Trophées du Cloud Computing : « les DSI ne doivent pas perdre le contrôle de leur infrastructure »

Membre du jury des Trophées Innovation et Entreprise du Cloud Computing – dont LeMagIT est partenaire - Olivier Morbé, Manager IT Practice au Boston Consulting Group, revient avec nous sur les grandes tendances du cloud computing et fait le point tant sur l’état réel du marché que sur les approches remarquables côté utilisateurs. Les DSI peuvent y aller mais avec le souci de conserver un contrôle sur les infrastructures.

Retrouvez les trophées Innovation et entreprise du Cloud Computing sur le site www.lestropheesducloudcomputing.fr

LeMagIT : Après deux ans d’évangélisation côté fournisseurs, il semble que l’on soit à un point critique sur le cloud computing avec les premiers projets. Qu’en est-il de l’adoption côté utilisateurs ?

Olivier Morbé : Nous avons effectivement passé la phase d’évangélisation et au moins en termes d’études, la problématique cloud est désormais systématiquement sur l’agenda des DSI. Maintenant, on est seulement au début de la phase d’adoption et nous sommes plus dans une période d’adaptation des offres théoriques aux besoins réels.

LeMagIT : Quels sont les premiers types de projets touchés par une migration sur du pur Internet et par une consommation informatique à l’usage ?

O.M : En fait, on n’observe pas réellement dans les faits une rupture radicale. En termes de segment, lorsque l’on parle de cloud computing côté utilisateurs, on est plutôt sur des cloud privés qui viennent en continuité des projets de virtualisation de serveurs qui participent depuis quelques temps déjà à l’optimisation des infrastructures. Ces projets constituent la grosse masse des déploiements vers des formes d’informatique en cloud. Certains acteurs sont cependant plus avancés dans une approche vraiment on demand mais dans un contexte souvent lié à des stratégies marketing où on communique sur l’usage de grands services de cloud publics de type Google ou Amazon.

LeMagIT : Il y a donc un décalage dans la maturité affichée de l’offre, notamment côté infrastructures et besoins réels ?

O.M : Je n’ai pas l’impression que le marché soit si mature que ça du côté de l’offre. Au départ, il a été proposé une approche assez structurée avec une approche fondée sur la virtualisation et la distribution on demand, mais finalement ce modèle qui se voulait très standard s’est confronté à la réalité. On se retrouve désormais avec un marché qui tatonne plus au gré des besoins et des demandes des clients. Ces derniers sont toujours assez loin des demandes standards qui sont généralement attendues pour le cloud. Du coup, du côté de l’offre, il y a une infrastructure disponible pour une approche mutualisée et relativement standard qui sert pour le déploiement de solutions d’infrastructure répondant à des besoins réels, quitte à dégrader au final l’offre initiale.

LeMagIT : Les cloud privés succèdent finalement en douceur aux infrastructures virtualisées mais qu’en est-il des cloud publics ?

O.M : En fait, plus qu’un besoin de changement d’infrastructures, c’est le Saas qui va surtout tirer le marché vers le cloud public. C’est le second relai de croissance du cloud computing. Ces infrastructures dites publiques s’appuieront sur les offres Saas et non pas l’inverse. La bascule viendra des usages applicatifs et, en termes de décision, ce sont les métiers qui solliciteront les DSI, qui interviendront plus dans un rôle de conseil et de couverture que dans celui du responsable de l’implémentation et du déploiement de la solution.

LeMagIT : La sécurité constitue-t-elle toujours l’enjeu majeur en matière de bascule ?

O.M : Il reste quelques points à régler, mais clairement en terme d’écueil la sécurité va rapidement s’avérer être un problème du passé. Aujourd’hui la véritable difficulté du côté de l’offre, ce n’est pas de garantir la sécurité mais plutôt de trouver le bon business model. Certes, on parle beaucoup de l’approche on demand mais une partie des clients – parmi les plus grands comptes - a des besoins suffisamment standardisés et récurrents pour mettre en place un cloud privé. Dans ce cadre, il est possible que le "on demand" vienne juste servir d'appoint, ce qui pose la question de trouver le bon niveau d’offre pour adresser ses besoins, à la fois sur le plan technique, mais aussi sur le plan économique.

LeMagIT : Et du point de vue des entreprises utilisatrices ?

O.M : Du point de vue client, le principal risque pour le DSI c’est d’oublier ce qu’est une infrastructure informatique. En prenant du recul par rapport à ces couches basses du SI désormais déportées, les DSI risquent d’être dépossédés en termes d’engagement et de ne plus avoir l’envie d’optimiser leur infrastructure. Or, avec le cloud computing on va passer à une approche en termes de commodité mais une commodité dont le prix va demeurer très élevé. Ainsi, en s’éloignant de la gestion de l’infrastructure, l’entreprise risque de perdre en compétence, en capacité d’intervention et, au final, en potentiel d’optimisation.

On a bien conscience du danger du côté des DSI mais la position de résistant est difficile à tenir. On est en présence d’un discours marketing qui dépasse largement la DSI et l’intervention des directions générales n’est pas toujours fondée sur des objectifs techniques rationnels. Elles se concentrent sur la promesse d’économies sans tenir compte du fait que les problèmes liés aux infrastructures demeureront en dépit du changement de paradigme.

Au niveau du BCG (Boston Consulting Group) on alerte actuellement nos clients sur ce risque de perte de contrôle sur la couche infra qui pourrait finalement entrainer à terme des dérapages en termes de coûts, et de contrôle du service.

Appelé à jouer un rôle éminent dans l’agilité technologique et économique des entreprises françaises, le Cloud Computing commence à s’imposer dans l’agenda des DSI. Organisés par LeMagIT et Stratégiescloud, les premiers Trophées innovation et entreprise du Cloud Computing seront remis prochainement. Neuf catégories ont été définies pour permettre de couvrir l’ensemble des problématiques de déploiement de projets cloud.

Retrouvez les trophées Innovation et entreprise du Cloud Computing sur le site www.lestropheesducloudcomputing.fr

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close