phasin - stock.adobe.com

Choisir un client léger pour l’accès aux services RDP

Les options ne manquent pas, en matière de client léger pour les environnements RDP. Mais chaque terminal dispose de caractéristiques spécifiques qui influent sur sa pertinence dans le contexte précis de son entreprise.

Depuis des années, Windows embarque un client de bureau à distance permettant d’accéder à un environnement de bureau virtuel ou à un serveur centralisé via une session de protocole de bureau à distance.

Cependant, le client Windows Remote Desktop n’est pas la seule option pour les organisations qui souhaitent utiliser les services de bureau à distance. Une autre option populaire est le client léger compatible avec le protocole RDP (Remote Desktop Protocol).

Comme les fournisseurs de clients légers conçoivent leurs produits pour la connectivité à distance, ils ne nécessitent qu’une connexion réseau et des périphériques tels que clavier, souris et moniteur pour fonctionner.

La plupart des clients légers sont matériels, mais il existe également des clients légers logiciels. Ces clients logiciels fonctionnent de la même manière que les terminaux physiques, mais le service informatique les installe généralement au-dessus du système d’exploitation local d’un poste de travail : Windows, macOS ou Linux. Il existe également des clients logiciels qui peuvent démarrer à partir d’une clé USB.

Avantages de l’utilisation de clients légers pour le RDP

L’utilisation de clients légers physiques pour accéder aux sessions RDP présente de nombreux avantages. En voici quelques-uns :

  • coûts de licence réduits en raison de l’absence de système d’exploitation local ;
  • support simplifié des utilisateurs finaux, car ceux-ci accèdent aux ressources virtuelles centralisées via RDP ;
  • coûts de matériel réduits, car les clients légers sont moins chers que les ordinateurs portables ou de bureau moyens ;
  • une consommation d’énergie plus faible des clients légers par rapport aux ordinateurs traditionnels ;
  • aucune maintenance matérielle pour le service informatique, car la plupart des clients légers ne comportent aucun composant réparable – si un périphérique tombe en panne, le service informatique le remplace ;
  • une fiabilité accrue en raison de la simplicité des clients légers.

Défis de l’utilisation de clients légers pour RDP

Il y a également quelques inconvénients significatifs aux clients légers qu’il convient de considérer :

  • prise en charge uniquement des sessions d’accès à distance, le travail hors ligne n’est donc pas possible ;
  • possibilité de surcharger l’hôte de session si un client léger est connecté à un réseau lent, ce qui affecterait l’expérience utilisateur ;
  • l’absence de connexion à un réseau local empêcherait les utilisateurs de travailler ;
  • si un périphérique client léger tombe en panne, le service informatique doit remplacer l’ensemble du périphérique, ce qui pourrait entraîner une augmentation des coûts matériels.

Ce qu’il faut rechercher dans un client léger pour RDP

Malgré leur simplicité, les clients légers peuvent varier considérablement en termes de capacités. Il est important de considérer les caractéristiques des appareils par rapport aux besoins des utilisateurs finaux lors de la sélection d’un client léger pour RDP.

La première chose à rechercher dans un client léger est la capacité à se connecter à une session RDP. Bien que la plupart des clients légers supportent RDP, il existe des clients qui ne supportent que des protocoles alternatifs tels que X11. Parmi les constructeurs de clients légers dont les modèles prennent en charge RDP, on relève NComputing, 10ZiG, Leadtek et Parallels.

Une autre considération importante est la prise en charge des moniteurs. Tout client léger peut se connecter à un moniteur, mais la résolution prise en charge peut varier considérablement. En outre, certains clients légers supportent l’utilisation de plusieurs moniteurs, mais cela reste une minorité.

La prise en charge des périphériques est un autre facteur important à prendre en compte. Bien qu’il puisse être facile de supposer que les utilisateurs n’auront besoin que d’un clavier, d’une souris et d’un écran, certains pourront également devoir utiliser une webcam et un microphone. Tous les périphériques clients légers ne prennent pas en charge ces types de périphériques.

Il convient également de tenir compte de la manière dont les terminaux s’alignent sur les objectifs de sécurité de l’entreprise. Si, par exemple, une organisation travaille à l’élimination progressive des mots de passe en faveur de l’authentification biométrique via Windows Hello, alors les terminaux clients devront prendre en charge tout matériel biométrique requis.

Il est également important de considérer la capacité de l’équipe informatique à gérer de manière centralisée les clients légers. Même si les clients légers n’ont généralement pas besoin de maintenance, les administrateurs auront besoin d’un moyen de gérer les mises à jour du micrologiciel des terminaux. De même, un département informatique peut avoir besoin d’un moyen de maintenir un inventaire des appareils afin de garder une trace des terminaux utilisés, de ceux qui ne se sont pas connectés depuis un certain temps et des appareils indésirables qui pourraient apparaître sur le réseau.

Enfin, il convient d’établir une méthode pour connecter les appareils clients légers au réseau. Certains clients légers ne supportent que la connectivité Wi-Fi, tandis que d’autres n’acceptent que la connectivité filaire. Certains clients légers prennent cependant en charge les deux.

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

Close