Cet article fait partie de notre guide: Sauvegarde et PRA : les roues de secours de votre IT

PCA et PRA : l’arme des entreprises contre les sinistres informatiques

Pour satisfaire les exigences des métiers en matière de disponibilité des applications, les entreprises ont beaucoup investi dans leurs PRA et PCA ces dernières années.

Cet article se trouve également dans ce contenu premium en téléchargement : STORAGE: L'infrastructure hyperconvergée ou le stockage "tout compris"

Rares sont aujourd’hui les entreprises qui peuvent se passer de leur informatique à tel point que dans bien des cas l’inaptitude à faire face à un incident informatique peut leur être fatale. Selon une étude du cabinet de conseil américain Eagle Rock, 40% des entreprises ayant subi un arrêt de 72 heures de leurs moyens informatiques et télécoms ne survivent pas à un désastre informatique. C’est la raison pour laquelle de plus en plus de sociétés, de toutes tailles s’attachent à mettre en place un plan de reprise d’activité ou un plan de continuité d’activité informatique.

Au fil du temps, la signification de ces deux termes a évolué. Historiquement, le plan de continuité s’attachait à analyser l’impact potentiel d’un désastre ou d’une défaillance sur le métier de l’entreprise et à définir les moyens et procédures à mettre en place pour en limiter les conséquences. Le plan de reprise d’activité s’intéressait quant à lui aux aspects informatiques du PCA.

Pour les informaticiens, la terminologie a évolué : de plus en plus le PCA décrit l’ensemble des moyens destinés à assurer la continuité d’activité des applications, c’est-à-dire à garantir la haute disponibilité de ces applications (ce qui implique l’impossibilité d’un arrêt de ces applications même en cas de sinistre sur un site). Le PRA quant à lui décrit l’ensemble des moyens et procédures destiné à assurer une reprise rapide et ordonnée de la production après un arrêt inopiné (lié par exemple à une défaillance technique, ou énergétique, à une erreur humaine ou à un sinistre naturel). La différence entre les deux approches tend donc à se limiter à une différence en matière de temps d’indisponibilité de l’infrastructure et des applications en cas de sinistre.

PCA : assurer la haute disponibilité des applications

Dans le cadre d’un PCA, l’entreprise veille à définir les architectures, les moyens et les procédures nécessaires pour assurer une haute disponibilité des infrastructures (datacenter, serveurs, réseau, stockage) supportant l’exécution des applications de l’entreprise. L’objectif est d’assurer que quelle que soit la situation, les infrastructures mises en place garantissent aux utilisateurs un service ininterrompu.

En général, la mise en œuvre d’un PCA suppose la mise en place d’équipements redondés entre plusieurs datacenters et fonctionnant de façon conjointe de telle sorte qu’en cas de défaillance d’un élément sur le site primaire, le relais soit automatiquement pris par le site secondaire.

Typiquement, une telle architecture suppose la mise en place d’un dispositif garantissant la cohérence des données sur les baies de stockage entre le site primaire et le site secondaire. C’est par exemple ce que permet une solution comme VPLEX d’EMC comme la dernière génération de baies VSP G1000 d’Hitachi. C’est aussi ce que permettent les technologies de geocluster de NetApp ou HP (3Par). Ces deux technologies assurent en fait la réplication transparente des données entre deux ou plusieurs sites et permettent un accès simultanée en écriture aux données sur l’ensemble des sites. Couplées à des solutions d’orchestration et de virtualisation, où à des technologies logicielles de failover (Oracle RAC, SQL Server Failover Cluster…), elles permettent la bascule automatisée des applications d’un datacenter à l’autre en cas de défaillance sur le site primaire.

Il est à noter que toutes les applications de l’entreprise ne sont pas forcément concernées par la mise en œuvre d’un PCA, simplement parce que certaines ne sont pas jugées critiques et peuvent tolérer un arrêt, ou une éventuelle perte de données. Cette criticité est à définir de façon concertée avec les métiers de façon à déterminer quel sera le périmètre du PCA et quelles applications seront concernées par un « simple PRA ». Il convient aussi de dimensionner convenablement les infrastructures pour que la bascule vers le site secondaire n’affecte pas trop les performances. Dans le cas d’une architecture en mode actif/actif, la production est en effet répartie entre les deux datacenters de l’entreprise, ce qui fait qu’un sinistre sur l’un d’entre eux se traduit mécaniquement par une diminution de moitié de la capacité de traitement disponible, donc potentiellement par une dégradation des performances sur l’infrastructure survivante.

PRA : Assurer le redémarrage ordonné des applications en cas de défaillance ou de sinistre

Pour les entreprises qui n’ont pas les moyens ou le besoin d’un PCA, le PRA est la solution pour assurer un redémarrage ordonné et aussi rapide que possible de l’infrastructure informatique de l’entreprise en cas d’incident. Ce redémarrage s’effectue en général sur un site de secours, propriété de l’entreprise ou fourni par un prestataire tiers. Le PRA définit les architectures, les moyens et les procédures nécessaires à mettre en œuvre pour assurer la protection des applications qu’il couvre. Son objectif est de minimiser l’impact d’un sinistre sur l’activité de l’entreprise. On distingue plusieurs modes de redémarrage : le redémarrage à chaud s’appuie sur une copie synchrone ou asynchrone des données du site principal. Il s’agit de s’appuyer sur le dernier état cohérent connu des données comme base pour les serveurs positionnés sur le site de secours. La réplication des données (qui peut être assurée par des technologies de sauvegarde et réplication telles que Veeam Backup and Recovery, ou des technologies de réplication de données en continu comme RecoverPoint chez EMC, AppAssure chez Dell, Tivoli Storage Manager chez IBM, CA ArcServe Replication chez CA ou DoubleTake chez Vision Solutions) assure un redémarrage rapide des serveurs de secours dans un état aussi proche que possible de celui qui a précédé le sinistre. Le RTO (Recovery Time Objective – le temps nécessaire pour remettre l’application en production – est donc minimal et le RPO (Recovery Point Objective – le temps entre le dernier état cohérent des données et le sinistre) réduit à son minimum, souvent quelques minutes.

La situation est un peu différente en cas de secours à froid. Cette situation concerne encore nombre d’entreprises ne disposant pas des moyens financiers et/ou technique pour un PCA ou pour une reprise à chaud. Dans ce cas, le redémarrage après sinistre s’appuie sur les dernières sauvegardes réalisées par l’entreprise. Ces sauvegardes peuvent dans le meilleur des cas être des répliques provenant d’un système de sauvegarde dédupliqué sur disques comme une baie Data Domain ou dans le pire scénario, une simple sauvegarde sur bande.

En cas de sinistre, l’entreprise doit donc activer son site de secours, restaurer ex-nihilo ses données depuis leur support de sauvegarde (disque ou bande) et remettre en service ses applications. Il s’agit là de la solution la plus économique pour mettre en place un PRA, mais elle a un prix en matière de RTO et de RPO. Le RTO est au minimum le temps de restauration des données et de mise en service des serveurs, ce qui pour des environnements complexes peut vouloir dire plusieurs heures voire plusieurs jours. La bonne nouvelle est que la banalisation des solutions de sauvegarde sur disque comme Data Domain a largement permis de réduire le RTO (de 17 heures à 2 heures en moyenne selon une étude IDC de 2012).

Le RPO dépend de la fréquence des sauvegardes. Dans le pire des cas, il peut atteindre un ou plusieurs jours (notamment pour les applications dont les fenêtres de sauvegarde sont longues et qui ne sont sauvegardées qu’une fois par jour, voire moins). Là encore la sauvegarde sur disques dédupliquée a amélioré la situation en réduisant les fenêtres de sauvegarde (de 11 heures avec une librairie de bandes à 3 heures en moyenne avec systèmes de sauvegarde sur disque dédupliquée comme EMC Data Domain, HP D2D ou Quantum DXi).

Notons que si le redémarrage à froid était la règle pour nombre d'entreprises et notamment les PME il y a encore 5 ans, la généralisation de la virtualisation et du stockage en réseau a rendu accessible le redémarrage à chaud à un nombre croissant de sociétés. Le PCA n’est pas encore forcément à portée de tous - même s'il s'est banalisé pour certaines applications -, mais il est désormais accessible à nombre de PME de taille intermédiaire. Les progrès accomplis par les applications (par exemple avec l'intgration du failover dans la plupart des bases de données), par les baies de stockage, les solutions de sauvegarde sur disque et les technologies de virtualisation devraient le rendre accessible au plus grand nombre au cours des prochaines années. Et l’avénement de services de PCA et de PRA en cloud devraient aussi contribuer à démocratiser encore un peu plus ces technologies…

 

Pour approfondir sur Backup et protection de données

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close