WavebreakmediaMicro - Fotolia

Comment fonctionne VMware App Volumes

VMware App Volumes offre aux administrateurs IT un moyen de fournir des applications persistantes à partir d’un pool de postes de travail virtuels non persistants. Et voilà comment fonctionne cette technologie.

VMware App Volumes est un outil de gestion temps réel d’application permettant de fournir et d’administrer des applications en environnement de poste de travail virtuel. App Volumes permet de provisionner et de mettre à jour des applications via des disques virtuels, sans avoir à packager, modifier ou streamer ces applications.

Optimisées pour un fonctionnement avec vSphere, les applications App Volumes visent des utilisateurs, groupes ou terminaux spécifiques. Une fois que la DSI a installé une application, l’administrateur peut fournir ou mettre à jour sa charge utile en l’espace de quelques secondes. La DSI contrôle l’ensemble du cycle de vie de l’application, depuis son installation jusqu’à son remplacement, en passant par sa mise à jour. Pour l’utilisateur, l’application se comporte comme s’elle s’exécutait nativement au sein de son poste de travail.

En coulisses

Les applications App Volumes sont stockées sur des disques virtuels en lecture seule, combinés à des volumes accessibles en écriture, à raison d’un par utilisateur. Ceux-ci assure le stockage des réglages personnalisés et des données devant persister entre la fermeture d’une session et l’ouverture de la suivant. Les administrateurs peuvent configurer ces disques sur n’importe quel entrepôt de données supporté par vSphere, comme VMware Virtual SAN. De quoi choisir le modèle de stockage le plus approprié à l’infrastructure existante.

App Volumes utilise alors des disques de machine virtuelle pour apporter les applications aux postes de travail VMware Horizon, sans qu’il soit nécessaire de modifier ceux-ci, ni même les applications. De quoi limiter les besoins en stockage, et par la même les coûts d’administration des postes virtuels.

App Volumes fournit aux utilisateurs des applications persistantes au-dessus de groupes de postes de travail virtuels non persistants, le tout à partir d’un même disque virtuel. Les administrateurs peuvent fournir et mettre à jour les applications en temps réel, et les rendre immédiatement disponibles aux utilisateurs, y compris alors qu’ils ont déjà ouvert leur session.

Les composants d’App Volumes

Plusieurs composants sont impliqués dans l’installation d’App Volumes, à commencer par vSphere et Horizon. Le serveurs App Volumes Manager fournit une interface Web pour l’administration et la configuration d’App Volumes, ainsi que pour l’assignation des disques virtuels en lecture seule – les volumes AppStack – et les disques accessibles en écriture. App Volumes Manager fait également office de broker pour l’agent App Volumes qui s’exécute dans chaque machine virtuelle.

App Volumes utilise une base de données SQL Server pour stocker les informations de configuration relatives à AppStack et aux volumes inscriptibles, ainsi que celles relatives aux utilisateurs, aux machines virtuelles et physiques, aux transactions sur les données, et aux règles d’accès aux applications.

vCenter Server est un autre acteur important de l’écosystème App Volumes. En plus d’administrer l’infrastructure vSphere, vCenter Server apporte à App Volumes la connectivité opérationnelle aux VM, au stockage et aux ressources hôtes vSphere, tout rendant disponible l’information d’inventaire applicatif. App Volumes contribue à l’accélération des ouvertures de session en exécutant le service de courtage App Volumes Vies sur le serveur Horizon View Connection Server.

Enfin, App Volumes nécessite l’installation d’un agent sur chaque machine virtuelle vSphere. Celui-ci s’exécute comme un service, assurant les appels des applications et le système de fichiers qui redirige vers AppStack et les volumes inscriptibles. L’agent doit également s’exécuter sur le poste virtuel cible.

Comme fonctionnent AppStack et les volumes inscriptibles

Les volumes AppStack sont au cœur du fonctionnement d’App Volumes. Chacun d’entre eux peut supporter plusieurs systèmes d’exploitation et utilisateurs. Les administrateurs peuvent assigner des volumes aux comptes utilisateurs Active Directory, mais aussi aux groupes, aux divisions internes, ou encore à des ordinateurs physiques.

Le modèle par défaut de volumes AppStack occupe 20 Go. Mais les administrateurs peuvent créer leurs propres modèles personnalisés. Ceux-ci permettent de cibler des scénarios de déploiement applicatif spécifiques et être plus petits que 20 Go. De quoi permettre un déploiement plus rapide.

Les applications affichant des dépendances croisées devraient fonctionner sur le même volume AppStack. En outre, les applications comme les anti-virus, qui doivent s’exécuter après la fermeture de session de l’utilisateur, devraient être installées sur l’image de base et non pas dans un volume AppStack.

Au final, App Volumes permet de fournir aux d’applications sans état persistant tout en assurant la persistance des données des utilisateurs. Selon VMware, il supporte aussi les environnements Citrix XenDesktop et Microsoft RDSH. Les DSI devront déterminer si les bénéfices apportés sont suffisant pour compenser les coûts de licences afférents et s’ils ont besoin d’introduire ce type de découpage d’applications en couches.

Adapté de l’anglais.

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

- ANNONCES GOOGLE

Close