JT Jeeraphun - stock.adobe.com

Covid-19 : les solutions de l’industrie 4.0 pour mieux rebondir

Les entreprises recourant le plus aux outils numériques sont probablement celles qui ont réussi le plus vite et le plus efficacement à s’adapter à la crise sanitaire mondiale. Une flexibilité qu’elles ne regretteront pas.

L’apparition du coronavirus en décembre 2019 en Chine et sa propagation à l’échelle mondiale, a eu un impact sans précédent. Par sa nature, le secteur de l’industrie est l’un des secteurs les plus affectés par la crise, mais c’est aussi celui qui dispose des meilleures armes dans la lutte contre le coronavirus. Quels sont les impacts de la Covid-19 sur l’industrie ? Et comment ce secteur peut-il contribuer à sortir nos sociétés de la crise ?

Suite de l'article ci-dessous

L’industrie, par nature, profondément affectée avec la fermeture des frontières 

L’industrie 4.0 mise sur des technologies favorisant la connectivité entre les hommes et les machines et se base notamment sur l’internet des objets (IoT) pour améliorer l’automatisation des sites de production, et réduire grandement l’intervention humaine. On parle alors d’usines intelligentes (Smart factory). La particularité de l’industrie 4.0 n’est pas seulement liée aux technologies qui lui sont associées, elle s’inscrit dans un contexte de libre-échange. Dans un contexte de pandémie mondiale, la fermeture des frontières est devenue l’un des points critiques et un enjeu majeur de cette crise, entraînant de graves difficultés pour les entreprises industrielles :  

  • Le manque de visibilité : de nombreuses entreprises ont des difficultés à appréhender la chaîne de valeur dans son intégralité, ce qui les empêchent de mesurer les interdépendances et d’anticiper les défaillances potentielles.
  • La rigidité de la supply chain : en s’imposant des règles strictes, comme la minimisation des stocks ou l’approvisionnement via un fournisseur unique dans le but d’obtenir des économies d’échelle, certaines entreprises sont victimes de leur stratégie.
  • L’étirement (internationalisation) de la chaîne de valeur : pour des raisons de compétitivité, de coûts et de performances, la chaîne de valeur s’est internationalisée. Plus les fournisseurs sont éloignés, plus il devient compliqué de réagir en cas de problème.

Face à ces défis, la crise actuelle a démontré l’efficacité de certaines technologies :   

  • La digitalisation des organisations : la Covid-19 a servi de catalyseur dans la digitalisation des organisations notamment via l’avènement du télétravail, pour se conformer à la distanciation sociale. On peut penser que l’utilisation de ces outils se pérennise et soit propice à l’adoption de technologies qui lui sont liées, comme les objets connectés.
  • L’impression 3D, aussi appelée fabrication additive, a joué un rôle clé, car elle est capable de créer des pièces complexes pouvant être essentielles à la chaîne de production, permettant ainsi de continuer à faire fonctionner les usines. Au plus fort de la crise, elle a permis de fabriquer des pièces essentielles pour la production d’appareils d’aide respiratoire par exemple. L’impression 3D jouera un rôle plus important à l’avenir dans la chaîne d’approvisionnement et s’ancrera un peu plus dans l’industrie 4.0 du fait de l’autonomie et de l’agilité qu’elle procure. Cependant cette technologie reste un marché de niche dans le secteur et comporte quelques inconvénients, notamment le manque de normes de qualité.
  • L’internet des objets ou IoT (internet of things) ou encore IIoT (Industrial IoT) est sûrement l’une des technologies phares de l’industrie 4.0. Une étude réalisée par le cabinet Gartner révèle que 47 % des entreprises prévoient d’augmenter leurs investissements dans les IoT suite aux confinements, tandis qu’un rapport de McKinsey expose que l’IoT pourrait faire gagner entre 10 % et 30 % de productivité selon le secteur.

Voici les principaux gains liés à l’utilisation de l’IoT :

  • Assurer la continuité de la chaîne de valeur grâce aux possibilités ouvertes en matière de travail et de contrôle à distance, permettant une continuité de l’activité même en cas d’isolement des collaborateurs. Les capacités de tracking offertes par l’IoT permettront également à terme de détecter et isoler les cas contacts au sein de l’entreprise, maximisant ainsi la sécurité des salariés.
  • Une visibilité en temps réel, des quantités de stock restantes ainsi que la capacité de production pour les industriels. Ces fonctionnalités peuvent s’avérer particulièrement utiles en temps de crise, où les coûts des matières premières fluctuent fortement, mais également pour suivre les stocks et éviter les ruptures.
  • Des échanges de données facilités entre tous les participants de la supply chain. Elle assure une transparence entre les fournisseurs, mais également une meilleure maîtrise des risques. De manière plus globale, elle renforce la confiance entre tous les acteurs de la supply chain.

Les entreprises qui ont fait le choix d’investir dans l’IoT sont plus flexibles opérationnellement et adaptent leur quantité de production selon la demande et le contexte. Cette flexibilité permet de mieux s’aligner sur la demande du marché, de réduire le time to market et d’augmenter la compétitivité d’une organisation.

Une transition vers l’industrie 4.0 inévitable pour maintenir sa compétitivité dans « le monde d’après » 

La crise sanitaire a mis en évidence les lacunes du secteur de l’industrie face à cette situation inédite. Les perturbations de la supply chain, les limites d’accès aux sites de production, la minimisation des contacts humains, etc. Tous ces facteurs ont mis en évidence la vulnérabilité de ce secteur.

Face à ce phénomène mondial, certaines entreprises ont prouvé leurs facultés d’adaptation grâce à l’utilisation des outils digitaux. Démontrant ainsi que l’industrie dans sa globalité est un secteur dynamique et enclin à se transformer.

À ce jour, rien ne garantit un retour au « monde d’avant ». Suite à cette crise, les habitudes des consommateurs ont évolué rapidement. La capacité des entreprises à faire face à ces changements est un avantage compétitif clé qui passera par l’adoption et la maîtrise de certains outils digitaux.

La faculté qu’auront les entreprises à entamer leur transition vers ce modèle se traduira par une meilleure relation client, une compétitivité accrue et une augmentation des parts de marché. La transition vers l’industrie 4.0 n’est donc pas seulement un moyen temporaire pour faire face à la crise, mais une solution pérenne pour devenir plus compétitif sur le moyen et le long terme.

Pour approfondir sur Applications métiers

Close