Actualites

Symform : un modèle original de sauvegarde en cloud

Christophe Bardy

Praerit Garg, CEO de Symform, lors de l'IT Press Tour de décembre 2012

À l’occasion d’un récent tour de start-up en Californie, LeMagIT a pu rencontrer le cofondateur et CEO de Symform, Praerit Garg, pour une présentation de la solution de sauvegarde en nuage de la société. Symform a conçu une solution de sauvegarde en cloud en mode pair à pair, dans laquelle les utilisateurs (particuliers ou entreprises) contribuent une partie de leur stockage local (idéalement sur un NAS, un serveur ou un microserveur) en l’échange d’une capacité de sauvegarde gratuite dans le nuage. 

Un pool de stockage distribué à l'échelle de la planète 

Techniquement, chaque utilisateur « donne » à Symform une partie de sa capacité de stockage. Cette dernière est intégrée à un pool de capacité distribué à l’échelle planétaire constitué de l’ensemble des capacités partagées par les utilisateurs du réseau. En échange de la capacité contribuée, chaque utilisateur hérite d’un espace de sauvegarde en cloud gratuit correspondant à la moitié de la capacité contribuée.  

Continuer à lire cet article

Profitez de cet article, ainsi que de tous nos e-guides, actus, conseils, et bien plus.

En soumettant vos informations d'enregistrement à LeMagIT.fr vous acceptez de recevoir des communications par courriel de TechTarget et de ses partenaires. Nous vous encourageons à lire notre Politique de confidentialité qui contient des données importantes sur la façon dont nous recueillons et utilisons votre inscription et d'autres informations. Si vous résidez hors des États-Unis, en soumettant ces informations d'inscription, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux États-Unis. Vous pouvez nous contacter à webmaster@TechTarget.com.

Principe de fonctionnement du réseau de stockage en cloud de Symform

Avec la technologie de Symform, les données sauvegardées sont découpées en blocs de 64 Mo, puis chiffrées au moyen d’un algorithme AES-256 en utilisant une clé générée au hasard. Chaque bloc de 64 Mo est ensuite éclaté en 96 fragments dont 32 dédiés à la redondance de données. Ces fragments sont ensuite distribués sur les machines faisant partie du réseau Symform.   

Comme l’explique Praerit Garg, cet éclatement des données permet d’assurer leur intégrité, puisqu’il faudrait perdre 32 fragments pour ne pouvoir reconstituer le bloc originel. En clair, il faudrait que 32 clients hébergeant chacun un fragment de données éteignent leur NAS ou leur serveur pour que les données soient corrompues. C’est d’autant moins probable que le réseau pair à pair Symform qui gère le catalogue de métadonnées du pool de stockage global monitore l’état des dispositifs du réseau et commencent à rerépliquer les fragments de données s’il estime que la marge de sécurité franchi un seuil inquiétant (pour mémoire Symform demande à ses utilisateurs de garantir un taux moyen de disponibilité de 80 % de leur stockage partagé afin de bénéficier du service de sauvegarde gratuit).  

Un service abordable et un modèle économique original 

Cette gestion du pool de stockage en mode pair à pair et les mécanismes de distribution de données mis en œuvre garantissent des performances optimales (notamment en restauration) et préservent aussi les utilisateurs de tout risque de point unique de panne. Elle est aussi particulièrement économique pour les utilisateurs. En se basant sur un coût de 90 $ pour un disque SATA de 2 To, Symform estime qu’un utilisateur partageant 2 To de capacité (et donc bénéficiant de 1 To de capacité en sauvegarde) amortit son investissement dans le réseau en moins de 8 jours par rapport au coût de Mozy Pro (pour 1 To de données stockées), en 21 jours par rapport au coût d’un stockage dans Amazon S3 et en 55 jours par rapport au coût d’un Google Drive. 

S’il met en avant les bénéfices pour les utilisateurs, le CEO de Symform est aussi transparent sur les bénéfices pour sa société. Garg indique ainsi que Symform monétise de plusieurs façons l’espace de stockage contribué par ses membres. Tout d’abord la firme propose des services de backup en cloud payant pour les utilisateurs qui ne souhaitent pas contribuer de capacité (0,15$ par Go au-delà de 10 Go). Elle entend aussi proposer un service de capacité en cloud de type S3 mais à un prix bien inférieur au service d'Amazon. Symform ne paie en effet pas pour son infrastructure de stockage puisqu'il s'appuie sur la capacité agrégée fournie par ses utilisateurs et il ne doit payer que les coûts d'infrastructure pour la gestion du réseau pair à pair. le CEO de Symform note toutefois que pour que le modèle économique fonctionne à plein, le réseau Symform doit continuer à se développer.

Selon Garg, le réseau comptait des membres dans 160 pays au 30 novembre 2012, avec 175 millions de fichiers sauvegardés et 6 milliards de fragments stockés (soit environ 4 Po de données, plus du double de la capacité stockée à fin 2011). Pour accroître ce nombre, Symform mise sur l'intégration de sa solution avec les NAS de QNAP, Synology et NetGear. La firme a aussi développé un client pour les distributions Linux d’Ubuntu, CentOS et Fedora. Son idée principale avec ce support de Linux est notamment de nouer des accords avec des service providers ou avec des intégrateurs pour qu’ils contribuent de la capacité en échange de services de sauvegarde pour leurs utilisateurs/clients.      


Réagir à cet article Commentaire

Partager
Commentaires

    Résultats

    Participez à la discussion

    Tous les champs sont obligatoires. Les commentaires apparaîtront sous l'article.