Osiatis, sur le point de prendre le contrôle d’ESR

Actualites

Osiatis, sur le point de prendre le contrôle d’ESR

Cyrille Chausson

Osiatis, spécialisée dans les services d’infrastructure, poursuit ses opérations de croissance en tentant de se rapprocher de ESR, une société de services spécialisée elle-aussi dans les services d’infrastructure (notamment telecom). Les deux groupes ont annoncé ainsi entrer en négociation exclusive. Cette prise de contrôle d’Osiatis sur ESR devrait s’effectuer en deux temps : d’abord via une souscription d’augmentation de capital d’un montant de 3 millions d’euros réservée à Osiatis (la SSII détiendrait alors 55% des parts de ESR). Puis Osiatis lancerait une offire publique sur ESR sur l’ensemble du capital.
A terme, Jean-Guy Barboteau resterait président-directeur général d'ESR et «serait à ce titre étroitement associé au management d'Osiatis », ajoute Osiatis dans un communiqué.

Pour ESR, ce rapprochement avec Osiatis semble salvateur. Si les résultats 2011 de la société font état d’un retour à la rentabilité, avec un bénéfice net de 1,7 millions d’euros (contre une perte de 3,2 millions d’euros en 2010) et un chiffre d’affaires de 64,4 millions d’euros, le groupe peine encore. «Malgré une capacité d'autofinancement après coût de l'endettement financier net et impôts supérieure à 1 M€, le groupe n'est pas parvenu à desserrer l'étau d'un bilan déséquilibré dont le fragile équilibre repose sur un encours d'affacturage», explique ESR dans un communiqué.

Le groupe «aborde l'exercice 2012 avec prudence compte tenu de l'évolution heurtée de la demande et de la persistance de tensions de trésorerie qu’un rapprochement avec le groupe Osiatis, annoncé ce jour, va permettre de solutionner en levant l’incertitude pesant sur la continuité d’exploitation».

Début juin, Osiastis avait annoncé le rachat des activités développement de BT Global Services en France.

Sujets connexes: SSII, VOIR TOUTES LES RUBRIQUES

Réagir à cet article Commentaire

Partager
Commentaires

    Résultats

    Participez à la discussion

    Tous les champs sont obligatoires. Les commentaires apparaîtront sous l'article.