Pure Storage poursuit sa croissance et nomme Charles Giancarlo CEO

Le pionnier du stockage 100 % Flash a annoncé un CA en forte croissance pour son 2e trimestre et a amélioré sa performance financière. Il a aussi nommé Charlie Giancarlo, un vétéran de Cisco au poste de CEO en remplacement de Scott Dietzen, qui devient président.

Pure Storage a poursuivi sa croissance à un rythme soutenu au cours de son second trimestre. Le chiffre d’affaires de la firme au cours des trois derniers mois de son exercice fiscal a progressé de 38 % sur un an à 224,5 M$ tandis que sa perte nette progressait de 3,5 % à 61,7 M$.

Selon les chiffres publiés par la firme, la trésorerie nette a progressé de 3,1 M$ sur le trimestre tandis que le free cash flow (flux de trésorerie libre) connaissait une nette amélioration, passant de -33,2 M$ l’an passé à -17,5 M$ durant le trimestre.

Pure s’approche donc de son objectif affiché d’un free cash flow positif avant la fin de l’année et d’un premier bénéfice net pour le courant 2018. La situation financière de la firme est quant à elle impressionnante puisqu’elle dispose de 171 M$ en banque et de 351 M$ en placements financiers divers.

Selon les dirigeants de Pure Storage, la société devrait approcher ou dépasser le milliard de dollars de revenus pour l’ensemble de son année fiscale (qui se terminera fin janvier 2018). La prévision actuelle de CA pour l’ensemble de l’année se situe entre 985 M$ et 1,02 Md$.

Charles Giancarlo, un vétéran de la Silicon Valley, nommé CEO de Pure

L’annonce des résultats a été accompagnée d’un changement à la tête de la firme. Scott Dietzen, qui occupait le poste de CEO depuis 7 ans, devient président du conseil d’administration de la firme et il est remplacé au poste de CEO par Charles Giancarlo.

Charles Giancarlo, le nouveau CEO de
Pure Storage, est un vétéran de la Silicon Valley

À 60 ans, Charlie Giancarlo est un vétéran de la Silicon Valley. Il s’est d’abord fait remarquer à la fin des années 80 en cofondant Adaptive Corp., une start-up née d’une spin-off de Network Equipment Technologies (NET). Aux côtés d’Audrey MacLean, Giancarlo y a mené le développement d’une famille de commutateurs SONET et ATM en s’appuyant sur un partenariat technologique avec Tellabs. Adaptive a été réintégré dans NET en 1993.

Giancarlo a ensuite fait partie de l’aventure Kalpana, qui a développé le premier commutateur Ethernet, l’EtherSwitch, en 1990. Kalpana a été racheté par Cisco en 1994 (Cisco avait alors tout juste franchi la barre du milliard de dollars de CA) peu après que le « géant » ait acquis Crescendo (en 1993) et deux ans avant une autre acquisition majeure dans le domaine, celle de Granite Systems, qui développait un commutateur Gigabit. Toutes ces sociétés ont constitué le cœur du business commutation de Cisco et lui ont aussi apporté un groupe de salariés qui a marqué la firme.

L’un des dirigeants emblématiques de Cisco durant les années 2000

Giancarlo est ainsi rapidement devenu CTO puis CDO (chief Development Officier) de Cisco et on a même longtemps pensé qu’il prendrait la succession de John Chambers, avant qu’il ne quitte Cisco en 2007 pour rejoindre le fonds d’investissement SilverLake Partners pour en devenir « Managing Director » jusqu’en décembre 2013.

Le rachat de Crescendo a apporté à Cisco Luca Cafiero et Prem Jain, tandis que celle de Granite lui a apporté Mario Mazzola. réuni au sein d’un groupe baptisé MPLS — les initiales de leurs prénoms, les trois compères et Sony Jiandani (pour le marketing), ont été les pères du business Fibre Channel, d’UCS, puis des Nexus et d’ACI et ont piloté une large part de l’innovation de Cisco durant près de 20 ans.

Granite a aussi apporté à Cisco Jayshree Ullal, qui a dirigé le business Ethernet avant de claquer la porte de Cisco pour ensuite rejoindre et devenir CEO Arista, avec le succès que l’on sait. Chez Arista, Jayshree Ullal a recroisé Charles Giancarlo au conseil d’administration. Elle a aussi retrouvé Andy Bechtolsheim, qui avait fondé Granite et a ensuite dirigé le groupe Gigabit Ethernet de Cisco jusqu’en 2003. Il est à noter que tous ces responsables ont quitté Cisco sous la direction de John Chambers et de Chuck Robbins.

En 2008, Giancarlo a brièvement dirigé Avaya (entre juin et décembre) avant d’en présider le conseil d’administration tout en restant chez SilverLake (SilverLake avait alors participé au LBO visant à sortir Avaya de la bourse). C’est ce LBO — et la dette qu’il a générée —, qui a récemment contraint Avaya, après des années de difficultés financières, à déposer le bilan aux États-Unis pour apurer ses comptes.

 S’il a fait ses classes dans le monde des réseaux, Giancarlo n’est pas totalement étranger au monde du stockage. Il a été l’un des investisseurs et conseillers de feu-Coraid (où il a contribué à l’arrivée d’Audrey Mc Lean au poste de présidente) et a aussi fait parti du conseil d’administration de Tintri. Il a également investi à titre personnel dans Formation Data Systems (la firme fondée par Mark Lewis, qui a récemment fermé ses portes), dans Exablox (un spécialiste du NAS en mode scale-out récemment racheté par StorageCraft) et dans Virtual Instruments (un spécialiste de la supervision des réseaux Fibre Channel). 

Pour approfondir sur Flash

- ANNONCES GOOGLE

Close