Comment le MBaaS transforme la mobilité d'entreprise

Les entreprises passent au MBaaS pour l'intégration de leurs systèmes de back-end avec leurs applications mobiles, parce que cela permet d'aller plus vite, et de réaliser des économies.

L’infrastructure sous-jacente à une application mobile est une pièce clé du puzzle. La qualité du back-end est déterminant pour le succès des applications auprès des utilisateurs.

Il y a deux façons principales de gérer le développement d’un back-end pour les applications mobiles. La voie traditionnelle est celle du développement interne au cas-par-cas. L’autre, plus moderne, est celle du back-end mobile en mode service, ou MBaaS. Pour beaucoup de développeurs et décideurs IT, l’architecture MBaaS est déjà l’option de choix.

Ce que sont les plateformes MBaaS

Le MBaaS fournit aux applications la possibilité d’utiliser les ressources d’une base de données établie, la plus souvent sur une infrastructure en mode Cloud. Les ressources sont unifiées au travers de la conception des API et des kits de développements. Cela permet aux utilisateurs d’applications mobiles d’accéder à des fonctionnalités telles que les notifications push, les services de géolocalisation, et autres capacités fournies par les back-end, depuis un système sécurisé.

Généralement, la manière dont le MBaaS est structuré autour du Cloud facilite la tâche des développeurs. Avec une architecture MBaaS, ils peuvent organiser leurs ressources et écrire du code pour intégrer des fonctionnalités liées à l’utilisation du back-end. Les développeurs peuvent également réutiliser du code pour des fonctions telles que l’authentification.

Au lieu d’avoir à ajuster les configurations côté serveur, ils peuvent se concentrer sur l’interface avec l’utilisateur et sur son expérience. Le MBaaS contibue également à abaisser les coûts de développement en limitant le travail nécessaire au développement de l’intégration des services.

Qui sont les fournisseurs de MBaaS ?

Parmi les fournisseurs majeurs de MBaaS, on compte Google Firebase, AWS Mobile Services, CloudKit d’Apple, Microsoft Azure Mobile Services et Kinvey. Chacun offre une perspective différente sur la connectivité back-end. De quoi permettre aux entreprises de trouver ce qui leur convient le mieux.

Google Firebase constitue un bon point de départ pour une entreprise à la recherche de fonctionnalités et de ressources de base. De nombreux services sont proposés gratuitement. AWS est centré sur le Cloud et s’adresse plutôt aux développeurs avancés. CloudKit se destine aux services de back-end liés à iCloud, d’Apple, et se concentre principalement sur le stockage de données. Le service de Microsoft Azure présente d’importantes similarités avec celui d’AWS. Mais son modèle tarifaire n’est pas des plus séduisants. Kinvey supporte l’éventail d’appareils mobiles le plus étendu et fournit nombre de documents de support et de tutoriels. Il est devenu le service préféré pour de nombreux secteurs d’activité variés où les entreprises cherchent à disposer rapidement d’applications fiables. Google s’est d’ailleurs récemment associé à Kinvey pour développer une nouvelle offre autour de sa Cloud Platform.

Les bémols du MBaaS

Le MBaaS est fourni comme un package complet, ce qui oblige les développeurs à tailler leurs applications selon les services offerts. Cela signifie que toutes les applications ne sont pas adaptées au MBaaS. Selon les fonctionnalités et le code de l’application, l’environnement MBaaS peut ne pas être assez robuste pour les supporter. L’architecture MBaaS prive également du contrôle sur la manière dont les données collectées, stockées et accessibles.

Et les entreprises doivent aussi tenir compte des coûts du MBaaS. Les prix affichés peuvent paraître alléchants, mais la facture à long terme joue un rôle. Et si le fournisseur MBaaS n’est pas bien établi sur le marché, il y a le risque de le voir fermer certains services, laissant ses clients dans l’embarras.

Et puis se pose la question de la croissance de la base installée : plus celle-ci est importante, plus les services de back-end sont consommés. Et une fois une architecture MBaaS retenue, il peut être difficile de redimensionner les services : en phase de croissance, il peut devenir nécessaire d’en mettre en œuvre une nouvelle.

Les bons côtés du MBaaS

Les utilisateurs en entreprise poussent plus vers le Cloud pour pouvoir être plus mobiles. L’architecture MBaaS va dans ce sens, rendant plus facile l’accès aux données en mobilité, et l’administration pour l’IT. En tant que package, le MBaaS offre un coût initial plus faible que le déploiement et l’intégration en interne d’un back-end.

MBaaS permet également de gagner un temps significatif. Les organisations identifient simplement un processus métier susceptible de profiter d’une efficacité accrue, développent une application mobile pour le remplacer, et la connecte aux bases de données de back-end via les API offertes par le MBaaS.

Les entreprises jeunes n’ont pas à se préoccuper des applications patrimoniales et toutes peuvent passer par le Cloud. Mais beaucoup d’applications historiques migrent aussi vers le Cloud. L’avenir du MBaaS apparaît donc radieux.

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close