LovePhy - stock.adobe.com

Docker, le multi-OS et le multi-cluster : un clin d’œil aux grands comptes

Dans ce qui ressemble à une réponse à Kubernetes, Docker supporte désormais les clusters mixtes ainsi que des fonctions de sécurité plus granulaires. De quoi ciblées un peu plus le monde des grandes entreprises.

Docker ouvre un peu plus sa plateforme aux cas d’usage des grandes entreprises. Le spécialiste des containers a présenté une version remodelée de Docker Enterprise Edition  qui supporte désormais le multi-OS et les clusters multi-OS. A cela, l’éditeur y a ajouté des fonctions d’automatisation reposant sur les politiques de sécurité de l’entreprise, offrant ainsi une approche beaucoup plus granulaire.

Désormais, la plateforme Docker supporte les System z d’IBM (mainframe) ainsi Windows Server 2016, côté OS, mais aussi - et cela est un point important - les clusters mixtes de containers qui s’adossent à différents types d’OS (mainframe, Linux ou Windows). Cela permet par exemple à des containers Windows ou Linux, et donc mainframe, de partager un cluster d’hôtes. Ces containers mixtes, aux OS différents, peuvent également être empilés, via un nouveau réseau overlay, développé pour cette nouvelle release. Celui-ci peut être utilisé dans des applications hybrides qui associent par exemple des serveurs Apache Tomcat à des bases de données SQL Server.

Cette approche sera essentielle pour toutes les entreprises qui envisagent d’adopter les containers et leur modèle d’orchestration pour moderniser leurs applications patrimoniales, commente Chris Riley, directeur chez cPrime, un cabinet de conseil américain spécialisé dans le développement agile. « L’adoption des containers reste encore embryonnaire dans les entreprises traditionnelles. On percevra tous les avantages du support natif des System Z et de Windows Server dans les deux prochaines années, lorsque les entreprises mettront à jour leurs infrastructures Windows et dans la foulée, leurs mainframes. »

Toutefois, les entreprises lambda ne sont pas encore très demandeuses de clusters et d’applications hybrides, si l’on en croit certains analystes. Mais les responsables de Docker, name-dropping à l’appui, affirme qu’ADP, un spécialiste des RH et l’un des beta testeurs de cette édition de Docker Enterprise, supporte déjà des formes hétérogènes de workloads. « Généralement, ces applications sont gérées séparément, mais cette capacité de pouvoir gérer des applications avec le même processus, quel que soit OS, est très souhaitable, surtout si l’entreprise passe aux microservices et à DevOps », assure de son côté Jay Lyman, analyste au sein du cabinet de conseil 451 Research.

Evidemment ces fonctions ont un prix. Certaines d’entre elles, les plus avancées, nécessitent l’achat de licences Docker Enterprise Edition Advanced, facturées 3 500 $ au nœud et par an.  Les serveurs Windows et Linux nécessitent des licences distinctes.

Cette tarification cible les « gros poissons », affirme encore Jay Lyman. « Ils cherchent clairement les gros contrats, comme le fait la communauté des spécialistes Kubernetes- et cela intensifie la concurrence et l’innovation. »

Kubernetes – Docker : la concurrence s’accentue

Cette version de Docker Enterprise Edition arrive sur le marché quelques semaines après une mise à jour clé de Kubernetes, elle-aussi destinée à séduire les grands comptes – elle supporte par exemple des fonctions de sécurité réseau très granulaires et le support des applications stateful. « La concurrence s’accentue entre ces deux plateformes », note l’analyste. « Dans une certaine mesure, chacun réagit face l’autre. »

Kubernetes et les très nombreuses solutions qui packagent l’orchestrateur pour les entreprises, comme Red Hat avec OpenShift ou CoreOS avec Tectonic, affichent des références clé comme Experian, Deutsche Ban, BMW ou T-Systems. Mais les grandes entreprises se sont aussi prononcées en faveur des outils d’orchestration de Docker cette même année, comme ADP ou les hôtels Hyatt. Si certes Kubernetes est un pionnier du genre et embarque l’expérience d’un Google, Docker a travaillé à sortir rapidement des fonctions de sécurité avancées – celles de la communauté Kubernetes sont encore en beta.

 

Pour approfondir sur Conteneurs

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close