Etats généraux de l’Open Source : l’heure est à structurer la filière en France

Actualites

Etats généraux de l’Open Source : l’heure est à structurer la filière en France

Cyrille Chausson

La France fait certes partie des pionniers et des leaders de l’adoption de l’Open Source dans le secteur public. Mais place désormais à la structuration la filière pour faire émerger les très précieux champions. C’est sur ce constat que se sont ouverts, ce lundi 21 janvier, les premiers états généraux de l’Open Source en France, organisés par Syntec Numérique. Un événement placé sous le haut patronat de Fleur Pellerin, la ministre à l’Economie Numérique qui, histoire de montrer l’intérêt du gouvernement pour le mouvement Open Source français, est venue ouvrir l’événement. 

Il faut dire que ces premiers états généraux de l’Open Source, qui ont demandé plusieurs mois de préparation, comme l’a indiqué Alexandre Zapolsky, co-président du comité Open Source au Syntec Numérique (et Pdg de Linagora), et l’un des initiateurs de l’événement - le second président étant Michel Isnard, le vice président SEMEA de Red Hat -, donnent, dès le début 2013, des couleurs à l’Open Source hexagonal. Surfant sur le dynamisme qu’il avait pu connaître en 2012 : on se rappelle ainsi l’engagement du gouvernement pour l’usage de l’Open Source dans les administrations via la circulaire Ayrault, ou encore - toujours dans le secteur public - les deux contrats de supports logiciels libres, le premier inter-ministériel, le second pour le Minefi

Ces états généraux viennent ainsi rebondir sur cette dynamique, mais cette fois-ci avec la volonté de donner les moyens à la filière de créer un cadre au sein duquel elle pourrait se développer. L’enjeu est ainsi clé. Comme en témoigne d’ailleurs l’implication de la Chambre professionnelle Syntec numérique, qui pourtant « ne cautionne pas tout ce qui va se dire » lors de ces états généraux, commente Guy Mamou-Mani, son président. Il n'en apparaît pas moins impossible aujourd’hui de ne pas intégrer l’Open Source et le logiciel libre dans le numérique. 

L’Open Source est d’ailleurs bien un « vecteur de changement », a tenu à rappeler Fleur Pellerin. La politique numérique du gouvernement passera ainsi, inévitablement pourrait-on ajouter, par ce mouvement. Il est donc temps de structurer ce levier de croissance. La ministre a ainsi confirmé son soutien au mouvement en plaçant les débats à une autre échelle : le logiciel libre est ainsi un moyen de répondre aux enjeux de souveraineté, comme la sécurité des réseaux, ainsi qu’à ceux de la liberté d’innovation. Il constitue également un vivier d’emplois, assis sur un marché de 2,5 milliards d’euros (6% du marché des services et logiciels français - chiffres PAC). En clair, l’Open Source doit contribuer « à la compétitivité de l’économie française et à la modernisation de l’action publique » et doit s’inscrire pleinement dans la politique numérique de la France. Pas question de faire sans.

Parfois le chemin est long 

Mais le plus dur reste à faire. Car ce 21 janvier ne marque que le début d’un long voyage. « Ce n’est que le premier jour d’un processus », note par ailleurs Michel Isnard en préambule. Rappelant ainsi qu’à l’issue de cette journée sera dressée une liste de sujets. Des axes prioritaires seront définis, puis adressés à des groupes de travail. « Une synthèse de ces travaux sera remise en septembre - octobre », précise-t-il. 

Mais à quoi faut-il s’attendre ? Cette initiative, qui se veut donc fédératrice, vise à répondre à une vraie problématique : faire assoir l’ensemble des acteurs de l’Open Source à une même table et soulever les questions et points clé pour faire éclore une filière structurée. En bref, poser les jalons afin de créer un terrain fertile favorable au « développement de modèles économiques pérennes » dans l’Open Source. Outre les enjeux sociétaux et économiques, mis en avant par Fleur Pellerin, il s’agit bien ici de donner de l’élan aux sociétés Open Source françaises, quelque peu fragiles - et à celles en devenir - pour les aider à devenir de grands acteurs de référence. 

Relation intégrateur / Editeur, mixité des modèles (la présence de Microsoft a été remarquée lors de ces Etats Généraux), alignement de la communauté avec les éditeurs, proximité avec les grands donneurs d’ordre, aides innovantes au financement, quelles formations pour quel recrutement - la mise en place de bourse étudiantes ? - , redorer l’image du spécialiste de l’Open Source, demander aux grands prescripteurs de justifier leur choix lorsqu’ils n’optent pas pour des logiciels libres... Les idées et grands sujets fusent lors de tables rondes, laissant alors entendre que les débats seront animés dans les mois à venir. 

Mais pour autant, la France part-elle de loin ? Oui et non, car au regard de certains intervenants étrangers présents lors de l’événement, l’Hexagone dispose d’atouts indéniables dans sa manche qu’il convient aujourd’hui de convertir. « La France est le leader de l’Open Source dans le secteur public, mais il reste encore beaucoup à faire, comme par exemple soutenir son éco-système en place », a notamment souligné Karsten Gerloff, président de la Free Software Foundation Europe (Allemagne) qui avait fait le déplacement à Paris pour l’occasion. Ce sera ainsi l'une des missions principales de ces Etats Généraux.


Réagir à cet article Commentaire

Partager
Commentaires

    Résultats

    Participez à la discussion

    Tous les champs sont obligatoires. Les commentaires apparaîtront sous l'article.