Software AG tourne la page Karl-Heinz Streibich, son CEO depuis 14 ans

Sanjay Brahmawar, actuellement patron de Watson IoT chez IBM en Allemagne prendra la direction de l’éditeur allemand au 1er août 2018. Karl-Heinz Streibich a atteint l’âge maximal pour un CEO en exercice chez Software AG . Il cède des rênes très IoT à son successeur. Retour sur ses accomplissements.

A partir du 1er août 2018, celui qui a transformé Software AG et mené le 2e éditeur allemand sur les voies de la transformation numérique des entreprises et de l’IoT (et de l’Industrie 4.0) se retirera des fonctions de CEO du groupe. Après plus de 14 ans en poste, Karl-Heinz Streibich, qui a atteint l’âge maximum pour exercer à ce poste (65 ans, selon la gouvernance de Software AG), cédera les rênes de la société à Sanjay Brahmawar, 47 ans. Il occupera ce poste pour les 5 prochaines années.

Pour Software AG, ce changement de tête s’apparente aussi à un changement d’ère, tant Karl-Heinz Streibich a su insuffler à Software AG des orientations qui ont donné à la société les spécificités qu’elle possède aujourd’hui. Ce que reconnait d’ailleurs Andreas Bereczky, le président du Conseil de Surveillance de Software AG, rappelant dans un communiqué de presse que le CEO avait réalisé la plus importante transformation de la société depuis 50 ans.

Arrivé en octobre 2003 à la tête de Software AG, Karl-Heinz Streibich, qui est notamment passé chez Daimler auparavant, récupère une société très ancrée sur ses technologies historiques que sont Adabas, une base de données transactionnelle, et Natural, un langage 4G. Ces deux produits du groupe sont toujours au catalogue de la société. Mais sous l’ère Streibich, Software AG va connaître une mutation de son positionnement, rendu possible à grand coup de  rachats stratégiques. Stratégiques, car ils définiront ce que Software AG est aujourd’hui devenu.

De Webmethods à Cumulocity

Parmi ces acquisitions, celle de l’Américain Webmethods en 2007 pour 546 millions de dollars place définitivement Software AG sur le terrain de l’intégration d’applications et de systèmes par la voie des bus d’entreprise et des outils pour la SOA (Service oriented Architecture). L’autre rachat clé, c’est celui d’IDS Sheer en 2009 pour 600 millions de dollars, un éditeur allemand spécialisé dans la modélisation BPM qui édite ARIS (toujours au catalogue de la société). Au total, Software AG a réalisé 16 acquisitions depuis 2007 et celle de Webmethods. Ces acquisitions lui ont tour à tour permis de se renforcer dans le CEP (avec Apama, racheté à Progress), Metismo (dans la mobilité), Data Foundations (dans le MDM), Terracotta (dans les bases de données In-Memory) ou encore LongJump (dans le Cloud) – pour n’en citer que certaines.  Ces acquisitions ont ainsi permis à Software AG de rassembler les briques technologiques nécessaires pour  bâtir une Digital Business Platform et de l’orienter sur la très tendance transformation numérique des entreprises – et plus particulièrement celle de l’industrie.

Mais les derniers rachats réalisés par Karl-Heinz Streibich dessinent aujourd’hui ce que sera la société que va reprendre Sanjay Brahmawar. Zementis et surtout Cumulocity ont placé Software AG sur les domaines de l’Intelligence Artificielle et de l’Internet des objets ou de l’Industrie 4.0. Ces thèmes sont devenus aujourd’hui les piliers de la société, et les relais de croissance que devra faire vivre le nouveau CEO.

Si les algorithmes de Zementis ont l’ambition de peupler l’ensemble du portefeuille de l’Allemand, les actifs de Cumulocity ont quant à eux positionné Software AG comme un acteur clé de l’infrastructure IoT. La société commercialise une plateforme Cumulocity où se mèlent des outils de gestion de terminaux et IoT, Apama, des outils de visualisation en temps réel et des outils de développement.

Doper la croissance de l’IoT

Si Software AG affirme avoir investi 1,2 milliards d’euros dans l’IoT, c’est bien parce qu’il compte capitaliser sur ce marché, nous avait expliqué Berd Gross, le CEO de Cumulocity. Et de faire jouer l’expertise historique de la société dans l’intégration avec les nouveaux outils de Cumulocity. D’ailleurs, à partir du prochain exercice fiscal 2018, Software AG publiera de façon séparée les comptes de ces activités. Une ré-organisation des lignes qui viennent traduire un ajustement des méthodes de l’éditeur pour attaquer un marché aux spécificités bien particulières. Pour être plus réactif sur ce segment qui doit encore se dessiner, cette entité rassemblera sa R&D, les commerciaux et le marketing. Adamos, joint-venture montée avec des acteurs industriels allemands, montre aussi la volonté de Software AG de remettre en cause son organisation pour cibler ce segment.

En 2017, les activités IoT / Cloud aujourd’hui comptabilisées dans celles de la Digital Business Platform (DBP) ont généré un CA de 14,9 millions d’euros, pour un total de 455,4 M€ pour DBP. Le chiffre d’affaires de la société est quant à lui de 879 millions d’euros (+2%). Mais Software AG table sur une  croissance comprise entre 70% et 100% pour 2018 rien que pour l’IoT, contre entre 3% et 7% pour DBP.

C’est donc sans trop de surprise que Software AG confiera ses rênes à un spécialiste de l’IoT, de l’industrie et de l’Intelligence artificielle. Sanjay Brahmawar occupe en effet actuellement le poste  de directeur général de Global Revenue d’IBM Watson Internet of Things, à Munich. Avant cela, il a occupé les fonctions de directeur général, toujours chez IBM, d’IBM Consulting Services, en charge des secteurs industriels européens, comme les énergéticiens, l’automobile ou encore l’aérospatial.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close