La reconstruction applicative ouvre la voie de la mobilité

Le marché de la reconstruction applicative est encore relativement jeune, mais ses acteurs se distinguent par des approches différentes.

L’accès, depuis un smartphone ou une tablette, à un poste de travail virtuel peut être tentant. Mais la pratique se heurte toujours au même écueil : les applications conçues pour le poste de travail conventionnel ne sont pas adaptée à une utilisation mobile.

Les applications patrimoniales, conçues pour un PC avec clavier physique et souris, sont encore essentielles à de très nombreuses entreprises. Mais les utiliser à partir d’un écran tactile se révèle souvent aussi inconfortable que possible. La reconstruction applicative tente d’apporter une réponse en recomposant l’interface graphique et en l’optimisant pour les terminaux mobiles.

La notion de reconstruction applicative n’est pas nouvelle : il s’agit pour l’essentiel d’améliorer le code et l’interface d’une application sans en changer les capacités fonctionnelles. Des éditeurs spécialisés – dont Capriza, Hypori, PowWow, Reddo Mobility ou encore StarMobile – se sont saisis du concept pour l’appliquer aux applications patrimoniales et aux terminaux mobiles. L’an passé, Citrix s’est également engagé sur cette voie avec les rachats successifs de Framehawk et de Virtual. VMware s’intéresse également au domaine, comme l’illustre le composant UnityTouch d’Horizon View.

Bonus additionnel, la reconstruction applicative ne nécessite généralement pas de programmation manuelle, de production de scripts, ou de développement. Mais alors que le nombre d’acteurs sur le marché est relativement restreint, le nombre d’approches différentes est surprenant.

Reddo Mobility permet aux DSI – et même aux utilisateurs avancés – de lancer des applications Windows et de sélectionner les éléments de son interface graphique à afficher dans une application Web HTML5 à l’aspect adapté à la mobilité.

Fondé en 2011, Capriza se cantonne aux applications Web, et s’appuie sur la virtualisation de navigateur Web pour fournir les applications via son service Cloud.

PowWow, lancé en 2014, utilise une combinaison de HTML5 et de RDP pour fournir des applications au poste client mobile. Une option collaborative permet à plusieurs utilisateurs de se connecter à la même session pour interagir avec des documents partagés, à la manière d’un Google Docs.

StarMobile est un service Cloud qui exploite son propre protocole propriétaire pour abstraire les données de l’interface utilisateur d’une application patrimoniale et les afficher ensuite sur le terminal utilisateur d’une manière adaptée à la mobilité.

La latence réseau peut ralentir le processus de streaming dans certains cas de reconstruction applicative. Et elle dépend souvent de la qualité des protocoles utilisés par le service et du processus de rendu. La plupart de ces éditeurs soulignent le fait que leurs clients n’ont pas besoin d’expérience du développement applicatif, mais certains offrent des interfaces de conception graphique plus simples que d’autres. La bonne nouvelle est que certaines offres s’intègrent à des déploiements VDI existants voire à des suites de gestion de la mobilité d’entreprises (EMM).

Au final, l’offre de reconstruction des applications patrimoniales apparaît encore relativement jeune, et plutôt diversifiée. Mais à mesure que la mobilité d’entreprise gagnera en adoption, il est probable que le marché de la reconstruction d’application s’étoffera pour répondre encore mieux au défi de la modernisation des applications historiques.

Avec nos confrères de SearchVirtualDesktop.com

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close