Relever les nombreux défis liés à la migration d'Unix vers Windows

Signe de l’effondrement du marché des serveurs UNIX, les entreprises regardent désormais plus volontiers vers des technologies x86 et vers le monde Windows. Cet article démontre qu’ un processus de migration d’un monde vers l’autre n’est pas sans difficulté et livre quelques points à retenir.

Alors qu'Unix perd du terrain dans l'entreprise et que cette dernière est à la recherche de nouveaux territoires pour ses charges de travail, Microsoft Windows compte parmi les terres d'accueil possibles.

Mais le chemin qui mène d'un ancien à un nouveau système est semé d'embûches. L'entreprise devra donc soigneusement planifier son itinéraire, mais lorsque vous entreprenez une transition d'Unix vers Windows, il y a toujours moyen d'éviter de nombreux nids de poule.

« Le chiffre d'affaires mondial des serveurs RISC et Itanium a baissé de 54,8 % au cours du premier trimestre 2013, comparé à la même période en 2012 », explique Adrian O'Connell, Directeur de recherche chez Gartner, qui note en passant que le phénomène est quasi-identique pour les serveurs Unix.

Gartner rapporte que les entreprises migrent vers des plates-formes de substitution qui proposent des coûts inférieurs et une flexibilité supérieure ; c’est le cas de Microsoft Windows. Si le chiffre d'affaires Unix a dégringolé au cours du premier trimestre, celui des serveurs x86, qui exécutent essentiellement Windows, a augmenté de 1,8 %.

Pourtant, lorsqu'il s'agit de transiter de systèmes Unix coûteux vers des serveurs Windows de prix inférieur, les entreprises doivent faire preuve de prudence. « La majorité des migrations matérielles échouent », explique Michael Howard, PDG d'Unicon Conversion Technologies, un revendeur spécialisé dans la migration de plates-formes.

Ces échecs ont de nombreuses raisons possibles.

Obstacles à la migration d'Unix vers Windows

La première étape consiste à identifier les similarités et les différences des systèmes. Les systèmes Unix ont tendance à s'appuyer sur Apache pour les services Web, alors que Windows repose sur la technologie Internet Information Services (IIS). S'ils fournissent tous deux les mêmes fonctions de base, Apache et IIS n’en utilisent pas moins des terminologies différentes et remplissent leurs tâches selon des méthodes distinctes. Le personnel informatique doit donc être formé, même si le nouveau système semble similaire.
Les entreprises doivent vérifier que les serveurs Windows impliqués dans la migration sont dotés de tous les correctifs et des fonctions de sécurité les plus récentes.
Les administrateurs doivent apprendre de nouveaux langages de programmation. Perl, Python, PHP et Java sont assez courants sous Unix. En revanche, côté Windows, les plus répandus sont Visual Basic, .NET et Visual C++.

Le code des applications peut générer d'autres problèmes. « Dans nombre de cas, les entreprises remanient les applications et les adaptent à leur propre usage », explique Michael Howard. « Lorsqu'elles transfèrent une application sur le nouveau système, la conversion est rarement parfaite. » Dans certains cas, des remaniements, effectués il y a des années, sont peu - voire dans certains cas, pas du tout - documentés, et donc difficiles à déchiffrer.

Les migrations matérielles impliquent des dizaines, voire parfois des centaines, d'applications. « Les entreprises doivent ‘commencer petit’ et se fixer des échéanciers raisonnables en matière de processus de migration », explique Michael Howard. Elles sous-estiment souvent les tâches nécessaires et tentent d'accélérer le processus.
Les applications et les plates-formes d'entreprise sont le reflet des processus métier ; il est donc probable que ces derniers soient impactés par une migration d'Unix vers Windows. Les processus métier sont dynamiques : ils murissent, évoluent, sont recréés et deviennent obsolètes, et ce continuellement. La nature complexe et chronophage des migrations implique qu'un système peut revêtir un aspect différent une fois la migration achevée. Les entreprises doivent s'assurer que leur plan de migration est suffisamment flexible pour adapter les changements aux processus métier.

Pour tout système d'entreprise, la sécurité constitue une préoccupation essentielle. Elle est généralement plus robuste sous Unix que sur les serveurs Windows. Unix a été conçu dès le départ comme un système d'exploitation d'entreprise, tandis que Windows était davantage orienté vers l'informatique personnelle, avant d’évoluer progressivement pour adopter davantage de fonctions d'entreprise. Les pirates informatiques se sont focalisés sur l'effraction Windows. Conséquence : Windows arbore un panel étendu et changeant de brèches de sécurité qui n'existent purement et simplement pas sous Unix. Les entreprises doivent vérifier que les serveurs Windows impliqués dans la migration sont dotés de tous les correctifs et des fonctions de sécurité les plus récentes.

Pour les entreprises, la sécurité se déploie à des niveaux granulaires. Si une sécurité prêt-à-porter centralisée est facile à déployer, elle ne répond pas à l’ensemble des besoins des entreprises. Certaines d'entre elles ont besoin d'une sécurité au niveau des documents et des dossiers, pour leurs informations sensibles ; par exemple, les données comptables ou les numéros de facturation client. En matière de fonctions de sécurité, nombre d'applications Windows s'appuient sur la technologie Microsoft Active Directory (AD), si bien que les services informatiques habitués à Unix doivent apprendre à exploiter la technologie AD.

Par ailleurs, les données doivent être correctement enregistrées et protégées. Même si une entreprise utilise deux ordinateurs distincts pour sa migration d'Unix vers Windows, il est toujours possible de supprimer des informations vitales sur l'un des hôtes. Disposer d'un plan de sauvegarde et de récupération robuste avant d'entamer le processus contribue à garantir que l'entreprise est en mesure de résoudre ces problèmes en restaurant les données, si nécessaire.

Outils de migration et émulateurs

Pour faciliter la transition d'Unix vers Windows, Microsoft et ses partenaires mettent à disposition quelques rares outils. Le programme de mise en script Windows PowerShell repose sur l'environnement d'exécution CLR (Common Language Runtime) de l'infrastructure Microsoft .NET. Microsoft propose également une émulation Unix sous Windows via le sous-système destiné aux applications Unix. Pour les questions liées à la gestion des bases de données, l'outil d'évaluation et de planification de Microsoft - MS Assessment and Planning - identifie les candidats potentiels à une migration et l'Assistant de migration SQL Server contribue au processus.

Outil Open Source, UWin propose également une émulation Unix sous Windows. Les partenaires du circuit de distribution Microsoft MKS. et Orbital Technologies proposent aux entreprises qui procèdent à une transition d'Unix vers Windows, des services personnalisés ainsi que différents outils de programmation.

L’auteur
Paul Korzeniowski est rédacteur indépendant, spécialisé dans le Cloud Computing et les thèmes liés aux datacenters. Il vit à Sudbury, Massachussetts. Vous pouvez le contacter à l'adresse paulkorzen@aol.com.

Pour approfondir sur Windows

- ANNONCES GOOGLE

Close