kentoh - Fotolia

Red Hat et Orange contribuent ensemble à la communauté OpenStack

Les deux partenaires ont versé à la communauté OpenStack une implémentation du protocole BGP via le projet BGP VPN.

A l’occasion de l’OpenStack Summit qui s’est tenu cette semaine à Sydney, Red Hat et Orange ont annoncé étendre leur relation en la portant sur le terrain du co-développement et d’en reverser les fruits à la communauté OpenStack.

L’opérateur français est certes déjà un client Red Hat. Le groupe s’appuie notamment sur le Paas OpenShift sur lequel il adosse certaines applications de back-office ou encore sur la distribution OpenStack de l’éditeur pour virtualiser les fonctions réseaux (NFV) dans le cadre d’une offre Easy Go, comme la rédaction avait également pu le constater lors de la dernière édition du Red Hat Forum, en octobre à Paris.

Plus encore, les relations que l’opérateur entretient avec l’Open Source ne sont pas nouvelles. Orange est un membre de Cloud Foundry Foundation et a placé le Paas Open Source aux côtés du Paas de Red Hat pour soutenir une stratégie globale de développement. Orange a également contribué certains développements à la fondation, à l’image d’un système de veille automatisé des applications ou d’un CPI pour CloudStack.

BGP implementé en standard 

Avec Red Hat, cette fois-ci, Orange a développé une API standard qui implémente le protocole BGP à OpenStack , dans le cadre du projet BGP VPN et de son implémentation de référence BagPipe.  « Cela permet d’interconnecter plusieurs environnements OpenStack ou plusieurs datacenters via le protocole BGP », commente Nicolas Barcet, Directeur OpenStack Product Management chez Red Hat, interrogé par la rédaction. Si ce protocole n’est pas nouveau, son usage combiné à OpenStack et donc Neutron, impliquait jusqu’alors soit un développement manuel soit l’achat d’un outil SDN tiers, poursuit encore le responsable de Red Hat. Ce qui ne sera plus le cas en proposant une API standard dans OpenStack.

Dans le cadre de ce partenariat, Red Hat et Orange ont ainsi contribué des ressources et un savoir-faire, afin de rapprocher le besoin métier des connaissances techniques d’OpenStack. « Orange a ainsi aider Red Hat « à  mettre le priorité sur les points métiers et à amener la résolution de ce problème plus rapidement », souligne Nicolas Barcet.

Si l’interconnexion d’environnements et de datacenters occupe assurément une place de choix dans le développement du NFV chez Orange, Nicolas Barcet explique que cela peut aussi trouver des cas d’usage dans les entreprises, pour déployer des applications sur plusieurs datacenters ou encore dans le cadre de la mise en place d’un plan de récupération après sinistre.

Pour Red Hat, cette proximité avec l’expertise métier d’Orange et du monde des telcos, est également un accélérateur d’innovation. Le groupe, dont 30 à 40% des activités OpenStack sont tirées par le marché des telcos, entend bien faire valoir cela dans sa propre distribution du framework auprès de ce secteur qui aujourd’hui doit lui-aussi faire évoluer des fonctions.

Ces processus de co-développement et de co-contributions ne sont pas nouveaux pour Red Hat. Nicolas Barcet évoque notamment un partenariat avec l’Université de Boston autour d’une application Big Data du Massachussetts Open Cloud.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close