Ye Liew - Fotolia

Comprendre comment l’hyperconvergence est adaptée au VDI

La flexibilité et la simplicité de mise en œuvre des systèmes hyperconvergés répondent bien aux besoins du VDI. Mais il y a d’autres avantages – et quelques inconvénients – à également considérer.

Les systèmes hyperconvergés (HCI) ont trouvé leur première place dans beaucoup d’organisation comme socle à un déploiement VDI. Mais ce n’est parce que les deux fonctionnent bien ensemble qu’il faut penser que le HCI est littéralement plug-and-play pour le VDI.

Les types de traitements qui seront exécutés par les utilisateurs finaux détermineront les options à choisir pour son système HCI. Les habitudes de travail sont également un facteur important, autant que les logiciels qui seront lancés sur les postes virtuels.

Déterminer les besoins des utilisateurs

La question la plus importante à laquelle répondre est le nombre de postes de travail virtuels nécessaires. La plupart des systèmes HCI se déploient avec un nombre minimum de nœuds regroupés en grappe et peuvent gérer des centaines de postes de travail virtuels. Pour des besoins inférieurs à cela, la mise en œuvre d’une plateforme HCI risque d’être inutilement coûteuse.

Une fois que cette question a trouvé sa réponse, il convient de déterminer les modèles de travail des utilisateurs de ces machines virtuelles. Généralement, les utilisateurs VDI peuvent être répartis en trois groupes : les utilisateurs devant effectuer des tâches simples et répétitives, les utilisateurs au travail plus complexe, et les utilisateurs expérimentés. Chacun a besoin de niveaux de ressources différents à partir du pool partagé d'un système HCI.

L’analyse du groupe d'utilisateurs dans son ensemble doit permettre de déterminer le taux de simultanéité – combien d'utilisateurs sont actifs et travaillent en même temps. Le système hyper-convergé devra être capable de fonctionner efficacement lorsque la demande atteint son maximum. Cela se produit généralement lorsque les utilisateurs se connectent tous, s'ils se trouvent dans le même fuseau horaire, un exercice communément appelé « tempête de démarrage » ou boot storm. Le fait de disposer d’une main-d'œuvre géographiquement dispersée atténue les pics de demande de ressources, mais il faut tout de même savoir quand ces pics se produisent et provisionner les ressources en conséquence.

Les avantages du HCI pour le VDI

Le principal avantage de l'utilisation d'un système informatique hyper-convergé pour le VDI est la facilité d'évolutivité. Au fur et à mesure que l’entreprise se développe, il suffit d’ajouter des nœuds HCI pour accueillir de nouveaux utilisateurs VDI.

Les économies constituent également l’un des moteurs du HCI auprès des consommateurs de VDI. Concrètement, elles apparaissent d’abord sous la forme d’une administration allégée, car la plupart des fonctions de gestion sont intégrées et au moins partiellement automatisées. Les besoins en administrateurs spécialisés sur un domaine ou un autre sont ainsi réduits.

L'informatique hyper-convergée peut en outre faciliter la résolution de l'un des principaux problèmes rencontrés avec le VDI dans les structures informatiques traditionnelles, le goulot d'étranglement de stockage. Les demandes de capacité de stockage augmentent plus rapidement que tout autre aspect d'un système VDI, et les systèmes de stockage traditionnels ne sont pas aussi faciles à étendre que les HCI. Et le stockage peut devenir la ressource qui ralentit les performances du VDI pour les utilisateurs finaux.

La facilité d'expansion des ressources dans un système HCI fait disparaître ce goulot d'étranglement : ajouter plus de nœuds à une grappe permet d’augmenter la capacité de stockage du pool de logique virtualisé à partager entre les utilisateurs VDI.

Et ses inconvénients

La facilité d'expansion peut également conduire à l'un des inconvénients d'une implémentation HCI : il est possible de sur-provisionner une ressource pour répondre aux demandes d'une autre. Pour faire simple, étant donné que chaque nœud contient une capacité de stockage et de calcul, il est possible de se retrouver avec plus de ressources de calcul que ce dont le déploiement VDI a besoin.

Le verrouillage auprès d’un fournisseur est également un problème lorsque l’on mise sur le HCI : puisque l’on choisit le fournisseur HCI avec le produit le mieux adapté à ses besoins VDI, on s’engage à acheter la future technologie de ce fournisseur, sauf à vouloir se lancer dans une lourde migration.

Et si une nouvelle technologie ou un nouvel ensemble de fonctionnalités offre de meilleures performances, améliore l'efficacité ou réduit le coût du HCI, il ne sera possible d’en tirer profit que si son fournisseur l'offre.

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

- ANNONCES GOOGLE

Close