Comment le SI de Colgate-Palmolive innove au rythme des mutations de SAP

La groupe a misé sur sa proximité avec le monde SAP pour développer une application sur HANA baptisée Demand Signal Management.

Colgate-Palmolive et SAP c‘est une histoire qui dure… Client de longue date de l’éditeur allemand en matière de PGI et autres fonctions de gestion, le groupe international (plus de 35 000 salariés dans le monde, spécialisés dans les produits de consommation courants autour de la propreté) est l’une des principale référence en pointe sur l’adoption d’Hana, la plate-forme in-memory de SAP, tout à la fois base de donnée en mémoire et accélérateur de processus analytiques ou réponse au traitement de données en très grandes quantité et en temps réel.

Pour Ed Toben, jusqu’à peu directeur des systèmes d’information chez Colgate, il s’agit d’un choix évident. Certes, SAP n’a pas encore les références de ses concurrents en matière de SGBD, mais la logique du groupe est de faire de SAP le socle central de l’ensemble des couches applicatives. « Dès lors qu’un choix doit être fait, explique Ed Toben de passage à Paris dans les locaux de l’éditeur allemand, le premier réflexe est d’observer ce que propose SAP en la matière. » Une validation par le client de la stratégie récente de l’éditeur allemand qui, après des décennies de développement vertical, s’est constitué en quelques années un portefeuille applicatif bien plus diversifié, en relation notamment avec le traitement des données et le Cloud Computing. Dans le cas de Colgate-Palmolive par exemple, le choix d’un socle SAP a permis, à travers le rachat d’Ariba, fournisseur d’une division de Colgate, d’étendre rapidement l’application de gestion des achats et des relations fournisseurs en ligne à l’ensemble du groupe.

Suivre les évolutions SAP

Plus généralement, Ed Toben a poussé au maximum le suivi par son groupe des évolutions de SAP. SuccessFactors (service Saas de gestion des talents acquis en 2013) est désormais associé à SAP RH pour l’administration des ressources humaines. C’est également cette logique qui a conduit très tôt Colgate-Palmolive à s’intéresser à Hana. Objectif initial : accélérer le reporting et la capacité de traitement analytique, l’une des promesses des technologies In-Memory. Des premiers tests concluants ont été menés et désormais la mise en place d’Hana comme plate-forme de données d’un certain nombre d’applications métiers est envisagée. Avec en tête de gondole, la gestion des points de vente et une approche quasiment B-to-B-to-C.

Baptisée Demand Signal Management, l’application développée sur Hana répond à un besoin d’optimisation des flux logistiques mais également à un besoin toujours plus fin de connaissances des clients. Seul problème : à l’échelle de Colgate-Palmolive, cette gestion des points de vente est l’un des segments les plus hétérogènes en matière de SI, avec des spécificités locales et une non-connexion à l’ensemble du socle SAP. Plus qu’une migration, il s’agit donc de bâtir un système totalement nouveau. Actuellement à l’état de projet pilote, Demand Signal Management bénéficie de premiers retours encourageants qui devraient permettre une généralisation dans les années à venir.

En parallèle à cet intérêt pour le potentiel d’innovation généré par SAP, Ed Toben n’a pas oublié le cœur de l’éditeur et suit avec attention les évolutions côté ERP. SAP Suite devrait d’ailleurs être prochainement porté sur Hana, suivant en cela le carnet de route fixé à Walldorf et visant à faire d’Hana la plate-forme de base de l’ensemble du portefeuille.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close