étant pour l’instant borné à communiquer sur le nouveau branding des puces Slylake - qui seront baptisées Xeon Platinum, Gold, Silver ou Bronze en fonction de leurs capacités et de leur niveau de performance —, nous avons ironiquement posé la question à Dell de savoir si la firme entendait elle aussi décliner ses serveurs en PowerEdge Platinum, PowerEdge Gold ou PowerEdge Silver. La question a fait sourire nos interlocuteurs, visiblement peu convaincus par l’exercice de renommage en cours chez le n° 1 mondial des processeurs. 

Si l’on excepte les mystères liés à Intel, les innovations apportées par les PowerEdge 14G semblent prometteuses. Dell EMC a travaillé sur quatre grands axes : l’optimisation de la bande passante et de la performance, la simplicité d’administration et de provisioning, l’extensibilité et la sécurité.

Sur le premier point, les PowerEdge 4G offrent désormais jusqu’à 24 emplacements pour disques Flash NVMe en face avant, là où la génération précédente de serveurs n’en proposait que 4. La partie réseau n’est pas en reste avec un mécanisme de cartes mezzanine qui permet aux clients de choisir entre des cartes 10G, 25G et 40G de QLOgic, Emulex et Intel. Comme nous l’a indiqué Ashley Gorakhpurwala, le patron des serveurs de Dell EMC lors d’un entretien, Dell est convaincu de la pertinence du 25G Ethernet et pense également que son émergence répond à l’accroissement des trafics Est-Ouest dans les datacenters mais aussi à celle des architectures hyperconvergées (le réseau Ethernet transportant à la fois les flux de stockage et les flux applicatifs).

Sur le plan de la simplicité de management et de provisioning, la grande nouveauté est la mise en œuvre du standard RedFish de la DMTF en complément de l’historique IPMI. Dell a aussi étendu la possibilité d’automatiser les serveurs au moyen des APIs Restful exposées par les contrôleurs IDRAC 9. Enfin, le constructeur a ajouté une nouvelle console OpenManage qui à l’instar de OneView chez HPE pourra être utilisée comme point d’interface pour les outils d’automatisation et de provisioning de serveurs. 

Côté extensibilité, Dell EMC a fait de gros efforts sur le système de refroidissement et de ventilation de ses machines. Selon Gorakhpurwala, le résultat de ces travaux est la possibilité d’insérer un plus grand nombre d’accélérateurs GPU dans ses machines. Au final, cette densification des GPU permet par exemple un accroissement de 50 % du nombre d’utilisateurs VDI par serveur. Mais elle pourrait aussi avoir un impact important sur des applications comme le machine learning.

Le dernier point est la sécurité. Les PowerEdge 14G implémentent un mécanisme de démarrage sécurisé par cryptographie (Secure Boot) et un mécanisme de verrouillage de la configuration qui prévient tout changement non autorisé à la configuration de la machine et aux paramètres des différents périphériques. Enfin, un dernier mécanisme assure l’effacement sécurisé des données des serveurs lors du décommissionnement des nouvelles machines.

Les clients devraient pouvoir acquérir les nouvelles machines lorsque Intel donnera le feu vert à la commercialisation en masse de ses nouveaux Xeon, sans doute vers la fin juin ou le début juillet. 

Notons pour terminer que nous avons interrogé Ashley Gorakhpurwala sur l’intérêt éventuel de Dell pour les nouveaux processeurs serveurs EPYC d’AMD (nom de code « Naples »). « AMD a certainement une vraie opportunité, s’ils arrivent à délivrer ce qu’ils promettent. S’ils y parviennent et qu’il y a une demande des clients, nous serons là pour y répondre », nous a-t-il indiqué. Coincé entre l’embargo d’Intel et celui d’AMD, Gorakhpurwala a ajouté qu’en l’état, il ne pouvait pas commenter sur les bénéfices des architectures des deux constructeurs tout en soulignant que nous vivons des temps intéressants pour le marché des serveurs. « Il est rare qu’à moins d’un mois d’intervalle deux fondeurs majeurs dévoilent de nouvelles architectures processeur », a-t-il souligné. Pour en savoir plus sur les intentions du constructeur, il faudra donc sans doute attendre quelques semaines supplémentaires.

 

Pour approfondir sur Processeurs et composants

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close