iStock

Architecture monolithique vs microservices : avantages et inconvénients

Les développeurs intéressés par le passage aux microservices devraient sérieusement se demander si une approche monolithique ne serait pas plus judicieuse. Voici les principaux facteurs à prendre en compte.

Le choix entre une architecture monolithique et son opposée dépendante de microservices reste un sujet brûlant. De nombreuses divisions IT sont impatientes d’adopter les applications distribuées. Toutefois, si l’approche incarnée par les microservices a gagné en popularité ces dernières années, le monolithe applicatif reste une option viable dans de nombreuses situations.

Choisir la bonne architecture dépend de plusieurs facteurs. En premier lieu, il faut évaluer les capacités de gestion et l’expertise des développeurs. Examinons les avantages et les inconvénients du monolithe par rapport aux microservices.

L’architecture monolithique

Un monolithe est conçu comme un grand système déployé comme une seule unité derrière un répartiteur de charge. Il dépend généralement d’une base de données unique. Le monolithe se compose de quatre éléments principaux : une interface utilisateur, des logiques métiers, une interface de données et une base de données.

Les systèmes monolithiques offrent plusieurs avantages, en particulier en termes de gestion des frais opérationnels. Voici quelques-uns de leurs atouts basiques :

+ Simplicité : Les architectures monolithiques sont simples à construire, à tester et à déployer. Les applications qui en dépendent peuvent être mises à l’échelle horizontalement, en exécutant plusieurs copies d’une application derrière un répartiteur de charge.

+ Problèmes transversaux : Avec une base de code unique, les applications monolithiques peuvent facilement gérer les problèmes transversaux, tels que l’enregistrement des logs, la configuration et le contrôle des performances.

+ Performances : Les composants d’une architecture unifiée partagent la mémoire vive, ce qui est plus rapide que la communication de service à service, dépendante de mécanismes comme l’IPC (Communications inter-processus) ou autres.

Mais l’un des principaux inconvénients des architectures monolithes est le couplage étroit. Au fil du temps, les composants deviennent étroitement liés et enchevêtrés. Ce phénomène affecte la gestion, l’évolutivité et le déploiement continu. D’autres désavantages en découlent :

- Fiabilité : Une erreur de programmation dans l’un des modules de l’application peut la faire tomber entièrement.

- Mises à jour : Parce qu’il y a une seule grosse base de code et une dépendance forte entre les composants, toute l’application doit être redéployée à chaque mise à jour.

- Pile technologique : Une application monolithique dépend d’une seule stack technologique. Les modifications de cette dernière s’avèrent coûteuses et longues à effectuer.

L’architecture de microservices

À l’inverse, les microservices consistent en des services indépendants des uns des autres. Par essence, ce type d’architecture « divise » les composants en de petits services autonomes qui peuvent être déployés et industrialisés séparément.

Voici les bénéfices de cette architecture :

+ Passage à l’échelle : Pour industrialiser une application basée sur des microservices, il suffit de passer à l’échelle certains composants, ceux qui optimisent la consommation de ressources.

+ Faible couplage : Les composants de microservices ne sont pas interdépendants et peuvent donc être testés individuellement. Cela facilite également les modifications à travers le temps.

Le passage aux microservices demande un partage équitable des coûts. Cela réclame une attention toute particulière en ce qui concerne la surveillance applicative et le fardeau qu’elle représente pour les développeurs. Les entreprises qui adoptent ce type d’architecture devront prendre en compte les facteurs suivants :

- L’expertise de l’équipe : les bénéfices des microservices s’effacent si le personnel n’est pas préparé. Vous devez évaluer les compétences des membres de votre équipe avant d’adopter pleinement ce modèle.

- Tests et surveillance : Une fois que vous aurez les applications en composants, vous aurez davantage d’éléments mobiles à suivre et à réparer. Sans les bons outils, les choses peuvent rapidement déraper.

Comment choisir

Généralement, les monolithes sont idéaux lors du développement d’applications petites et simples. Il faut également considérer que le passage aux microservices ne bénéficiera pas à une équipe qui n'a pas assez d'expérience dans le domaine des architectures distribuées.

Par ailleurs, une architecture basée sur des microservices est bon choix lorsque vous développez des systèmes complexes, surtout si vous avez des développeurs qui connaissent ce modèle et qui sont motivés pour l’adopter.

Ainsi, le débat entre microservices et monolithe revient à se poser ces quatre questions fondamentales :

  • Est-ce que votre équipe maîtrise les microservices ?
  • Disposez-vous de la bonne infrastructure pour déployer des applications distribuées ?
  • Avez-vous évalué les risques économiques induits par ce changement ?
  • Est-ce que les limites de vos applications sont clairement définies ?

Pour approfondir sur Architectures logicielles (SOA)

- ANNONCES GOOGLE

Close