L’identité numérique demande des précautions supplémentaires

Si la vérification d’identité et le processus autour du KYC (Know Your Customer) est plutôt bien maîtrisé dans le monde physique avec des personnes physiques, il n’en est pas encore de même dans le monde numérique face à des personnes physiques ou morales. Il faut non seulement vérifier l’identité de son interlocuteur, mais parfois également les liens qu’il dit avoir avec la société qu’il représente, et s’assurer qu’il n’a pas un profil à risque.