phasin - stock.adobe.com

VDI : quand utiliser des clients légers ?

Les clients légers sont moins onéreux que les PC. Mais ils ont aussi leurs limitations. Il s’agit de déterminer s’ils seront adaptés aux besoins de son organisation.

Les clients légers ont de nombreux avantages par rapport aux PC, à commencer par des coûts d’acquisition et de maintenance inférieurs. Mais ils ne sont pas forcément adaptés à tous les cas d’usage.

Suite de l'article ci-dessous

De nombreuses organisations remplacent leurs postes de travail fixes par des clients légers connectés à leurs systèmes VDI. Plusieurs facteurs clés aident à déterminer s’ils se prêtent bien à un déploiement dans son entreprise.

Les clients légers ne se composent généralement que d’un peu plus qu’un écran et de périphériques d’entrée tels qu’un clavier et une souris. Le système VDI prend en charge presque tous les traitements informatiques. Cela signifie que toutes les saisies au clavier et à la souris doivent traverser le réseau au fur et à mesure de leur traitement. Mais les rafraîchissements de l’affichage doivent également traverser le réseau. Cela signifie que les organisations qui utilisent des clients légers doivent absolument disposer d’une connectivité fiable.

Un client léger dépend en effet fortement de la connectivité réseau, du fait du déport de l’essentiel des traitements. Ils ne sont donc pas forcément le meilleur choix pour les succursales. Cela ne veut pas dire que celles-ci ne peuvent pas utiliser des clients légers, mais plutôt que la connexion au système VDI – et donc, souvent, au centre de calcul – doit être suffisamment performante et fiable pour assurer une bonne expérience à l’utilisateur final.

Il est également important de considérer les applications qui seront utilisées avant de déployer des clients légers pour le VDI. Il fut un temps où les clients légers n’étaient adaptés qu’à des tâches bureautiques légères comme la vérification des courriels ou le travail sur un tableur, peu gourmandes en traitements graphiques. Aujourd’hui, la plupart des systèmes VDI ont la capacité d’affecter un GPU dédié à une session utilisateur. Cela permet aux utilisateurs d’accéder à des applications plus gourmandes en ressources graphiques.

Mais là, la question de la connectivité réseau est de retour : la latence et les résolutions d’affichage limitées peuvent faire des clients légers un mauvais choix pour les applications graphiquement intensives telles que l’édition vidéo, la CAO ou la retouche photo.

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

- ANNONCES GOOGLE

Close