GP - Fotolia

Les administrateurs Windows doivent se préparer à Docker

Microsoft est devenu proche des stacks Open Source, poussant les administrateurs Windows à mieux comprendre comment gérer les conteneurs avec Docker Datacenter.

Avec l’arrivée de Windows Server 2016, les entreprises qui ont décidé de migrer vers le nouvel OS auront aussi accès aux conteneurs Docker. Les administrateurs qui ont décidé de braver ce nouveau monde de la virtualisation devront connaître les bases de ces conteneurs, et surtout, comment manipuler Docker Datacenter, l’outil qui permet de créer et de maintenir des hôtes Docker et des conteneurs.

Les conteneurs entrent d’une façon générale dans le domaine de compétences des développeurs, mais les équipes opérationnelles, celles qui mettent à disposition et supportent l’infrastructure pour ces mêmes développeurs, ont aussi tout à gagner d’apprendre Docker Datacenter.

Docker et Microsoft Windows

Docker est une technologie Open Source qui s’appuie sur l’OS virtualisé pour supporter des environnements applicatifs légers et isolés. On peut imaginer par exemple que les développeurs aient besoin de tester des applications Web PHP / MySQL pour évaluer les niveaux de compatibilité entre plusieurs versions de PHP, MySQL et du serveur Web Apache. Généralement, les développeurs demandent aux équipes opérationnelles IT de monter les VM dédiées qui contiennent, chacune, des versions différentes. Cela demande du temps, de la ressource puissance et du stockage. Cela n’est pas très agile.

Parce que Docker virtualise chaque application avec ces dépendances, vous pouvez créer plusieurs conteneurs différents – chacun avec des versions différentes de l’application -, et ce, en quelques secondes. De plus, parce que les images Docker sont définies de façon descriptive, les développeurs peuvent appliquer un contrôle de version ou un rollback à ces images Docker. Autrement dit, s’il y a un problème avec un conteneur, le développeur peut modifier le script de l’image et le redéployer, au lieu d’avoir à reconstruire la VM.

VM vs conteneurs

Les VM sont bien plus volumineuses car chaque VM a besoin de son propre OS invité pour fonctionner (Figure 1). Un inconvénient des conteneurs Windows Server est qu’ils présentent un risque de sécurité car les conteneurs Docker partagent le noyau de l’OS hôte, tandis que chaque VM dispose logiquement de son propre noyau.

Conteneurs vs VM
Figure 1 : Les VM occupent plus d’espace car elles ont besoin d’un OS invité. Les conteneurs ne consomment pas autant d’espace car chaque conteneur partage le même hôte

Microsoft a mis au point des conteneurs Hyper-V. Dans ce cas, chaque conteneur a son propre noyau, avec une couche de sécurité en plus.

Les entreprises qui ont besoin de niveaux élevés de sécurité, mais souhaitent quand même avoir recours aux conteneurs, doivent donc déployer leurs applications dans une VM plutôt que dans un conteneur.

Gérer des conteneurs avec Docker Datacenter

Docker Datacenter est une solution CaaS (Conteneur-as-a-service) dont la vocation est de faciliter la conception, la création et la maintenance de clusters d’hôtes Docker et de conteneurs. Docker Datacenter doit apporter les mêmes fonctions, développées initialement dans le Cloud, aux installations sur site.

Les composants suivants constituent la pile Docker Datacenter :

  • OS hôte Open Source. Ubuntu Linux est le choix le plus courant ;
  • Docker Engine. Ce composant est le runtime ;
  • Docker Universal Control Plane.  Il s’agit du moteur de clustering qui rend les applications conteneurisées hautement disponibles ;
  • Docker Swarm. Ce moteur d’orchestration permet de gérer des conteneurs entre plusieurs hôtes Docker pour gagner en agilité et en résilience ;
  • Docker Trusted Registry. Il s’agit d’un catalogue qui facilite la gestion et la distribution d’images Docker.

Les fonctions sont fédérées au sein d’un portail Web.

Comment Docker et l’Open Source ont un impact sur l’administrateur Windows

Microsoft investit désormais dans l’Open Source. Grâce à l’ouverture de .NET – avec le .NET Core- , les entreprises peuvent par exemple exécuter des programmes Microsoft, comme SQL Server, sur des serveurs Linux.

De plus, les conteneurs dans Windows Server 2016 permettent aux équipes IT de déployer des applications Windows sur Windows Server, mais aussi dans des conteneurs Hyper-V Docker. Les administrateurs Windows se retrouvent ainsi confrontés à la technologie Docker. Une montée en compétence est là nécessaire. Le Docker Hub contient d’ailleurs nombre d’images Docker pour Windows Server.

Déployer Docker Datacenter dans Azure

Docker propose certes Docker Cloud, un service de Cloud public, mais les entreprises ayant un abonnement à Azure peuvent héberger leur infrastructure Docker sur Azure. Déployer Docker Datacenter sur Azure est pertinent pour les entreprises qui ne souhaitent pas investir dans serveurs physiques pour supporter les clusters.

Les 4 étapes pour déployer Docker Cloud à partir d’Azure

  • Cliquez sur New pour démarrer le déploiement sur Azure.
  • Identifiez le template Docker Datacenter Azure Resource Manage dans la marketplace d’Azure.
  • Cliquez sur Deploy pour lancer la procédure de déploiement.
  • Remplir le formulaire, patienter 20mn. Le cluster Docker Datacenter doit être prêt.

Une licence valide de Docker Datacenter est indispensable pour déployer un cluster sur Azure. Azure dispose aussi de sa propre offre Cloud de conteneurs Windows Server nommée Azure Container Service.

Traduire et adapté par la rédaction

Dernière mise à jour de cet article : novembre 2016

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close